En Attendant l’Aube

L’explication du projet et plein d’info sur les protagoniste, par Ici !

En attendant l’Aube

La Nuit était bien avancée et le petit groupe remontait vivement la route. Lena menait la marche, l’arbalète à la main.

Convaincre Radcliffe de les suivre n’avait pas été très compliqué.

A vrai dire, le marchand était lui même très désireux de quitter la Sylvanie et l’hospitalité du seigneur local.

Le dit seigneur des lieux n’était même pas là. D’après les renseignement donnés par l’aubergiste,

il battait la campagne à la poursuite d’un groupe d’orques en maraude.

Néanmoins, rien n’était joué pour les aventuriers

Si Radcliffe était si pressé de quitter son havre, et que l’Aubergiste n’avait parlé qu’en échange de deux pièces d’or bien rondes,

C’était que le Seigneur était bel et bien l’un de ces Seigneurs de la Nuit, un Vampire.

Les compagnons d’aventures arrivèrent en vue de l’Auberge, sur le bord du chemin. Il était hors de question de s’y arrêter pour la nuit,

car si le vampire revenait de sa campagne contre les orques plus tôt que prévu, l’Aube tarderai encore suffisamment pour qu’il les y retrouve.

Il fallait lui échapper tant que les ténèbres durerai et une fois le soleil lever, en profiter pour tailler la route loin de son domaine.

Deux Silhouettes apparurent devant l’auberge. L’Aubergiste et son Commis.

Quelque chose n’allait pas.

 

Non seulement l’Aubergiste et son commis était devenu aussi mort qu’hostiles, veillé par une inquiétante silhouette en armure rouge mais d’autres zombis arrivait sur leur gauche…

Le Vampire était revenu de sa traque et les avait précédé à l’Auberge! Avec une agilité surnaturelle malgré son armure, semblant presque voler, le seigneur de la nuit se lança vers le groupe…

Alors que l’aube était sur le point de se lever et que les aventuriers se pensaient en sécurité, le piège se refermait sur eux! Les premiers rayons du soleil poindrait dans quelques minutes et le vampire serai obliger d’interrompre la traque, mais encore fallait il survivre jusque là!

Elias, le chevalier piéton, n’hésita pas une seconde! Gilles, à sa place, n’aurais pas tremblé! Faisant preuve de courage autant que d’esprit tactique, il chargea les zombis qui allaient refermer la tenaille pour tenter d’éviter au groupe d’être submergé! Une fois la menace écarté, si la Dame le voulait, il serait temps de s’occuper du vampire!

Arrivant à font de train sur son malhabile adversaire, Elias plaça un vicieux coup à l’entrejambe. Pas de quartier pour les monstres! Mais la blessure ne troubla pas son adversaire comme elle l’eu fait d’un vivant…

Waldemar son arbalète à la main comprend que l’affaire ne sera pas si simple que prévus. Mais son poste à la frontière de la Sylvanie l’as endurci et lui n’ont plus n’est pas effrayé par les zombis.

Le voilà qui part à fond de train lui aussi sur la gauche en serrant son arbalète avant de faire volte face pour se préparer à recevoir l’ennemi!

Lena Tanzer, cheffe de facto de l’expédition voyait toute ses primes défiler devant ses yeux. Mais pas question de se dégonfler! Elias et Waldemar avaient esquisser une excellente stratégie sans qu’on ai besoins de leur dire et elle pouvait marcher: Enfoncer les morts vivants sur la gauche, flécher les autres et gagner du temps en attendant que le soleil se lève et chasse le Vampire.

Lena couru donc elle aussi se poster sur leur gauche. Il allait falloir mériter cette prime. Bien. Personne n’avait dit que ce serai facile.

 

Henri n’était pas un guerrier de carrière. Ce n’était qu’un simple bateleur bretonnien venu chercher fortune dans l’Empire. Mais l’occasion fait le larron et quand Lena Tanzer lui avait parlé de la prime pour sortir le marchand Radcliffe de Sylvanie il avait accepté tout de suite. Pas pour écrire une chanson. Pas pour le romantisme de l’aventure. Pour les couronnes d’or. Et si il doutait d’avoir fait le bon choix, là, maintenant tout de suite, remontant cette route l’épée à la main au milieu de ses camarades, il n’en laissa rien paraitre et ne se laissa pas non plus impressionner par les non mort.

