Last Stand of the Samouraï!

Sur Venus, L’île de Yumî a toujours appartenu à la Zaïbatsu Sakura .Inc qui y gère des usines de trombones.

Mais l’activité est tombée en désuétude. Le trombone ne fait plus recette et les possessions de la petite Sakura .Inc ont été victime d’une OPA de la part de Bauhaus. La Mégacorporation Vénusienne compte transformer l’île en centre d’élevage de reptiles géants.

Mais le Daimyo de Sakura .Inc, déshonoré par la faillite de sa société, a demandé la permission à son suzerain de mourir en défendant son bien, pour l’honneur.

Ce dernier, la puissante Corporation Mishima, a accepté de couvrir les réparations et prêté à son vassal une troupe corporatiste pour joindre à ses effectifs limités, pour son baroud d’honneur.

Le dernier carré des samouraïs.

La bataille a lieu non loin des usines de trombone, prêt d’un groupe de bâtiment administratif. Comme partout dans ces îles, la jungle est omniprésente…

Prévenu du fait que le dirigeant de la société annexée risquait de résister à son expulsion, Bauhaus à envoyé un unité de la milice ducale prendre possession des lieux.

Le dirigeant de Sakura.Inc, la filliale déchue de Mishima est effectivement présent.Traditionaliste jusqu’au bout des ongles, il porte les deux sabres de sa caste pour toutes armes.

Mais il est loin d’être seul.

Chez Bauhaus, le commandement est assuré par un Mashall Vénusien. Ce n’est pas la première fois qu’il a affaire à Mishima et il a pris une escouade de Ranger Vénusien avec lui. Sage précaution…

Le seigneur Sakura est bien décidé à racheter son échec économique par son sang et celui des autres…

Le voilà qui fonce entre les bâtiments, à l’abri des balles Bauhaus, avec la ferme intention d’approcher l’ennemi à porté de lames.

En face, les Rangers ouvrent le bal. Spécialiste de la jungle, ils profitent de son couvert.

Ils ne cherchent même pas à négocier. Ils savent à quoi s’en tenir avec les Mishima et leur folie guerrière.

Deux samouraïs de Sakura Inc s’effondre. Comme leur maître, ils ne sont venus armés que des deux sabres du samouraï.

 

Pour les rônins envoyés par Mishima, cette mort vertueuse à caractère d’exemple. Ils ne sont pas venus pour survivre, et portent également les deux sabres mais ne dédaignent pas les armes à feu. Leur honneur consiste à emporter avec eux, autant d’adversaire que possible, par tous les moyens.

Tour à tour, ils passent entre la végétation, lâchant des tirs en direction de l’ennemi avant de replonger à couvert.

Parmi les rangs serrés des miliciens Bauhaus, deux hommes tombent sous les balles.

Sur leur droite, un autre groupe de milicien progresse, rang par rang, prêt à ouvrir le feu, si quoi que ce soit venait à jaillir des maisons.

Les Ashigaru progressent eux aussi. Soldats de seconde zone espérant s’élever il ne leur reste plus qu’a prouver qu’ils sont aussi capable que des samouraïs, de mourir dans l’honneur..

Employant la même tactique que les rônins et, fusils mitrailleurs en tête, il font chacun un bref passage à découvert pour tirer avant de se mettre à couvert.

La situation s’annonce compliquée pour le Mashall Bauhaus. Si sa corporation s’attendait à un peu de résistance, elle n’avait pas prévu qu’un groupe de combat de Mishima serait de la partie. Trop tard pour demander des renforts, il allait falloir faire avec ce qu’il avait sous la main pour défaire les forcenés s’il ne voulait pas que son son successeur finisse sont travail à titre posthume.

Premièrement, faire s’activer un peu les Rangers.

Les rafales trouvent leur cible. L’un des Rônins n’était pas suffisamment à couvert…

Ces duels à longue portée sont la spécialité des Bauhaus qui peuvent compter sur leur entrainement de qualité et leur matériel supérieur. Et les Rangers Vénusiens sont l’Elite de Bauhaus. L’un d’eux reste en alerte prêt à cartonner le prochain « amateur ».

En face, les samouraï de Sakura Inc se mettent eux aussi à couvert. Il n’ont pas peur de la mort mais aspirent à un corps à corps glorieux.

Bauhaus, manœuvrant en formation serré pour procéder à des tirs de volés y semble rigoureusement opposé. Le second rang avance. Épaule.

Et tire. Un nouveau Rônin mort la poussière.

le Premier rang reprend sa place, s’allonge pour garder la vue du second rang dégagé…

Et tire. Mais la salve, moins précise, ne trouve pas son but.

Les Mishima sont coincés dans la plantation. Face à eux, les rangs disciplinés de la Mégacorporation Vénusienne sont prêt à les mitrailler au moindre pas à découvert.

