Sylvanie Paradis Fiscal

Le petit rapport de bataille « En attendant l’Aube » est non seulement joué avec les règles de WJDR2 à peine modifiée, mais est aussi issu d’un Authentique scénario de jeu de rôle que j’ai écris voilà bien des lunes pour « Jeu de Rôle Magazine » et qui n’avait pas été publié pour d’obscure raison de copyright.

Tentant l’aventure d’un « Choix Des Armes » organisé par Tueur Nain sur le Warfo pour ma toute première fois, j’ai cédé à la facilité et ressortit l’intrigue de mon scénario de JDR pour faire la trame de mon CDA. Le Thème était « Groupe d’Aventurier ». Facile Emile. Il me suffisait de reprendre la trame globale: Un Marchand Impérial fuyant le Fisc en Sylvanie avant de devenir malgré lui l’Otage, plus que l’hôte, des maîtres des lieux, de créer un groupe d’aventurier et d’en faire les figurines!

Pour ceux que ça intéresse, voici donc les textes et Figurines dévelopés pour l’occasion y’as à boire et à manger, y compris des profils de jeu.

Texte d’ouverture:

Hors donc la Sylvanie! La Sylvanie est une terre reculée, peuplée de paysans supersticieux à l’histoire marquée par de puissant et capricieux seigneurs vampires. Seigneurs Vampires qui n’ont jamais véritablement disparu malgré les purges des répurgateurs qui ont frappé la région après les guerres vampiriques et la tutelle toute théorique du Grand Compté de Stirland Voisin. C’est une terre propice à la famine où les goules hantent les bois, ou l’on cloue de l’ail à sa porte pour éloigner le mauvais sort et ou les habitants, pour la plupart xénophobes, égoïstes et ignorant du monde qui vivent encore parfois ouvertement sous la coupe des Seigneurs de la Nuits. Mais c’est aussi un coin arriéré et méconnu de l’Empire, souffrant de sa mauvaise réputation. Et tout ce qu’en as retenu Radcliffe, un gros marchand d’Altdorf, c’est que sa mauvaise réputation suffit à tenir à distance les collecteurs d’impôt et que sa pauvreté signifie qu’on peu soudoyer les autochtones pour un rien.

C’est pourquoi il as décidé de partir s’y installer, après avoir pris contact avec un noble local qui, dans ses lettres fort courtoise à accepté avec bienveillance de l’accepter sur ses terres.

Radcliffe as donc fait ses bagages et à quitté la Capitale de l’Empire et le Reikland pour s’installer en Sylvanie s’y construire un manoir et échapper à l’impôt.

Seulement, ce n’est pas au gout de la très sérieuse Force Impériale de Sécurisation des Capitaux! Radcliffe est partit chargé de titre aux porteurs, à placé ses affaires sous la direction de prêtes noms, rendant toute saisie délicates et doit encore une fortune en couronne au trésors au titre de la taxe sur les fenêtres d’Altdorf! Sans sa personne physique et son livre de compte, impossible de lui coller un redressement fiscal en bon et du forme!

La Force Impériale de Sécurisation des capitaux à donc décidé de mettre sa tête à prix. 500 Karl d’Or à quiconque le ramènerai Radcliffe à Aldorf, et 100 Karl supplémentaire pour son livre de compte.

Et cet offre n’est pas tombé dans l’oreille d’une Sourde….


Henri, le Bateleur Bretonnien

J’me présente, je m’apelle Henri
J’viens d’là bas, de la Bretonnie,
De L’Artenois Ah !

De L’Art’nois dont j’suis vn’u à pied
En espérant gagner des cliquets
Mais pour en avoir, je suis pas arrivé

J’suis Bat’leur, je chante pas pour rien
Quelques pièces et un p’tit morceau d’pain
Morceau d’pain hein !

J’vais écrire des chansons dans l’vent
Pour faire frémir les dames du Reiklan’
Pour faire valser, dans les soirée, les guerriers du Loup Blaaaanc !

Et partout dans l’Empire, j’veux qu’on parle de moi
Que les filles soit nue qu’elles… Oui ?

-Henri, t’est au courant que c’est pour chanter sur nous qu’on t’as engagé à la base ?

-Heu.. Certes Certes…

Henri vient de l’Artenois. Son véritable truc dans la vie, c’est lui même. La chanson, ça vient en second. Issus de la partie paisible du Duché, il as vite compris, ou plutôt décrété, qu’il n’y ferai pas carrière. Non. Il décidé de visé bien plus haut que de misérables cours ducales: L’Empire! L’Empire, terre de progrès, de musique, de littérature! Pays à la mode incomparable! Seul endroit possible où faire une carrière digne de ce nom! Henri à donc déserté le bon royaume de Bretonnie pour partir à la conquête de l’Empire.

Mais une fois arrivé, après quelques péripéties, force et de constater que tout ne sera pas si simple. Pour percer, Henri vas devoir perfectionner sa pratique du luth et du chant… Et surtout, trouver un nouveau costume de scène qui ne soit pas moins éclatant que les vêtements insensé des citadins locaux, récupérer assez d’argent pour imprimer ses chansons, et les faire écrire d’ailleurs, s’acheter un meilleur instrument bien sur et surtout, graisser un peu la patte des chercheurs de talent de la noblesse. Pour tout ça, la proposition de cette chasseuse de prime locale tombe à point nommé!