 

Il suivit le mouvement en interpellant Radcliffe « Par ici vous! », conscient du fait que si Radcliffe était laissé en arrière ou trépassait, toute ces dangers n’aurai servit à rien…

 

Mais Radcliffe ne suivit pas. Lui et Jarla, l’Initiée Morienne qui avait tenu à tout pris à suivre l’expédition étaient tétanisées par la vue des non-morts…

Leurs adversaires ne restaient pas non plus inactif. L’un des zombis, précédemment un orque de belle taille visiblement mort de frais et plus vif que ses camarades engagea Elias pour le frapper de son monstrueux hachoir.

La bête morte frappe mais son coup maladroit ne porte pas.

A son tour, le zombi humain tente d’estoquer le chevalier de sa lance, mais Elias dévie le coup de son bouclier sous les yeux de Lena. C’était maintenant que ce chevalier allait prouver que son recrutement valait le coup!

Quand aux zombis de l’Auberge, incapable de courir, ils avançaient claudiquant vers les vivants apeuré, lentement, mais surement…

Le vampire lui, ralentit sa course. Ce qui, ne l’empêchait pas de se rapprocher à une vitesse terrifiante d’un pas souple, comme si la gravité n’avait pas prise sur lui.

Arrivé près des humains effrayé et plutôt que d’engager le combat, le Vampire s’adressa au marchand tremblant d’une voix ferme et menaçante: « Vous ne quitterez pas ces lieux Radcliffe. Revenez de gré. »
Le Marchand, terrorisé, acquiesça.

Mais si le marchand se laissait intimider, c’était loin d’être de cas d’Elias. Fougeusement, il frappait à dextre et à sénestre. Bien qu’il manqua l’Orque, il porta un coup si violant à la jambe du zombi humain que la magie qui l’animait, déjà entamé par le coup précédent, le quitta totalement.

Waldémar étant quelqu’un de pragmatique, il profita d’être loin de l’action pour charger son arbalète. Les Zombi, c’était une chose. Les Vampires, s’en était une autre. Mais un bon carreaux dans la gueule, ça, c’était une valeur sure.

Tout à fait rassuré par la performance du chevalier, Léna arma elle aussi son arbalète. Si le Vampire voulait récupérer Radcliffe, on allait voir si lui et ses sbires restaient mort et vivant avec vingts centimètre de hêtre surmonté d’une pointe d’acier dans les cotes…

Le bateleur, voyant que Radcliffe ne l’avait pas suivit, décida de se jeter sur l’orque mort qui s’en prenait à son compatriote. Mais il échoua à porter un coup efficace.

Mais alors que les bretonniens ferraillement bravement, Radcliffe craignant pour sa vie rejoignit timidement l’ennemi…

Assistant à la lâcheté du marchand, Jarla hésita à charger le Vampire mais doutant de ses chances, elle préféra filer rejoindre ses compagnons et rapporter la désertion de Radcliffe.
Mais plutôt que de les rejoindre penaude et en catimini, c’est en chargent l’Orque Zombi et en lui collant un coup dans le crâne, pour un effet minime à cause du casque et de la robustesse de la créature qu’elle arriva rallia le groupe.

Peut impressionné, le peau verte décédé continuai à s’acharner sur Elias, en donnait de grand coup de taille sans se soucier de sa propre sécurité. L’un de ces violant revers toucha le chevalier au bras droit et malgré son gambison, mordit profondément dedans. Le membre mutilé laissa choir l’épée alors que la manche se teintait de rouge sous l’effet d’une importante hémorragie.

Alors que les aventuriers subissaient ce cruel et douloureux (littéralement pour Elias) revers, les autres zombi continuaient à se rapprocher lentement…

Bien moins lentement, le rejeton de la sinistre lignée vampirique des Von Carstein, fondit sur Jarla. Le Marchand ayant été ramené à la raison et bientôt à la maison, il était temps de châtier les intrus qui avait oser violer son domaine, enlever son esclave et corrompre ses gens.