Mais les Mishimans ont un atout dans leur manche. Un overcraft « DragonBike ».

Ses lances-missiles sont chargés de munitions antichar. Qu’importe! Ce sont quand même de simples fantassins qui en feront les frais!

Mais les Landser Bauhaus ne l’entendent pas de cette oreille et ripostent par un feu nourris.

Le Blindage du véhicule Mishiman est perforé et l’engin commence à perdre de l’huile.

Profitant de la diversion, c’est au Meka de la corporation Mercurienne de progresser puis de profiter du couvert d’un bâtiment.

Les Bauhaus eux, maintiennent le feu sur le Dragon Bike.

Mais le blindage de la moto fait son office face aux balles de la mitrailleuse…

Alors que l’arme lourde se tait, les fusiliers là remplace et déchainent leurs armes automatiques sur l’engin…

La plupart des balles se perdent ou ricochent sur la carapace du véhicule, frôlant le pilote.

Mais l’une d’elle trouve un point sensible et réussi à endommager un peu plus la machine.

Énervé, le pilote rapproche son engin.

À cette distance sa propre mitrailleuse peut s’exprimer et les miliciens mangent du plomb!

Mais les rônins de Mishima sont toujours acculés derrière les plantes par les tirs Bauhaus, l’un d’eux, encore trop exposé, tombe…

C’est un milicien du groupe principal qui a réalisé ce tir opportuniste. Ses camarades, eux, se préparent à défourailler tout ce qui aurait l’imprudence de sortir de couvert: Le premier rang allongé, le second debout, prêt pour un tir de volée.

Le Daimyo, toujours seul, continu son contournement, bien décidé à trouver un moyen d’engager un corps à corps honorable.

Inconscient de cette menace, l’escouade Bauhaus la plus proche du village concentre ses attentions sur les rônins, manœuvrant pour les apercevoir.

Un nouveau rônin, pourtant élevé depuis l’enfance dans une tradition martiale, s’effondre sous les balles d’un roturier Bauhaus, accomplissant son service militaire…

Soudain, le Meka jaillit de son couvert! Le tir de volée est déclenché à son encontre par les Bauhaus chez qui la surprise le dispute à la discipline.

Mais malgré la taille de la cible, aucune balle ne parvient à lui infliger des dégâts.
Le monstre mécanique se dresse un instant face aux landser médusés…

… Et charge les Rangers Vénusiens! BANZAÏ!

Le Marteau pneumatique du Mékas s’abat!

Fracassant un arbre au passage, il pulvérise l’un des soldats d’élite! Mais le méka est endommagé dans la manœuvre et le mitrailleur des rangers ouvre le feu sur lui à bout portant!

Sous les rafales combinés des Bauhauser, tirées quasi à bout, touchant le méka est criblé de balles de gros calibre qui le traversent de part en part, sonnant le glas de la machine et du pilote.

C’est à ce moment qu’une balle sans doute tirée par un ranger, atteint le pilote du Dragon Bike en pleine tête. Les Mishimans viennent de perdre leurs deux machines de guerre en quelques secondes…

Mais il leurs reste leurs hommes, à commencer par le groupe d’Ashigaru qui fait une sortie rapide et déclenche une fusillade en direction du groupe de milicien du village qui pert son mitrailleur et l’un de ses soldats.

Mais les Bauhauser ripostent et c’est au tour des Ashigaru de perdre deux des leurs!

Il est bien entendu hors de question de laisser des Ashigaru mener ainsi la charge! La seconde escouade de Rônin surgit à son tour! Ses tirs atteignent l’un des sergent Bauhaus qui s’écroule, l’épaule disloqué, et provoquant un début de panique chez ses soldats.

Se joignant à l’assaut général, les samouraï Bushido de Sakura Inc chargent eux aussi. Mais à la différence de leurs camarades Mishimans, ils ne s’arrêtent pas pour tirer et se jettent sur les Rangers vénusiens, pourtant prêt à les recevoir…

L’un d’eux tombe sous les tirs de contre-charge, mais leur leader et le combattant qui parviennent au contact démontrent la terrible réputation de corps à corps des Mishimans.

Même si dans le bosquet, leur troupe d’élite est engagé dans une féroce mêlée, la principale section de milicien ne rompt pas la discipline. Au premier ordre du sergent, les hommes épaulent dans un ensemble coordonné et au second, ouvrent le feu.

Les Ashigaru de Mishima sont balayés.

Si la roture Mishimane est de l’histoire ancienne, le premier des Rônins atteint le contact et un ranger Venusien par la même occasion…

Mais le Bauhauser n’est pas un adversaire si simple et il réussit à parer le coup de Katana avec la crosse de son fusil! Les camarades du rônin le suivent en ouvrant le feu sur des miliciens paniqués. Un nouvel homme s’écroule!