Henri le Bretonnien
CC CT F E Ag Int FM Soc
36v 30 37 34 37v 34 34 40vv
A B BF BE M Mag PF PD
1 10 3 3 4 0 3

Compétences : Baratin, Charisme, Commérage+10, Connaissance Générale (Bretonnie, Empire), Expression Artistique (Chant, Luth) Langue (Bretonnien, Reikspiel), Natation, Perception.
Talents : Eloquence, Sur ses gardes, Résistance aux poisons, Tireur d’élite.
Armure : Gilet de cuir (corps 1)
Armes : Epée courte.
Dotations : Luth, costume de scène et de voyage (excentrique… Pour la Bretonnie!) Bourse avec 15 couronne d’or (quand on pense qu’il as pas payé sa tournée!).
XP : 400

Un Barde bien cliché que j’ai fait la au final. Mais je suis très fier de la chanson!

Lena, la Chasseuse de Prime:

Lena Tanzer est une chasseuse de prime humaine impériale. A force d’expérience, elle est devenue redoutable dans sa profession et s’est forgée une petite réputation dans les milieux autorisés. Elle est connue pour ne pas rechigner à la tâche et pour sauter sur toute les occasions de toucher des primes.
Mais la réalité, c’est que les primes sur les peaux vertes abbattus, sur les hommes bêtes occis ou autre monstre sont rarement attrayante. Le gibier pour le quel l’homme est le plus généreux n’est autre que l’homme lui même. Et Lena accumulent patiemment le plus gros pécule possible. Contrairement à nombre de collègues qui ont tôt fait de le boire et finissent égorgé dans un caniveau ou tué par le criminel de trop, elle as un objectif. Amasser assez d’argent pour s’offrir un ranch en Averland. Non qu’elle s’y connaisse en bestiaux, du moins, plus que le montant de la prime moyenne sur les voleurs de bétails, mais c’est assise sous le porche de sa maison, considérant fièrement son troupeau qu’elle se voit prendre sa retraite. Il lui faudra sans doute des associés et un gang entier de Radcliffe à arrêter pour en arriver là, mais il est hors de question de laisser passer une telle prime.

Lena Tanzer , Humaine, Chasseuse de Prime 10 promotions.
CC CT F E Ag Int FM Soc
38v 44vv 42v 28 36vv 36 37v 36
A B BF BE M Mag PF PD
1 15vv 3 2 4 0 3

Compétences :Commérage, Connaissance générale (Empire), Déplacement silencieux, Filature, Fouille, Intimidation, Langue (Reikspiel), Perception, Pistage, Survie.
Talents : Acuité Visuelle, Adresse au tir, Camouflage rural, Coup puissant v, Maîtrise (Armes Paralysantes), Saine d’Esprit, Tireuse d’élite.
Armure : Gilet de cuir (corps 1) Calotte de cuir (tête 1)
Armes : Arbalète, épée, dague, filet.
Dotations : 10 carreaux, Vêtements communs, sac à dos, couverture, bol et couvert en bois, bourse avec 9 couronnes d’or, 10 mètres de corde, menottes.
XP : 1000

Pas de Texte d’Ambiance pour cette pauvre Léna. Mais c’est que comme elle est chef de groupe, elle apparait régulièrement dans ceux des autres. C’est le pivot autours du quel toute la bande est articulé. Mon Inspiration principale: Le Manchot, dans « Pour quelque Dollars de plus ». La référence absolue des histoires de chasseur de primes!

Elias le Chevalier Errant

Pour une poignée de Chaussettes.

 

Sur la place du marché d’un petit bourg proche de Kemperbad, la chasseuse de Prime Lena Tanzer venait d’envoyer paître un postulant. Peut être n’aurais elle pas dû ? Les candidats pour se rendre en Sylvanie afin de l’aider à décrocher la prime ne se bousculait pas au portillon. Sans même parler de combattants émérites et quitte à partager la prime, à minima une paire d’adjuvant pour les tours de garde, intimider les éventuels gardes du corps et faire face aux danger du voyage, ce ne serai pas du luxe. Si seulement elle pouvait recruter une fine lame. Un spadassin blanchi sous le harnais ou une mercenaire norse… En désespoir de cause elle avait déjà accepté un bateleur bretonnien. L’homme voulait de l’argent, il avait déjà voyagé et portait une épée.

C’était pas si mal.

Mais un peu léger…

Avec un peu de chance elle et Henri, le bateleur, trouveraient un troisième en se rapprochant de la Sylvanie ? Le Stirland devait bien compter quelques solides gaillards intéressé par l’aventure?

Il lui fallait quelqu’un de consistant, quelqu’un de fiable, rompu au combat et à peu près facile à vivre. Mais surtout il lui fallait quelqu’un ! Quitte à ce que ce soit un cuisto Halfling, une lavandière de Marienurg ou un rempailleur de chaise du fond du Talabecland ! Ou l’espèce de surinneur malodorant qui avait regardé sa bourse pendant toute la conversation dix minute plus tôt? Celui là avait quand même plus la tête de quelqu’un à être à prix qu’à toucher les primes.

D’ailleurs, avant de partir, elle pourrais peut être se renseigner auprès des autorités locale, voir si, à tout hasard…

« Excusez moi »

Tirée de ses pensées, Léna releva la tête. En face d’elle, une silhouette grande, élancé et surtout armée de pied en cap et coiffé d’un heaume d’acier qui masquait le visage d’où provenait la voix. Les yeux de la chasseuse de prime se mirent à détailler avidement. Une cotte de maille robuste, portée sans effort, des bottes de marches usées, mais solide, un bouclier bien entretenu mais dont les écorchures trahissait un usage aussi régulier qu’efficace, jusqu’au paquetage bien ordonné du voyageur consciencieux. La taille haute, bien qu’un peu voûté, le bras long, gage d’allonge en mêlée et bien sur, une épée, à priori de bonne facture, mais pas tout à fait neuve. Loué soit Sigmar !

Elle tenta de garder un ton égal.

« Que puis je pour vous? »

Sortant du heaume, une voix belle mais empressé lui répondit.

« Je suis Elias, de Bretonnie my Lady. J’ai entendu que vous cherchiez des hommes qui savent se battre et je suis venu rapport au fait que je suis un homme… un chevalier. Homme. Haha! Et je me débrouille bien avec une épée, ce qui est normal pour nous les hommes, hein ? ! On a pas peur de s’en vanter, parce que c’est comme ça qu’on est, nous, les hommes, n’est ce pas ? Haha! Et vous avez besoins d’un homme et je suis votre homme. Ca se voit vu que je porte les armes, comme un homme et vous pouvez compter sur moi pour affronter bravement le danger… comme n’importe quel homme ? D’ailleurs c’est inutile que je retire mon casque pour que vous regardiez mon visage d’homme, vu que je suis un homme et qu’il n’y as pas de doute dessus…»

Le chevalier s’interompi. Il semblait retenir sa respiration.

Lena le considéra à nouveau en haussant un sourcil.

« A quelles occasions avez vous déjà combattu? »

Le chevalier sembla désarçonné par la question. Puis sa voix se fit plus dure, plus laborieuse, comme celle de quelqu’un qui évoque des souvenirs difficiles.

« J’ai participé à une charge contre les Orques, en Lyonesse, prêt du Village de Pêchelieu. J’ai repoussé une attaque de brigand dans le défilé de la Hache avec une caravane et j’ai perdu mon cheval dans une embuscade d’hommes bêtes le mois dernier. J’ai réussi à en tuer deux. »

Lena lui tendit la main.

« Vous êtes engagé.»

Elias la serra chaleureusement.

« Vous ne le regretterez pas »

« J’y compte bien. Maintenant, suivez moi, on vas essayer de retrouver l’homme qui parlait avec moi tout à l’heure je suis presque sur d’avoir déjà vu sa tête quelque part…; » Dit elle en dégageant le filet de son sac. Elle pris ensuite le chemin de la taverne où? lui semblait il, il s’était engagé. Diligemment, Henri la précéda et lui ouvrir la porte. Elle marqua un temps d’arrêt. Le regarda sourire, puis dévisagea Elias, qui n’avait toujours pas retiré son casque, puis de nouveau Henri.

« Rappelez moi de ne JAMAIS foutre un pied en Bretonnie ».

Le Bateleur, interloqué, la regarda entrer.

« Bah ? Pourquoi ? »

Elias, vient également de Bretonnie. C’est un chevalier errant. Et entend que tel, il n’as cure de l’argent. Rien n’est moins chevaleresque que se préoccuper d’argent. Bon forcément c’est plus simple quand on en as. Ou alors un suzerain, ou des parents pour vous payer la remonte. Parce qu’actuellement, Elias est perdu au fond de l’Empire, et n’as plus de cheval. Et un chevalier piéton, ce n’est pas très chevaleresque non plus… Mais lorsqu’il a quitté la terre de ses ancêtres c’était fermement décidé à aller jusqu’au bout. Il serai chevalier. Après la mort de son cheval, il s’était demandé ce qu’aurais fait Gilles le Breton à sa place. Surement pas demi tour!  Il avait donc rassemblé ses affaires dans un sac à dos et continué. Après tout, Martrud de Montfort lui même n’avait pas hésité à mettre pied à terre en sont temps.

Elias a appris qu’une chasseuse de Prime Cherchait d’hommes pour l’accompagner vers une province de mauvaise réputation. Une femme  ch.. chef de groupe, c’était un peu incongru et courir après un gros marchand pour de l’or, ce n’était pas très chevaleresque. Qu’aurais fait Gilles? Et bien… sans doute qu’il n’aurait probablement pas laissé une damoiselle seule partir dans une région dangereuse. Cordouin de l’Anguille n’était il pas connu pour sa sollicitude envers les dames? Quand à l’Argent… Gilles n’en avait jamais reçu, pas plus qu’aucun de ses compagnons pour ses aventures. Cela dit, Gilles n’avait jamais été à cours ni d’argent, ni de destriers dans les lais… C’est sur ce vide Juridique qu’Elias répondit à l’Appel de Léna Tanzer, espérant bien réinvestir sa part dans une nouvelle monture.

 

Elias le Chevalier errant.
CC CT F E Ag Int FM Soc
36v 23 30 33 39 28 41v 24
A B BF BE M Mag PF PD
2v 13 3 3 4 0 3

Compétences : Commérage, Connaissance Académique (Généalogique/Héraldique), Connaissance Générale (Condition Féminine dans la Noblesse Bretonnienne),Connaissance Générale (Bretonnie), Dressage, Equitation, Esquive, Langue (Bretonnien, Reikspiel), Soin des Animaux, Survie.
Talents : Acuité Auditive, Coup puissant, Etiquette, Grand Voyageur, Maîtrise (Arme de Cavalerie) Réflexes éclair, Vertu du Chevalier.
Armure : Gilet de maille, cagoule de maille, casque, veste de cuir (Tête 4, corps 3, bras 1 Jambes 0)
Armes : Bouclier, épée, dague.
Dotations : Vêtements communs, sac à dos, couverture, bol et couvert en bois, bourse avec 9 couronnes d’or.
XP : 400

Ce personnage doit beaucoup à celui d’un copain. Jusqu’au prénom! J’adore le coté « Bretonnien qui veut bien faire ». J’ai néanmoins beaucoup hésité à en faire un écuyer impérial, pour avoir l’occase de lui faire une héraldique classe.

Jarla l’Initiée de Morr

Jarla pris une grande inspiration avant de pousser la porte de l’enseigne du Comte Martin.

Elle était initié du culte de Morr, dieu des morts et des songes et comme tout les membres de son culte, elle était attentive à ses rêves.

Celui qu’elle faisait à répétition depuis quelque temps était on ne peu plus net : Une nuit agité et nuageuse, sous le regard de Morrslieb, dans un pays désolé ou elle affrontait des morts vivants aux coté d’aventuriers, dont une femme dans un grand manteau beige, des fers à la ceinture et une corde la désignant comme chasseuse de prime. Un intense sentiment de devoir et de danger flottait sur ce rêve.

Elle en avait parlé aux prêtres et prêtresses. Plusieurs avaient fait des songe ou elle quittait le Temple local pour suivre un corbeau. Tout le monde avait du convenir qu’elle devait trouver et accompagner le groupe de l’aventurière au manteau beige jusqu’à cette fameuse nuit. Telle était la volonté de Morr.

Elle ouvrir la porte et pénétra dans l’Auberge. Quelques consommateurs levèrent les yeux sur elle. Elle portait les robes noire sans ornement de son ordre. Un marteau de guerre battait son flanc. Elle l’avait pris au temple avant de le quitter, consciente que sa vision allait l’emmener à se battre. Elle y était prête.

Elle aperçu celle qu’elle cherchait. Elle marqua un temps d’arrêt. C’était bien elle, il n’y avait aucun doute possible.

Elle repris sa course et se faufila entre les paysans et les soldats qui vidaient quelques godet en cette fin d’après midi. Et si la chasseuse de prime refusait son aide ? Les fidèles de Morr faisait parfois peur aux supersticieux. Il faudrait la convaincre. La vision était claire, il fallait que Jarla accompagne ce groupe à tout prix. Mais elle était confiante. Le rêve était un signe divin. Son sens était évidant. Un marteau de plus dans un groupe qui s’apprêtait à affronter le danger était toujours un avantage. Et elle avait de multiple talent et saurait se rendre utile. Autant d’arguments à faire valoir.

Arrivant devant la table d’angle ou la femme de son rêve était entrain de manger en compagnie deux hommes.Les aventuriers du rêve. L’un d’eux portait un luth qu’il s’employait à accorder, l’autre était un guerrier en cotte de maille et aux traits fin. Il semblait aux aguêt. Jarla pausa les paumes de ses mains sur la table et fixa la chasseuse de prime dans les yeux. Cette dernière interrompis la course de sa cueillière pleine de haricots à mis chemin de sa bouche et releva les yeux.

« Je dois passer la nuit avec vous ! »

Lena, la Chasseuse de Prime écarquilla les yeux et lâcha sa cuillière qui fit poc dans l’assiette de bois, projetant un haricot sur Henri, le ménestrel. Jarla se repris.

« Je veux dire, ça fait longtemps que je rêve de vous la nuit. »

La bouche de son interlocutrice était grande ouverte.

La Morrienne sentait bien qu’un certain malaise s’était installé. Elle leva la main gauche comme pour soutenir son propos, de la droite, elle pointât la ceinture de la Chasseuse de prime.

« Je… vous avez des menottes comme dans mes songes… »

Lena Tanzer tournait maintenant la tête de droite et de gauche, cherchant le soutient de ses camarades. Le chevalier s’était mis à rougir. Henri, ôta machinalement le haricot de son visage tout en continuant à pincer répétitivement ses cordes et quelques clients à des tables proches s’était mis à écouter la conversation. Le malaise prenait ses aises.

« Les autres aussi bien sur il faut qu’ils soit là… »

Jarla rougissait à mesure qu’elle parlait, consciente que son exposé était entrain de lui échapper complètement.

Le jeune guerrier enfila vivement son heaume et se mit à regarder fixement la table alors qu’Henri s’était mis à la dévisager à son tour.

Jarla éclata  « S’il vous plaît ! Prenez moi ! Je ferai tout ce que vous voudrez !» son visage se décomposait sous la panique alors qu’elle se rendait compte de ce qui sortait de sa bouche.

Henri cassa une corde et le jeune guerrier ne bougeait plus. Quand au malaise, il avait carrément commandé une bière.

Lena l’interrompis en levant la main.

« Vous êtes du culte de Morr n’est ce pas ? »

L’initié hocha la tête timidement, n’osant plus rien dire.