Fort heureusement pour Jarla, le premier coup ne porta pas. Un combat désespéré venait de s’engager. Elle ne portait aucune armure et la force surhumaine du vampire ne présageait rien de bon si elle était atteinte…

Alors qu’Elias, serrant les dents et lutant contre l’Hémorragie avait entrepris de tabasser l’orque à coup de bouclier, sans lui faire grand mal malgré une touche à la jambe, Waldemar, conscient que les chances de la jeune initiée face au vampire étaient réduite, tenta de lui venir en aide en tirant sur le buveur de sang noctambule.

Mais soucieux de ne pas toucher sa camarade, il lâcha son carreau trop long et ne frappa que l’Auberge épargnant miraculeusement la masse des combattants.

Lena elle aussi épaula son arbalète et visa calmement l’Aubergiste trépassé. Elle avait toujours été doué à ajuster ses tir à l’arbalète. Comme elle le disait souvent, dans la vie, y’a ceux qui prennent le temps de viser à l’arbalète et ceux qui meurent.

… Le carreaux fila pour se ficher profondément dans la colonne vertébrale de la femme zombi, endommageant le système nerveux. Le n’était pas vraiment mort mais la magie qui l’animait n’arrivait plus à palier à cette paralysie…

 

Voyant qu’Elias était en mauvaise posture et que l’orque ne s’occupait pas de lui, Henri redoubla d’ardeur et d’un coup particulièrement brutal de son épée courte, trancha la main gauche du non-humain frelaté presque de part en part.

 

Loin des combats pour son destin, Radcliffe, réfugié derrière une charrette observait la mêlée…

Une inaction peu du gout de Jarla qui, tout à fait remise de sa frayeur passagère affrontait maintenant le vampire au cris de « A mort les Morts! » Tout en se préparant à parrer si nécessaire, elle parvint à placer un coup de marteau  que le vampire, malgré sa vélocité surnaturelle, ne parvint pas à esquiver. Mais un tintement de métal fut la seule récompense de l’initiée, le canon d’avant bras droit et la constitution du prédateur avait tout encaissé.

Complètement insensible à ce qui se passait autour de lui, et à Henri qui le tailladait, le zombi vert continu à s’acharner sur Elias. Son coup aurait pu porter si ce dernier n’avait, au dernier moment, esquivé l’attaque brutale.

Mais il n’est plus le seul à s’en prendre au chevalier. Le commis de l’auberge, maniant une machette, s’est joint au combat et tente à s’en tour d’abattre le brave Elias, sans succès.

Alors que la mêlée s’intensifie et que le vampire manque à nouveau de peu d’occire Jarla d’une attaque visée, Elias, désormais aussi blanc que le mort vivant mais refusant de succomber à l’hémorragie se déchaine, frappant de son bras non directeur, à coup de bouclier, mais frappant quand même!

S’il ne fit que blesser très légèrement l’orque au tronc, protégé par un reliquat d’armure et sa constitution, un coup de bouclier particulièrement violant dans le buste fit tomber le commis en arrière!

Ce n’était pas que Lena Tanzer ne se souciait pas de ses compagnons ou qu’elle n’avait pas l’esprit collectif. Mais cinq cent couronnes d’or étaient entrain de se cacher derrière un charrette, prête à repartir sagement avec le vampire et si cela était, personne n’aurais le moindre cliquet! Elle se précipita en direction de la cachette du marchand.

Du reste, elle n’avait pas tord de faire confiance à ses compagnons. Henri, le moins combattant d’entre eux frappa à nouveau sans retenu l’orque. Son coup était mal ajusté mais par chance, le monstre fit un mouvement qui plaça son bras gauche à nouveau sur la trajectoire de l’épée. Le coup fut celui de trop pour la magie qui animait le cadavre et elle le quitta complètement.