A peine le tir est-il partit qu’ils rejoignent leur camarade à l’assaut du bosquet! Le commandant Bauhaus voit son groupe de force spéciale submergé à quelques mètres de lui. Sheisse!

Jouant du sabre, un rônin se débarrasse du dernier landser de la gauche Bauhaus. Au contact, encombré par sa lourde mitrailleuse, le milicien n’avait aucune chance…

Mais loin de perdre leur sang froid, les hommes de la corporation Vénusienne s’appliquent à répliquer. Un feu croisé depuis la droite du dispositif Bauhaus prend les Samouraï Bushido en feu croisé et abat leur leader.

Mais l’un des soldats ne se joint pas au carton. Il surveille les arrières…

Un mouvement suspect l’a alerté. Quelqu’un essaye de les prendre à revers!


Hans? Y’en a un là!

Mais le Bauhauser n’as pas le temps de réagir que le Daimyo est déjà sur lui!

Le Marshall Venusien à bien d’autre soucis. C’est une chose de savoir que la qualité des armes à feu Mishimanes est inférieure et que le focus de cette corporation enfermé dans ses traditions, met sur le combat à l’arme blanche ainsi que son système de caste rigide qui nuit à sa capacité de gagner des conflits modernes. C’en est une autre que de devoir gérer une demi-douzaine de sabreurs préparés à tuer depuis l’enfance déboulant à quelques mètres.

Le groupe principal de Milicien rompt la ligne de tir pour former le hérisson: chaque homme couvre une direction et se tient prêt à abattre tout ce qui peu se présenter. Entraînement, préparation et professionnalisme. Ce que fait un Bauhaus, il le fait bien, fut-il un conscrit.

Ce faisant, ils lâchent quelques tirs choisis. L’un d’eux les débarrasse du mitrailleurs ronîn resté en arrière.

Un autre ouvre le feu sur un simple rônin, avec succès la encore.

Les forces Bauhaus sont ainsi proprement réorganisées autour du Marshall et du sergent restant.

Les derniers rangers vénusiens succombent, avec un des Rônins.

Les rescapés de l’assaut sont maîtres du bosquet.

Bien sur ils n’ont aucune intention d’y rester et foncent sur le herrisson Bauhaus!

Mais la tactique adoptée par les Bauhaus est justement adapté à ce cas de figure et à peine le samouraï rônin se dévoile, qu’il est fauché par le tir défensif des Landser.

Mais son camarade réussit en passant plus bas à intercepter un milicien isolé!

Le combat est difficile. Malgré sa charge impétueuse, le mishiman ne parvient pas à renverser le Bauhauser. Ce dernier n’a beau être qu’un conscrit, c’est sa vie qu’il défend!

Trouvant dans sa volonté de vivre les ressources suffisantes pour compenser son manque d’expertise, il réussit à placer un coup de crosse au visage du sabreur avant de lui vider son chargeur dans le corps. L’armure du guerrier ne le sauvera pas des balles de gros calibre du fusil Bauhaus.

Son collègue engagé contre le Daimyo à plus ou moins le même problème en pire.

Mais ni son envie de vivre ni la qualité soignée de l’entrainement que Bauhaus fournit au moindre de ses appelés n’empêchera sa tête de rouler dans la poussière à plusieurs mètres de son corps.

Pour les derniers soldats de l’escouade, c’est la panique!

Les trois Bauhauser du hérisson qui lui font face tentent bien d’abattre le forcené mais échouent à l’empêcher d’atteindre un autre soldat…

Sa tête roule à son tour dans l’herbe, suivit bien vite de celle de deux autres soldats alors que le dernier des Samouraï virevolte au sein des lignes Bauhaus.

Mais que peut un homme seul avec ses sabres, aussi doué soit-il, contre un groupe de soldats disciplinés armés de fusil d’assaut? Alors qu’il extrait son sabre de sa dernière victime, le Daimyo constate que le sergent Bauhaus à reformé ses hommes en une ligne face à lui.

La Ligne épaule. Le Daimyo murmure un Haïku, il est temps de mourir.

La victoire revient à Bauhaus. Son futur élevage est sécurisé et les assurances de Mishima payeraient surement pour les « dégâts ». Mais pour les miliciens Bauhauser, la confrontation avec des fous furieux bardés de sabre fut un enfer qu’ils ne sont pas prêt d’oublier. Pour une simple opération de contrôle, les pertes ont été lourdes. Fichus Mishiman!

Commandant Bauhaus: Pitaine
Commandant « Mishima fonce dans l’tas »: Gryff
Figurines: Pitaine.

(Visited 28 times, 22 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *