Mauvaise Surprise dans le Système Salien

Le croiseur Isaac Asimov vient d’émerger du Warp dans l’espace profond à proximité du système Salien. Le système est inhabité mais est le point de chute de plusieurs voies de navigation Warp particulièrement stables. Il pourrait donc servir de repère à des pirates, des hérétiques en cavale ou même à une infiltration Xenos, d’où l’ordre donné au Dictator d’y effectuer une reconnaissance lors de sa patrouille.

L’espace est presque dégagé, hormis un énorme nuage de Gaz flottant dans le vide.

Mais rapidement, les Augures rapportent la présence d’une escadre de vaisseaux inconnus, manifestement d’origine Xenos!

Les intrus ne cherchent ni à fuir, ni à se cacher. Il pivotent directement pour faire face au Dictator et se mettent à approcher à grande vitesse. Les premières estimations des Augures de bord indiquent un tonnage approchant celui des escorteurs impériaux. Sans même tenter de communiquer, les Xenos ouvrent le feu de leurs batteries d’armes!

Les boucliers de l’Isaac Asimov se mettent à briller alors que les tirs les saturent. L’Empereur soit loué, le croiseurs ne souffrent pas de véritables dégâts. Les rapports parviennent à la passerelle de commandement. La puissance de feu des escorteurs est équivalente à une escadre d’Iconiclast.

Si leur puissance de feu est équivalente à des Iconoclast, peut être que leur résistance est similaire. L’ordre de Verrouillage est donné alors que le lourd croiseur manœuvre pour présenter son flanc à l’ennemi en approche. Les bottes se mettent à résonner sur les passerelles métalliques des coursives des ponts d’artilleries alors que les matelots se pressent pour manœuvrer les cabestans des gigantesques macrocanons. L’énergie afflue, de même que les donnés de ciblage.

La bordée percute de plein fouet le vaisseau de tête saturant ses boucliers puis brisant sa coque. Dans le même temps, quatre ailes de bombardiers Starhawks décollent des baies de lancement.

Les appareils impériaux fondent sur leurs proies sans ménagement dont les tourelles s’avèrent incapable d’arrêter les appareils agiles. Les vaisseaux inconnus ploient sous les bombes à plasma, larguées sous leurs boucliers. Quelque soit la nature de ces aliens, leur destin est scellé.

Il n’y a plus de présence ennemie à proximité, mais l’Isaac Asimov préfère jouer de prudence en virant sèchement au niveau du nuage de gaz. D’autres hostiles pourraient survenir à tout moment.

Et bien lui prend. Deux nouveau bâtiments font leur apparition. Toujours des escorteurs, d’une technologie visiblement similaire aux précédents mais sensiblement plus gros et sans doute mieux armés.

N’hésitant pas à plonger droit dans le nuage, ils se jettent à leur tour sur le Croiseur.

Les frégates inconnues disposent visiblement de batterie d’armes et d’artillerie navale, mais la majorités des tirs se perdent à travers le nuage et l’Isaac Asimov échappe à nouveau aux dégâts.

Activant ses équipes au sol sur les ponts d’envol, le porte-nef réarme ses catapultes et y dispose de nouveaux appareils tout en virant pour mettre sa bordée bâbord en vue des vaisseaux adverses.

Les artilleurs bâbord ne déméritent pas par rapport à leurs confrères tribord. Les premiers impacts sont arrêtés à quelques mètres de la coque alien, mais le bouclier tombe bien vite et les suivants perforent la coque. Quelques soit ces Xenos, s’ils ne faisaient pas partie des rares capables de survivre au vide spatial, le sort de cet équipage était scellé.

Les deux vagues de bombardiers tout juste lancées s’abattent sur le bâtiment adverse. Les pilotes impériaux sont avides d’ajouter un nouveau type d’appareil à leur tableau de chasse.

Mais la première vague est littéralement fauchée par les tourelles ennemies.

La seconde vague, bien qu’ayant réussi à approcher suffisamment pour larguer ses bombes ne parviennent pas à faire de dégâts non plus, à travers les tirs de barrages des tourelles de DCA. Le vaisseau est bien mieux défendu que les précédents.

Traversant le nuage, ce dernier effectue un virage serré, se plaçant sur l’arrière du vaisseau Impérial.

Ses batteries d’armes et son artillerie navale ouvrent le feu, à puissance réduite. Grâce à l’Empereur, il semble que chez ces Xenos aussi, ce genre de manœuvre impose une perte de puissance de feu. Les boucliers suffisent amplement à absorber les tirs ennemis.

L’Équipage impérial n’est néanmoins pas serein avec une frégate ennemie sur ses arrières et échoue à réarmer à nouveau, les ordres ne parvenant pas jusqu’aux ponts d’envols.

L’ennemi lui, ne s’y trompe pas et prend le croiseur en chasse, verrouillant toute ses armes sur cette cible de choix.

Les tirs martèlent les boucliers du Dictator mais échouent à aller plus loin. Le vaisseau impérial redirige alors son énergie vers ses rétrofusées. Rester sur place ne permettra pas de relever les boucliers mais le risque est calculé. Il s’agit de pivoter pour offrir aux artilleurs la possibilité d’envoyer une nouvelle bordée sur le vaisseau Xenos et en terminer avec cette seconde escadre.

À nouveau, la bordée des macro-canons se révèle précise. Mais l’énergie transférée aux rétrofusées lui manque et le bouclier adverse tient bon.

La frégate hostile passe sous l’Isaac Asimov et tente se retourner complètement pour employer ses pièces d’artillerie frontale. Mais quelque chose ne fonctionne pas pour les Xenos et il ne parvient qu’a présenter son travers et la puissance de feu déployée sur le flanc échoue à exploiter l’absence de bouclier momentané du croiseur.

Le vaisseau impérial relance sa course, tournant le dos à son ennemi. Mais le Dictator à plus d’un tour dans son sac. Les personnels aéronavals mettent les bouchés doubles pour réarmer et les appareils sont bientôt réapprovisionnés en munitions et replacés sur les catapultes.

Cette fois, c’est en une vague unique que les ailes de bombardiers se ruent sur le poursuivant.

 

Même si les tourelles du Xenos défont à nouveau une escadrille, les bombardiers restant ne lui laissent aucune chance. Rapidement, les explosions des bombes de plasma ravagent la frégate qui se disloque. Les aéronefs victorieux reprennent le chemin du croiseur.

La Victoire est dans le camp de l’Imperium.

Mais alors que les pilotes des bombardiers posent leurs appareils, de nouveaux vaisseaux son détectés. Il semble que c’est tout une flotte Xenos qui se regroupe dans le Système Salien. L’État Major de l’Isaac Asimov ordonne de préparer un saut Warp.  Il faut prévenir l’Impérium au plus vite.

(Visited 20 times, 20 visits today)

Laisser un commentaire