Voyant arriver Lena, Radcliffe entrepris de s’en éloigner. S’il se laisser à nouveau embarquer, le vampire serai sans doute peu clément…

Alors que Jarla manquait le vampire tout en continuant à se préparer à parer une contre attaque, le commis mal en point se remis debout…

Et tenta de frapper Elias, d’une manière si pitoyable que c’est à peine si ce dernier releva la nouvelle agression…

—–

Le combat entre le Mort vivant et la fidèle du Dieu des Songes et des Morts, Morr, se poursuivait. Le vampire entrepris à son tour de saturer l’air de frappe, mais il manqua de précision et l’humaine tint bon!

 

Quand au chevalier errant, il continuait à faire honneur à la combativité bretonienne, malgré bras directeur pendant mollement, son sang qui quittait son corps à flot et son épée au sol en tentant d’abattre son adversaire en fendant l’air de son bouclier. Malheureusement, ses attaques, plus féroces qu’efficaces, échouèrent.

 

Alors que Waldemar décochait un nouveau carreau sur le vampire, qui touche cette fois, mais se plante dans le plastron égratignant à peine la chair, Lena entreprit à son tour à recharger son arbalète tout en intimidant Radcliffe: « Si vous tentez de vous barrer, j’vous jure que c’est pas le vampire qui aura votre peau! »
De la part d’une femme déterminé, armée d’une arbalète et passablement vindicative, l’argument fit mouche…

Henri, encouragé par son succès contre le l’orque, avait pris son partit: Un zombi qui se focalisait sur Elias était un zombi inoffensif et vulnérable. Il vint donc contre toute tradition courtoise, à la rescousse du chevalier. Mais malgré ses savants calcul, l’occasion de placer un estoc pertinent ne vint pas encore…

Convaincu par les arguments de Lena, et mine de rien, désireux d’échapper à la Sylvanie, Racliffe revint et comprenant qu’il devrai sans doute payer de sa personne, dégaina sa propre épée.

 

Loin de ces altermoiemant timide, celle qui servait Morr continuait frapper son adversaire mort vivant, toujours sans négliger de se préparer à parer si nécessaire. Elle aurait pu pour cela se reposer sur la dague qu’elle portait à la main gauche et ses réflexes, mais la prudence était de mise face à un tel adversaire, surnaturel et de fer vêtu.

Quand au Zombi, quoi qu’il pu rester dans son esprit brumeux, il fut à nouveau incapable de placer un assaut valable contre le chevalier mutilé.

Mais soudain une bote du vampire versa le sang! Frappé à la tempe, Jarla laissa échapper un cris de douleur.
L’entendant mais ne pouvant rien faire, Elias toujours armé de son seul bouclier, redoubla d’ardeur malgré le saignement qui manquait de le faire défaillir et continua à frapper le plus rapidement possible sur le zombi, sans succès notable.

 

Waldemar, peu désireux d’aller au charbon pris le partit de recharger. Il avait encore huit carreaux et voulait croire qu’un tir chanceux pouvait avoir raison du monstre.

Lena elle finit de recharger sa propre arbalète en engageant un carreau et se plaça dans le dos des adversaires.

 

C’est alors que le travail d’équipe des bretonniens porta ses fruits: Henri, d’un coup magistral porté par la fureur d’Ulric, le Dieu Loup trancha net le bras gauche du mort vivant qui ne prêtait d’attention qu’au chevalier et dissipa instantanément la sombre magie qui l’animait.

 

Radcliffe venu épauler Lena vit les morts à terre commença à croire en ses chances: Il ne restait plus que le Vampire pour faire obstacle à sa fuite!

Alors que la luminosité commençait augmenter, indiquant que le lever du soleil était proche, le Vampire changea brutalement d’attitude. Si le marchand n’était pas de nouveau en son pouvoir dans la minute qui venait, il serai trop tard et les étrangers aurait toute la journée pour l’emmener bien loin…

Il fit volte face, sans prendre la moindre garde à l’initiée afin de retourner vers Radcliffe et Lena.

Mais Récupérant juste à temps de son étourdissement, Jarla sauta sur l’ouverture méprisante laissé par le vampire. Ce dernier esquissa bien un mouvement d’esquive quand il compris le danger mais trop tard! Plutôt que de rebondir sur son armure, le marteau de guerre le frappa en plein derrière la tête et l’expédia au sol!

 

C’est précisément ce moment où la situation semblait bel et bien s’être retourné que les forces d’Elias, qui avait perdu bien trop de sang l’abandonnèrent. Il s’effondra sous les yeux d’Henri.

Doutant qu’il en soit si facilement fait du vampire, Waldémar resta sur la réserve, prêt à agir au moindre signe et attendant de voir si la créature allait se relever…

De son coté, Lena fit exactement de même. Si le vampire se relevait, il lui faudrait se préparer à une bonne volée de carreaux.

Henri, lui fit volte face, préparant prudemment une parade, pour constater que le vampire avait chût.

Le temps semblait suspendu. Radcliffe lui même attendait la suite des évènements…

 

Quand à Jarla, voyant les arbalètes se pointer dans sa direction, elle recula pour sortir du champs de tir et reprendre son souffle…

 

Mais cet instant qui semble duré des siècles ne dure que quelques seconde et le vampire au sol se relève…

Et reprend sa marche, comme si de rien n’était, vers Radcliffe et Lena. Les cordes des arbalètes claquèrent à l’unissons. Le carreau de Waldemar passa au large alors que celui de la chasseuse de prime fit mouche…

Mais rebondit sur le bras armuré du Von Carstein.

 

Comprenant qu’il faudrait tôt ou tard mouiller la chemise, l’ex collecteur de taxe rangea son arbalète et fit jaillir son épée et son bouclier

 

Lena Tanzer abandonnant également son arbalète, dégaine sa dague en main gauche et attrape son filet de la main droite…

Quand à Henri, Galvanisé par son succès contre les Zombi, il voit exactement ce qu’il lui reste à faire et charge le buveur de sang!

Mais sans parvenir à toucher le Vampire.

 

C’est alors que le grand capital décide de s’investir à son tour et s’approche du guerrier rouge pour lui porter un attaque en plein visage. Mais la créature esquive prestement le coup.

 

Suivant de près Jarla s’élance aussi sur le vampire dans une charge féroce, portant un coup que le vampire ne réussi pas à dévier de sa dague, elle frappe durement sa main droite et le vampire, blessé et surpris, lâche sa belle épée.

Furieux, le vampire sort alors ses griffes de sa main droite et se met à en larder ses assaillants à toute vitesse, n’épargnant que Radcliffe. Henri écope d’une sérieuse blessure à la main droite qui la met hors d’usage et lui fait perdre son arme alors que touché à la jambe gauche, Jarla sent cette dernière engourdie…

Sans ligne de vue directe sur le Vampire, Waldemar cours pour essayer de se placer. Il ne sais pas bien s’il fera la différence face au vampire, mais son bras est notoirement fort, et avec son bouclier, il est loin d’être mal équipé pour un corps à corps. Surtout en surnombre.

Quand à Lena elle prépare son filet, tout un art, et commence à le faire lentement tournoyer…

 

Henri se désengage prudemment du combat. Avec la main droite en sale état et privé de son arme, il est beaucoup moins confiant…

Radcliffe, tout en préparent une parade pour la riposte du vampire qui ne manquera pas de venir, tente une nouvelle frappe, qui manque de toucher la jambe du vampire de quelques millimètres, n’eu été les capacités d’esquives surnaturelles de ce dernier. Jarla tente d’en profiter mais sans succès. Elle se prépare elle aussi à parer, la jambe toujours douloureuse du coup reçu…

 

Le seigneur lance négligeament un nouveau coup de griffe, que Jarla pare in-extremis, sauvant son bras droit et se tourne vers Radcliffe, fronçant une nouvelle fois les sourcils. « Tu as choisit le mauvais camps, marchand! »

C’est le moment que choisit Waldemar pour charger! Il percute violemment le seigneur sylvanien et lui porte un coup à ce bras fameux bras droit désormais prolongé de griffes maculés de sang. Mais en pure perte, car si le bras est désormais prolongés de griffes, il est toujours protéger par une solide armure…

 

La chasseuse de prime consciente de l’enjeu se place sans se précipiter là où elle aura un bel angle de tir sur le vampire qu’elle ajuste patiemment en faisant tourner son filet… L’aube est presque là, il ne suffit que de distraire le monstre quelques dizaines de secondes et surtout, ne pas agir précipitamment.

