[Tir Na Bor VS Daïkinee] Ruines forestières

La foret de Quithayran renferme bien des secrets. Parmi eux, il est des ruines presque oubliés. Celles ci ne sont indubitablement pas elfes. Alors d’où viennent elles? Civilisations disparues? Rejet des royaumes inachevés?
Pilgrim le borgne, à la tête d’un groupe d’aventurier nains entreprenant est parvenu à atteindre une cité en ruine. Les nains espèrent y trouver des artefacts datant de l’age des batailles, et peut être quelques gemmes de mana afin de renforcer Tir Na Bor face à l’Agg Am Ork. La tentation est grande d’en profiter aussi pour récupérer quelques plantes rares dont les alchimistes des Monts de l’Aegis sauront faire bon usage.

 

Mais les elfes Daikinees n’aiment pas beaucoup que l’on viole leur frontière, encore moins que l’on s’en prenne à leur ressources naturelles. Les nains ont été repéré et prix en chasse par un groupe de Daïkinees.

Accompagné, plus que dirigé, par Onental, lui même contrebandier repentit, les elfes peuvent compter sur le soutien d’un Prédateur Wolfen de la forêt d’Emeraude. Il n’y as que très peu de soldats professionnels en Quithayran. Alors le reste de la troupe se compose de Gardiens. Des vétérans qui se consacrent à la protection de la forêt, et une Zephyr, guerrière virevoltante, patrouillant les frontières.

 

Les nains ne sont sont qu’une poignée de bougre et d’arbalétrier, mais ne comptent pas se laisser intimider et il y as un fils d’Uren avec eux. Il y as deux bosquets qu’ils aimeraient bien piller, en plus de tenir la zone globalement pour fouiller les ruines. Les elfes ne comptent pas les laisser faire. La confrontation est inévitable.

 

Avec une parfaite coordination, les nains prennent l’initiative. L’un des arbalétrier fonce en avant pour repérer les éclaireurs adverses dissimulés… Puis ses camarades tirent leurs carreaux! Mais sans rien toucher. Le Wolfen faisait pourtant une belle cible…

 

Moins organisés, c’est une zéphyr qui fait la première avancée des elfes, sans réussir à toucher de son arme de jet symbiote…

 

Derrière un petit mausolée, Onenthal se prépare à recevoir l’ennemi en compagnie d’un gardien…

 

… Mais les bougres nains qui flanquaient l’édifice préfère se replier prêt du fils d’Uren. La créature, grande comme trois nains est leur principal argument au contact…

 

Méfiant à l’idée d’être contre chargé par Pilgrim, les gardiens daïnkines ignorent la provocation de l’arbalétrier et reculent…

 

Le troisième se coule le long du Mausolée…

 

Pilgrim s’avance alors pour soutenir son tireur, en invectivant les elfes qui se replient…

« Tas de Marcassins! Vous la voulez la bagarre ou pas? »

 

Le fils d’Uren, sans crainte, s’avance pour se positionner en vu de charger Onenthal.

 

Mais le contrebandier, porté par son diadème offert par les faes, l’engage dans un mouvement proprement surnaturel.

 

L’elfe virevolte, esquivant et contre attaquant le géant pataud. Ses lames rencontrent plusieurs fois son ennemi alors que les tentatives de se dernier pour le saisir avec son gantelet à vapeur ne rencontrent que du vent… Mais elles ne laisse que de misérables estafilade sur le cuir épais et les protections du nain surdimensionné.

 

« Tient toi tranquille! »

 

Les nains ne comptent pas lâcher l’initiative. Alors que les elfes et leur allié combattent à l’instinct, Pilgrim lâche ses ordres…

 

Une nouvelle volé de  carreaux part. Cette fois, le Prédateur est touché. D’un geste rageur, il arrache le morceau de bois ferré planté dans sa cuisse. Il en faudra plus pour l’arrêter…

 

Les autres carreaux sont sans effet, tout comme l’arme de jet de la Zephyr qui revient vers le centre de l’affrontement…

 

Pendant que les arbalélétriers et le fils d’Uren assurent le centre, les deux bougres qui s’étaient précédemment replié font à nouveau le tour du mausolée pour flanquer l’ennemi et lui faire gouter à leurs marteaux-pioches

 

Le troisième quitte le flanc droit pour venir au centre, sur l’estrade de pierre.

 

Alors que les nains manoeuvrent, l’un des gardiens daïkinëes s’élance au secours d’Onental, son épée luisant dans un rayon de lune alors qu’il s’apprête à frapper!

 

Un autre se rue sur l’un des Bougres, saisissant l’opportunité de blesser le nain avant que son confrère s’en mêle. Mais le guerrier de l’Aegis est un dur à cuire et la charge impétueuse ne donne aucun avantage à son agresseur…

 

Quand au dernier Gardien, il reste en retrait, prêt à intervenir lorsqu’il verra une véritable occasion. Ainsi combattent les Daïkinëes.

 

Pilgrim saute de l’estrade de pierre pour se rapprocher des combats. En un éclair, il est chargé par le Prédateur.

 

Mais les combats commencent mal pour les défenseurs de Quithayran. Le Gardien qui avait chargé le fils d’Uren est cueuillis par la hache du Fils d’Uren qui place un coup de maître renforcé par la vapeur qui tranche l’elfe en deux morceaux (#Premier elfe dans l’espace).

 

Onental essaye bien de profiter de la diversion, mais si son coup porte, il la morsure de sa lame n’arrache qu’un grognement à la créature et rien de plus qu’une gêne momentanée…

 

Le Duel entre Pilgrim et le Wolfen s’engage. Même si ce dernier est blessé, son élan lui donne un avantage et ce n’est pas un Wolfen de pacotille, mais un redouté prédateur qui brandit une lame de chasse acérée…

 

Le Wolfen Envois son poing enroulée de chaînes droit sur le nain, qui réplique en le frappant d’un violant coup de marteau tenu à deux mains. Plusieurs anneaux éclatent et pénètrent la chair du fils d’Ylia. Mais frappant alors avec sa lame de chasse, ce dernier foudroie le leader des petits êtres.

 

Relâchant la chaîne de sa main ensanglantée, le prédateur se porte alors en direction du fils d’Uren, un second trophée digne de lui…

 

Jouant sur sa vitesse, le gardien engagé mène son propre duel contre un bougre à la fois.

 

Mais la pugnacité naine met encore une fois Quithayran en difficulté. Le Nain encaisse le coup qui lui est destiné au prix d’un engourdissement passager et place un violant revers de marteau-pioche qui fait éclater en esquille la spalière de l’elfe et blesse celui ci…

 

Profitant d’un Flottement chez les nains privé de Leader, les défenseurs de Quithayran prennent l’initiative. Déjà, le Wolfen est au corps à corps…

 

Mais il faut plus que la perte d’un Héros pour faire débander un partit de nain décidé, et les arbalétriers font de nouveaux parler leurs armes…

 

La Zephyr écope d’un premier carreaux qui la laisse à l’agonie…

 

Mais à peine a elle le temps de peiner, les deux mains sur le sol qu’un second tireur abrège ses souffrances d’un second carreaux.

 

Sur la gauche des nains, le second bougre saute sur le gardien engagé. Seul, blessé, chargé, les choses s’annoncent mal pour le Gardien de la Forêt d’Emeraude…

 

Mais le troisième bougre, cherchant à se rapprocher de l’action est intercepté par le dernier gardien…

 

Se coulant dans le dos du fils D’Uren, le Prédateur le saisi brutalement et lui ouvre la gorge d’un coup de sa lame de chasse.

 

A peine sa victime exécuté, Le fils d’Yllia fait volte face et engage le bougre au prise avec le gardien au cheveux rouge. Mais le nain, refusant de paniquer, réussi à survivre sans prendre le moindre coup, et blesse même l’elfe…

 

Onental fait mieux. S’il n’arrivait pas à tailler la chair du Fils d’Uren, face à un simple bougre dépourvu d’armure, c’était autre chose et ses épées plongèrent profondément dans le corps du nain qui menaçait le gardien blond. Quand il les retira, dégoulinantes de sang, la vie du nain s’en était allée.

 

A coté, le combat entre le bougre et le gardien était indécis. Les deux adversaires parant au bouclier les coups qui leurs était destiné et ne parvenant pas à faire la différence…

 

Mais ce délais profitait à l’elfe, qui voyait ses plaies régénérer à vue d’oeil!