« Asseyez vous, on vas boire quelque chose »

Déçu, le malaise haussa les épaules et s’en fut…

Jarla est une initié de Morr. Confié jeune au Temple du Dieu après un rêve marquant, comme il est de coutume dans le clergé du dieu des morts et des songes. Vive d’esprit elle apprenait vite et faisait preuve d’une grande piétée. Bien sur elle n’avait pas que des qualités. Elle était souvent fébrile, quelque peu dissipé, et ne tenait pas en place. Rien qui ne soit rédibitoire, même si le clergé de Morr était coutumier de membre plus… Calme. Celle qui lui enseignait l’astronomie avait quelques fois proposé de la revendre à un cirque. Ou à l’école d’artillerie de Nuln. L’un de ses professeurs su canaliser son trop plein d’énergie en lui apprenant les bases du maniement du marteau au quel elle se révéla plutôt doué. « Toujours utile, si quelqu’un revient troubler le Jardin de Morr », lui disait ce vieux prêtre borgne au visage couvert de cicatrice et qui ne se séparait jamais de sa propre arme. Tout aurait pu rester ainsi jusqu’à son ordination si elle n’avait pas fait ce rêve ou elle s’était vu accompagner le groupe d’une aventurière en pleine lutte avec des morts vivants. La première fois, elle avait cherché la symbolique: Une femme Guerrière, ce pouvait être Myrmidia, cette déesse du Sud. Elle représenterai alors Morr et… Non ça n’avait pas de sens.

Son tuteur évoqua la possibilité que ce fut une approbation de son entrainement martial.
La seconde fois, elle chercha la métaphore: Le groupe, c’est l’unité. L’unité des hommes c’est l’Empire, en lutte contre des zombis, donc quelque chose de pourris. Chasser la corruption? Un culte néfaste? Non, il y avait des bretonniens dans le groupe…
Le supérieur du Temple évoqua la possibilité que ce fut une vision du futur.
A la troisième fois, elle en avait parlé à tout les prêtres du temple mais personne ne voyait de marche à suivre précise. Sa professeure d’astronomie avait été la première à rêver qu’elle quittait le temple. Mais d’autres suivirent. Ce qui sembla surprendre la prof d’astronomie d’ailleurs.  Il lui fallait donc partir et elle s’y prépara. Sac à dos, Marteau de guerre, couverture, couvert de voyage… Partir oui, mais pour où?
A la quatrième fois, elle trépignait. Ce n’était pas à prendre au sens littéral quand même? Une sorte de rébut?Mais pourquoi une arbalétrière au manteau beige?
Le doyen lui conseilla de reprendre la camomille.
A la cinquième fois, de guerre lasse, elle s’en ouvrit au commis venu livrer les oeufs.
« Bah, mamzelle », lui avait il dit. « vot’ donzelle à l’Arbalète, elle aurait pas les cheveux jusque là, un manteau beige, un chapeau de cuir brun, des chaines et de la corde à la ceinture? Parce que si c’est l’cas, elle est à la taverne à r’cruter des lames pour un expédition en Sylvanie… »

Jarla, Initiée de Morr
CC CT F E Ag Int FM Soc
42v 28 38 38v 27 43vv 43vv 41v
A B BF BE M Mag PF PD
1 13v 3 3 4 0 2

Compétences : Charisme, Commérage, Connaissance Académiques (Histoire, Théologie), Connaissance Générale (Empire), Intimidation, Langue (Reikspiel +10, Classique) Lire/écrire, Perception, Soin.
Talents : Guerrière Née, Eloquence, Force Accrue, Imitation, Sociable.
Armure :
Armes : Marteau de guerre, dague.
Dotations : Vêtements communs, Robe Noire d’initié Morrien, Symbole de Morr, sac à dos, couverture, bol et couvert en bois, bourse avec 14 couronnes d’or.
XP : 800

Les fidèles de Morr, c’est de la triche, avec un songe, on justifie n’importe quel plan. Par contre, on les vois rarement en figurine, au profis des sigmarites. Ca change non?

Waldemar, le Collecteur de Taxe

« Une pistole par tête pour le passage, c’est cher mais passe encore. Mais une Pièce d’or par épée ? Sérieusement ? »

« Ordre du Graff Von Stolpe. C’est écrit là. » Dit l’homme en pointant du pouce le parchemin exposé sur son torse. « Pour éviter d’armer les Sylvaniens. Moi j’applique.»

Lena Tanzer jeta un œil à son groupe qui protestait unanimement. Ils étaient trois sur quatre à porter des épées et aucun n’avait très envie de mettre la main à la bourse. Trois couronnes pour emprunter une fichu route… Son attention revint sur le péagier. Un gaillard barbu coiffé d’un chapeau de feutre et accoudé à un panonceau. Il tenait une arbalète chargée.

« Vous pensez quand même pas que c’est trois épées qui feraient la différence à l’échelle d’une Province! »
« Allez le dire au Graff. »
Bon, l’Argumentation sur la logique était un échec.
« Vous savez… on fait quasiment le même boulot que vous. On cours après un contribuable qu’a pas payé son dû. Sa tête est mise à prix. »
« Et moi, je suis payé a proportion de ce que je collecte. Et n’essayez même pas de penser à passer en force, je tire juste. »
La connivence, échec aussi. Lena, soupira.
« Vous savez, on est pas riche »
« Vous l’êtes assez pour voyager avec des épées. »
La pitié, non plus.
« Y’as du monde qui emprunte cette voie ?»
L’homme se redressa.
« Vous rigolez ? Ca mène en Sylvanie ! Y’as quasiment pas un chat en temps normal ! A votre avis, pourquoi mon collègue s’est barré y’as trois mois ? »
L’homme était effectivement seul. Visiblement, la petite bâtisse sur le bord de la route était son logement de fonction. Mais risquer une blessure idiote avant d’entrer en Sylvanie n’était pas une très bonne idée. Ni tenter de passer de nuit.
La chasseuse de prime ôta son chapeau et en sortit une monnaie d’or. Des deux bretonniens, il fallu convaincre Henri qui fit quelques difficultés supplémentaire mais les pièces virent finalement tinter dans la cassette du garde frontière.
« A la bonne heure. » dit il en empochant l’argent. « Alors dites moi un peu, c’est qui votre proie ? Vous devez être bien désespéré pour la suivre jusqu’en Sylvanie. » L’homme commença à pivoter la barrière qui barrait le chemin.
«Un certain Radcliffe. Les percepteurs de l’Empereur on mis sa tête à prix pour cinq cent Karl d’or. »
A ces mots, le collecteur de taxe s’arrêta net dans son mouvement. Au bout de quelques secondes, les aventuriers le virent avec stupeur désarmer son arbalète, se précipiter dans sa maisonnette et en ressortir avec un sac à dos et un bouclier avant de terminer d’ouvrir la barrière.

Henri l’interpella. « Mais qu’est ce que vous faîtes ? »
Le collecteur assura son sac et son bouclier dans son dos puis lui lança un regard incrédule.

« Quelle question ! Je viens avec vous ! J’en ai ma claque de ce boulot!»

Waldemar est garde-péagier Stirlander. Mais ni l’un ni l’autre ne sont une fatalité. Certes, la paye est attrayante. Mais le danger permanent. Surtout depuis que son collègue à mis les voiles. Brigands, Monstres, morts vivants et pire, mauvais payeurs. Tout ça pour percevoir l’octroi d’une mauvaise route entre les terres de Von Stolpe et de la Sylvanie. Une route peu rentable, car peu sure et peu fréquenté. En tout cas, si la paranoïa du Sire Von Stolpe sur le retour des comtes vampires et leur revanche restait sans fondement. Parce que sinon, la route pouvait effectivement devenir d’un coup très fréquenté. Mais beaucoup moins sure. Et certainement pas rentable. Bah! Ce n’était pas si pire. Von Stolpe était notoirement obnubilé par la Sylvanie, les brigands réfléchissait à deux fois devant son arbalète, et il fallait bien mourir de quelque chose. De toute façon, Waldemar n’avait pas d’argent pour s’en aller… A moins que?

Waldemar
CC CT F E Ag Int FM Soc
39v 44v 42v 33 41v 37 42v 38
A B BF BE M Mag PF PD
1 10 4 3 4 0 3

Compétences : Commérage, Connaissance générale Empire (+10 sur le Stirland), Esquive, Evaluation, Fouille, Langue (Reikspiel, Kislevien), Lire/écrire, Marchandage, Perception, Soin des animaux.
Talents : Réflexes éclair, Tireur d’élite.
Armure : Gilet de cuir et gilet de maille (corps 3)
Armes : Arbalète, épée, dague, bouclier
Dotations : 10 carreaux,Vêtements communs, bol et couvert en bois, bourse avec 4 couronnes d’or, coffret.
XP :500

Je me suis donné du mal! J’ai tenté de coller au maximum à l’illustration de la carrière dans le bouquin de rève, jusqu’au petit paneau annonçant le péage! Pour le reste, j’ai tenté de lui donner les couleurs du Stirland, « mais pas trop » pour ne pas lui donner une allure trop militaire.

Les Méchants:

La Sylvanie est loin d’être la province de l’Empire la plus peuplée. Elle ne s’est jamais vraiment remise de la grande peste et des guerres vampiriques. Cette carence démographique pourrais la rendre sensible aux invasions diverses, car, si les Sylvaniens disposent de leur propres milices, le nombre d’hommes fort et en bonne santé à y affecter est faible. Si cela pose soucis à plusieurs communautés, ce n’en est pas vraiment un pour un certain nombre de nobles locaux. En effet ces derniers sont depuis longtemps passé maitre dans l’art de transformer des éléments individu que n’importe quel médecin aurait jugé incapable de servir en soldat dévoué et même de convaincre les envahisseurs d’un jour de combattre dans leur rang le lendemain. Depuis très longtemps…

Ces « soldats » sont parfois un peu lent et manquent certainement d’esprit d’initiative, mais comme l’as dit il y as quelques siècles Antoine Von Carstein « Ca vaut mieux de jouer avec la nourriture ». Et il n’as toujours pas changé d’avis.

En Sylvanie, la vie est chiche. Mais ce n’est pas une fatalité pour ceux qui savent se montrer malin et un peu courageux plutôt que de rester bêtement courbé. Aneska l’Aubergiste l’as vite compris. Les pauvres paysans superstitieux et lâches de la province vivent dans la crainte de l’Aristocratie de la Nuit et évitent le contact avec les étrangers. Tout autre qu’elle aurait gardé la bouche close face à ce groupe d’aventurier venu de loin. Mais Aneska est d’une autre trempe et a plus d’ambition. Sachant que personne d’autre n’oserai le faire elle as accepté contre une paire de couronnes d’or, pas moins, de révéller à la chasseuse de prime tout ce qu’elle savait sur Radcliffe, le Marchand venu s’installer sous la protection du Saigneur Local, ainsi que le départ de celui ci pour une chasse à l’Orque qui le tiendrai probablement éloigné cette nuit.

En Sylvanie, la vie est chiche. Mais ce n’est pas une fatalité pour ceux qui savent se montrer malin et un peu courageux plutôt que de rester bêtement courbé. Peter à bien compris que la défiance des Sylvaniens les uns envers les autres et leur servilité n’aident pas à prospérer. Peter est d’une autre trempe et a plus d’ambition. Il as donc pris le partit de donner sa loyauté non pas à de distant maîtres nocturnes mais à Aneska l’aubergiste. Cette dernière est intelligente, vive et sait saisir les opportunités. En l’appuyant envers et contre tout sans se poser de question, Peter savais qu’il profiterai des opportunités qu’elle sait si bien saisir et pourrai jouïr d’une relation de confiance mutuelle à la quelle peu de Sylvaniens ruraux goûtent…

En Sylvanie, la vie est chiche. Mais ce n’est pas une fatalité pour ceux qui savent se montrer malin et un peu courageux plutôt que de rester bêtement courbé. Venceslac est d’une autre trempe et as plus d’ambition. Il as ainsi décidé d’intégrer la Milice Locale. Certes, cela peu impliquer du danger, mais la vie en Sylvanie est dangereuse. En devenant Milicien, il s’est assuré un certain statut dans la communauté et la possibilité de se faire bien voir de son maître. Il as déjà été récompensé de cet investissement par une solide lance avec un panache pourpre. Il ne lui restait plus qu’à faire ses preuves et à impressionner le Saigneur pour devenir un serviteur privilégié, voir mieux encore… Cette chasse à l’orque lui as fournis l’occasion idéale. La dernière créature acculé maniait un tranchoir impressionnant mais Venceslac la chargea sans la moindre hésitation.

En Sylvanie, la vie est chiche. Cela signifie que le butin est souvent maigre. Mais pour qui se montre malin et courageux, c’est aussi une opportunité. Il y as peu de chevalier, de patrouilles et d’arquebuses en Sylvanie pour poursuivre les pillards. Un raid bien mené pouvait permettre de ramener des prises avec un minimum d’investissement. Un certain nombre de chef orque y lançait des attaques brèves avant de se replier vers la sécurité des montagnes abandonnant souvent du butin derrière eux. Mais Gurzag était d’une autre Trempe et plus ambitieux. En emmenant seulement quelques boyz il avait prévu de s’installer sur place pour razzier à satiété et ne revenir vers les montagnes que chargé de tout ce que sa bande pourrais transporter.

Zombi Humain
CC CT F E Ag Int FM Soc
25 0 35 35 10
A B BF BE M Mag PF PD
1 12 3 3 4 0 3

Compétences : Aucune
Talents : Effrayant, Mort-vivant
Règle spéciale : Dénué de conscience. Les zombi n’ont pas d’intelligence de force mentale et de sociabilité et ne peuvent ni entreprendre ni rater de test basé sur ces caractéristiques.
Lent : Les zombis sont infatigable mais lent. Ils ne peuvent pas entreprendre d’action de course.
Armure :
Aneska. Gilet de Cuir (Corps 1). Peter. Aucune. Venceslac. Aucune.
Armes :
Aneska. Serpette(Arme à une main). Peter. Hache (arme à une main). Venceslac. Lance.
Dotations : Vêtements abimées. Aneska. Deux couronnes d’or. Peter. Rien d’autre. Venceslac. Rien d’autre.
Autre : Venceslac. Manchot (manque la main gauche)

Orque Zombi
CC CT F E Ag Int FM Soc
25 0 35 45 10
A B BF BE M Mag PF PD
1 13 3 4 4 0 3

Compétences : Aucune
Talents : Effrayant, Mort-vivant
Règle spéciale : Dénué de conscience. Les zombi n’ont pas d’intelligence de force mentale et de sociabilité et ne peuvent ni entreprendre ni rater de test basé sur ces caractéristiques.
Lent : Les zombis sont infatigable mais lent. Ils ne peuvent pas entreprendre d’action de course.
Maniement du Kikoup + 1 dégât au premier round de de corps à corps.
Armure : Tablier de Broigne, Casque ( corps 2, sur l’avant seulement Tête 2)
Armes : Kikoup
Dotations : Vêtements orques, petite sacoche.

J’avais déjà un zombi Skaven, je continu ma politique d’ouverture ^^ J’ai essayé de faire des looks « fraîchement occis », malgré les figurines qui présentait beaucoup de marque de décomposition. Pour Aneska l’aubergiste notament, avec juste deux trou net dans la gorge comme si elle avait été vampirisé jusqu’à la dernière goute!

Tout les Nobles de l’Empire ont pour obligation morale de défendre leurs terres et leurs gens contre les agressions. Certaines vieilles traditions désuettes leur donneraient même droit de vie et de mort sur les intrus et quiconque. Ces prérogatives sont diversement appliqué selon l’endroit de l’empire ou l’on se trouve. Ici, elles ont définitivement cours…

Le Seigneur Local était en campagne en chasse cette nuit pour éliminer un groupe d’orque ayant tenté une incursion. C’est après avoir acculé et occis le dernier d’entre eux aidé d’une poignée de Miliciens locaux qu’il as appris qu’un groupe d’étranger avait pénétré son domaine pour s’emparer de son nouveau sujet.

Car il faut savoir que le Maître des Lieux avait accepté de prendre sous sa protection un marchand du Reikland. Ce dernier à fait montre de largesse pour se faire accepter, fuyant les impôts impériaux. L’or n’est pas une nécessité en Sylvanie, quoi qu’en disent les gueux. Mais l’on n’as rien contre. C’est… Amusant, tant que cela ne trouble pas le peuple. Par contre que des étrangers viennent pour s’emparer d’un de ses sujets, cela n’est pas acceptable. Que de loyaux sujet aident ces étrangers non plus. Nul besoins d’impliquer plus avant les miliciens rescapés, d’autres adjuvants étaient tout indiqué pour intercepter ces intrus et leur apprendre ce qu’il en coutait de violer son domaine.

Le Saigneur, engoncé dans son armure écarlate, essuyait son épée dans un mouchoir. Un estoc puissant avait fait passer la bête de vie à trépas et conclu la chasse contre cette bande de maraudeur qui menaçait ses terres. La nuit était avancée, il allait devoir repartir en chasse. On venait de le prévenir qu’un groupe d’aventurier étaient entrain de tenter de retraverser le domaine en emmenant Radcliffe, le Marchand si riche qui était venu s’installer sous sa bienveillante protection et avaient, incident fâcheux, bénéficié d’une complicité locale.

Un milicien était mort, le second blessé et le dernier s’affairait à penser son camarade. Il allait avoir besoins d’une main d’oeuvre « différente » pour s’occuper de ces nouveaux intrus. Son regard se posa sur l’Orque mort. Il sourit. Il ne manquait pas de volontaires. Même si certain ne le savait pas encore. Quelques instant plus tard, il prenait le chemin de l’Auberge d’Aneska à la sortie du domaine, laissant les deux miliciens survivant à leur sort.

La plupart des aventuriers évitaient là Sylvanie comme la Peste. Il fallait croire que ceux là étaient d’une autre trempe et ne manquait pas d’Ambition…

Le Vampire (Vampire Nouveau Né, Ex Noble)
CC CT F E Ag Int FM Soc
53vv 42v 53vv 53 63vvv 43v 46v 46vv
A B BF BE M Mag PF PD
2 21vvv 5 5 6 1 3 0

Compétences : Commandement, Charisme, Commérage+10, Connaissance Académique (Généalogie/héraldique, nécromancie) vConnaissance générales (empire+10), Equitation, Esquive v, Expression Artisitique (muscicien), Evalution v , Focalisation v, Intimidation v, Language Mystique (Magick) v Langue (Reikspiel+10), Lire/écrire, Sens de la Magie v.
Talents : Acuité visuelle, Chance, Etiquette, Intelligent, Intriguant, Magie Commune (occulte) v Magie noire v Tireur d’élite
Traits : Armes Naturelles (Crocs, griffes) Don du Sang (Malédiction des Vampires, Nécromancien né, Vampirisme, Apparence Humaine, Regard Hypnotique, Image Persistante) Effrayant, Mort-Vivant, sens aiguisés, Vision Nocturne.
Règle spéciale :
Armure : Armure de plate complète rouge sang, sans casque (Corps 5, bras, 5 jambes 5)
Armes : Epée de bonne qualitée, dague,
Dotations : Beau atours, médaillon de Waldensberg, Armoirie de Dunkelhoff, Crane de Sainar Iom.
Objet Magique : Objet maléfique se moquant des règles même de l’univers le Crâne de Sainar Iom permet fort à propos à son porteur de maîtriser le sombre savoir (Nécromancie) sans l’avoir acquis.
Faiblesse :
Fléau des sorcières et griffe démon, Sciure, Barrière, Larmes, Argent.
XP2600

Le Vampire qui comme d’habitude n’as pas de nom. Je sèche souvent pour les noms de vampires. La couleur de l’armorial vient de ma propre armée Sylvanienne, Dunkelhoff. Mais les couleurs du « pagne » et le symbole de tête de loup sont une référence directe à l’armée Vampirique de Waldsberg, de l’Estimable Zugrub dont je vous recommande le site: https://zugrub.wixsite.com/zugrub-bunker
Le bougre à intégré mon héraldique en clin d’oeil dans sa propre armée, je ne pouvait déçamment pas faire moins!

L’Objectif

Radcliffe est un Marchand Prospère. Croyant avoir trouvé un bon plan pour échapper aux Impôts de l’Empereur, il as récemment élu domicile en Sylvanie. Mais le voilà qui commence à regretter. Certes, il ne paye pas vraiment d’impôt et les largesses qu’il consent comme pot de vin au noble local sont risible au regard de sa fortune. Mais il ne se se sent pas… Libre. Son serviteur s’est déjà enfuis, la populace n’est pas causante et l’Aristocratie locale ne le regarde certes pas comme une vache à lait mais peut être plus comme un veau de boucherie…

Radcliffe (Marchand, Ex Bourgeois)
CC CT F E Ag Int FM Soc
40v 26 36v 43v 32v 47vv 42v 51vvv
A B BF BE M Mag PF PD
1 14vvv 3 4 4 0

Compétences : Charisme v, Commérage+10 v, Conduite d’Attelages, Connaissance Générale (Empire, Marché Impérial v, Guildes Marchandes v), Evaluation +10 v, Fouille, Langue (Reikspiel+10, Tiléen, Bretonnien v) Langage secret (Langage de Guilde) v, Lire/écrire+10 v, Marchandage +10 v, Métier (Marchand) v Perception, Résistance à l’Alcool.
Talents : Calcul Mental v, Dur en affaire, Imitation, Résistance accrue, Sociable.
Armure : Aucune
Armes : Epée de bonne Qualitée, Belle et lourde Cane.
Dotations : Vêtement aussi beau que confortables, gemmes décoratives, Sacoche de prix.
XP : 2400XP

Cette figurine est gigantesque! Posé à coté des autres, ça se voit! Je l’aime beaucoup. J’ai essayé de le peindre façon « oldschool », avec plein de couleur. Bon je me dit qu’au couleurs d’une province, il aurait fait un super bourgmestre. Et peut être qu’un vrai marchand près de ses sous serait pas si flambeur… Mais bon! Il est sympa quand même non?

(Visited 10 times, 10 visits today)

Laisser un commentaire