Avisant que le grand capital est volage et prêt à retourner sa veste, Henri l’apostrophe, utilisant non la menace, mais son charisme pour tenter de le rallier: « Vous savez quel est le bon choix Camarade! » Ce faisant il se baisse pour ramasser de la main gauche la serpette de la zombi parralisé.

Mais que Racliffe ne l’écoute pas, ou que le mot « camarade » fut mal choisit, le riche marchant d’Altdorf rompt le compat et engage Léna à qui il inflige un coup d’épée en même temps que des excuses misérables dont ni l’un ni les autres ne feront mouche.

Loin de se laisser affecter par le nouveau retournement de pourpoint du nantis, Jarla continu à ménager ses parades tout en frappant le vampire et réussi une nouvelle fois à tromper les facultés d’esquive du vampire, enfonçant un peu la plate et meurtrissant son bras droit à nouveau.

 

Agacé par l’insistance de la suivante d’une divinité interdite sur son territoire, le vampire se met à la regarder intensément, ses yeux deviennent des puits sans fond. Mais l’initiée raffermis sa prise sur son marteau et repousse le regard hypnotique. De rage, il rappe Waldemar de ses griffes, mais manque là encore son affaire. Le Stirlander ne se fait pas prier pour répliquer et touche le vampire, encore une fois malgré sa tentative d’esquive à la tête! Mais le coup, peu assuré ne provoque qu’une estafilade sur la peau blanche et froide du suceur de sang.

 

Reste Lena Tanzer qui se désengage de Radcliffe et lui intime beaucoup moins gentiment qu’Henri de revenir à la raison. « Vous voulez crever? Très bien! » Henri tente à son tour à nouveau sa chance « Soyez raisonnable! Le jour se lève! »

Mais Radcliffe craint bien plus la colère du Von Carstein qu’il ne voit son propre intérêt, et le Grand Capital se met à fuir le groupe d’aventurier, prêt à réintégrer le manoir dont on l’as sortit…

 

Jarla elle, continue à se démener contre le Vampire de plus belle, sans hypotéquer sa parade, elle frappe à nouveau et le vampire échoue à parer avec sa dague, le marteau, qui s’abat cette fois sur la plate de son bras gauche, sans effet à nouveau.

Le Vampire donne alors un dernier coup de griffe en direction du visage de la religieuse, qui pare à nouveau. Puis, d’un bon, prudent cette fois, il se désengage… Le soleil vas bientôt se lever, et il doit se hâter de retrouver son refuge. Il toise une dernière fois les aventuriers qui ont osé le défier.

Peu désireux de réouvrir les hostilités, Waldemar se contente de s’éloigner du chemin bouclier prêt à toute éventualité, pour laisser la place à Léna. Cette dernière se rapproche et lance son filet sur la créature, mais cette dernière est trop vive pour se laisser prendre et le filet tombe derrière elle.

 

Voyant que plus grand monde ne s’interesse à lui Henri en profite pour faire les poches de l’aubergiste vite fait, de sa main valide après avoir coincé sa nouvelle arme dans une sangle.

Le butin est constitué de deux pièce d’or. C’aurais été dommage de les laisser…

 

Puis il se rapproche du pauvre Elias Gisant. Peut être respire il encore? Ou as il des objets de valeur…

 

Radcliffe lui, continu à s’enfuir au loin, renonçant à la liberté en reprenant le chemin du manoir. Cette petite escarmouche l’as convaincu de la folie de chercher à déplaire au seigneur local…

 

Quand à Jarla dans un dernier geste vengeur, elle lance sa dague sur le vampire. Projeté de la main gauche, le projectile improvisé avait peu de chance de toucher. Mais ayant libéré sa main gauche, elle se baisse pour ramasser l’épée de belle facture du vampire. Un trophée pour rappeler à tous que les vampires ne sont pas invincible…

 

 

Partie joué en solo avec les règles de Warhammer JDRV2 légèrement modés niveau dégât dans le cadre du CDA warfo fini en Aout 2021. Soyez pas triste, Elias avait des points de destin 😉

(Visited 6 times, 6 visits today)

Laisser un commentaire