 

Et c’est le moment qu’Onental choisi pour rejoindre la mêlée. Bien que le guerrier de l’Aegis reçu la charge avec flegme, sa situation était désormais bien mal engagé…

 

Le bougre au contact du Wolfen tenta de se désengager, en exhortant ses camarades à cribler le loup géant de carreaux. Mais les nains ne sont pas connu pour leur vivacité et il ne pu rompre le combat…

 

Mais ses appels ne tombèrent pas dans les oreilles de sourds. Sachant que malgré sa belle performance et les blessures de ses adversaires, ses chances de survie face à un prédateur et un guerrier elfe étaient aussi mince que celle pour les quelles les nains du Multivers renoncent à leurs barbes, un premier arbalétrier décida de prendre le risque de le toucher et tira dans le tas!

 

Le trait passe bien au dessus du nain et se fiche dans le wolfen qui réprime un cris. La bête est maintenant salement amoché et il ne manque plus grand chose pour en venir à bout!

 

Un second arbalétrier arme son instrument et tire à son tour…

 

Et le Wolfen s’écroule, vidé par l’accumulation des blessures qu’il as subit. Le risque prit par les arbalétriers a payé!

 

Sur l’autre front, compte tenu de l’opposition, les choses ne se passent pas si mal pour les nains. Certes le bougre et submergé et saigne abondement de plaies ouvertes, mais Onental ramasse un coup de marteau pioche en pleine poire et en sort très amoché alors que son adversaire se paye le luxe de sonner le gardien…

 

Le combat entre le bougre, libéré du wolfen, et son dernier adversaire reste indécis. Le nain tout à sa tentative de désengagement ne frappe pas, et l’elfe, blessé, ne parvient pas à toucher.

 

Malheureusement pour lui, le temps joue en faveur du nain, car les arbalétriers sautent de leur promontoire. L’un d’eux vienne même engager le gardien.

 

Onental lui aussi aimerai bien se désengager, mais ses blessures le fond souffrir et il échoue sa tentative…

 

Mais grâce à son talent aux lames jumelles, il évite toute blessure et parvient même à contre attaquer. Mais le nain est coriace et plusieurs coups ne parviennent même pas à l’entamer. Les elfes réussissent néamoins à lui infliger une blessure supplémentaire. Décidément teigneux, le nain le fait payer au gardien à peine régénéré qui encaisse un nouveau dégât…

 

Mais c’est là le propre des Daïkinëes de tirer leur force de la forêt et c’est maintenant Onental qui vois ses blessures se refermer à une vitesse stupéfiante…

 

Mais alors que le nain s’apprête à vendre chèrement sa vie, à défaut d’un champs du cygne, c’est l’appel d’une corne qui se fait entendre.

 

 

Les combattants se séparent et les Daïkinëes disparaissent dans les bois. Des renforts de Quithayran doivent se trouver non loin et les nains n’ont pas assez sécurisé la zone pour la fouiller efficacement avant de mettre les voiles. Ni les elfes pour les en empêcher tout à fait. Les nains peuvent se consoler grâce aux plantes collecté sur l’un des buissons rare que l’un des arbalétriers surveillait de prêt à la fin du combat mais l’autre leur échappe.

 

L’affaire fut rude pour les Nains des monts Aegis. Leur chef est tombé, comme leur puis puissant guerrier, des mains de ce diable de Wolfen, l’un des bougre à été abattu par le champion elfe et un autre s’en sort de justesse, saignant de partout. Mais ils ont prouvé si besoin était la pugnacité des gens de Tir Na Bor et repartent avec un maigre butin. Mais butin quand même…

 

Les défenseurs de Quithayran ont du endurer eux aussi des pertes. Le Wolfen et la Zéphyr ont été terrassé par les arbalètes naines et l’un des gardiens à été réduit en tas de chair sanguignolant par le fils d’Uren. Les survivants sont tous blessés, mais leurs plaies se refermerons vites. La perte d’une femme est tragique pour ce peuple moribond, mais au moins ont il empêché les nains de se livrer au pillage annoncé et, espérons le, les auront dissuadé de revenir…

 

 


Première sortie de mes elfes Daïkines et de mes nains de Tir Na Bord Peint pendant la pandémie! J’avais promis à Gryff qu’il serait le premier à en voir la couleur! Et ben c’est pas raté!

Définitivement confrontation est presque plus un spectacle qui se déroule sous les yeux qu’un match pour savoir qui est le meilleur tacticien! On fait carburer les neurones mais le sort peu être cruel avec le meilleur stratège!

Pitaine

(Visited 71 times, 64 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *