L’Assaut Final.

L’assaut final: Après un siège court mais riche en rebondissement, l’armée naine se lance dans un assaut tout azimut sur Fort Scorpion!

La capitale des Gobelins du Scorpion n’est pas sans défense. La tribu, bien que largement meurtrie par les combats préalable à levée autant de combattants que possible parmi ses gobelins, ainsi que ceux simplement piégé dans l’enceinte par l’attaque des nains. Les chefs gobelins fébriles se sont réunis pour compter les troupes à leur disposition…

 


« J’ai une idée Yogob: c’est moi le chef! »
« Seulement si en squig être transformé tu veux. »
« J’ai une meilleure idée Yogob: c’est toi l’chef. »

 

Le régiment des archers du scorpions est évidement l’un des premiers à se porter aux remparts. Ses membres ont été de presque tout les combats, avec relativement peu de perte et même quelques succès comme lors de la bataille navale ou l’escorte du messager. Occupé à faire bouillir de la poix à balancer aux nains depuis les remparts, ils sont d’autant plus motivé que cette fois, c’est leur propre chez eux qui est directement menacé!


« Cette fois, on se fait pas avoir… On reste sur les remparts, compris? »
« Ouaiiiiiis! »

 

Pour le plus grand espoir des défenseurs, ces derniers savent qu’ils peuvent compter sur toute l’artillerie du scorpion. Si la tribu est célèbre pour ses machines de guerres, ces dernières ne seront que d’autant plus efficace depuis les remparts. Aussi coriace que soit les nains, rochers et carreaux de baliste avaient assez de pouvoir d’arrêt pour stopper un troll!

 

Les Lanciers du scorpion, une fois de plus reformé après la débandade de l’assaut préliminaire, seraient aussi de la partie. Un nouveau chef avait émergé des rangs et la formation s’était gonflé de gobelins du croissant orangeâtre pour combler les pertes. L’ancienne unité d’élite de Crisbik allait encore une fois se dresser entre ses foyer et les nains. Comptant bien combattre depuis les remparts, le régiment s’était massivement équipé de pierre à balancer…


« C’est sur, c’coup ci on est sur les remparts hein? »

 

Devant l’urgence de la situation et le caractère définitif de la menace, les défenseurs avait largement  recruté dans les gobelins présent dans l’enceinte et une unité de poix chiche composé de guerrier de tout horizons avait été levé. Gobelins des marais, d’Arabie, Celtigob, gardes de caravane… Tout ce qui pouvait tenir une arme et n’était pas partit se cacher dans un terrier de renard. Pour donner du courage à ces sans bannières, on leur adjoint un chaudron de poix et moult caillasse à jeter sur l’assaillant.


« C’est sur que tout ça nous concerne? On est pas d’ici après tout »
« Tu peu essayer d’expliquer ça aux nains. »
« Ok, point pour toi. »

 

Enfin, grâce à l’un des rares succès du siège, un large partit de Gobelin des Bois avaient réussi à percer le blocus et rejoint les défenseurs. Ces lanciers, en nombre, grommelaient contre le soleil contre le soleil et le manque de Myrtilles fraîches mais leur appétit de chair naine allait être mis à profit…

 

Quand aux commandements, si le scorpion manquait de chef Charismatiques présent après les précédent évènements, une grande joie parcouru les petits peaux vertes quand ils apprirent que le Grand Chamane Yogob avait rejoint le fort quelque jour plus tôt. Sa légendaire puissance magique allait à coup sur sonner le glas des nains!

Quand au chef du croissant Orangeatre, même si ses propres troupes avaient été réduite à peau de chagrin, il avait beaucoup gagné en taille et en expérience lors du conflit et on le regardait désormais comme un grand chef…


« Pas de regret? »
« De te taire tu ferai mieux »

 

L’Alerte circula très vite parmi les gobelins anxieux massé sur les remparts. L’artillerie et les tireurs avaient été répartit au mieux pour provoquer un maximum de perte avant que l’ennemi ne percute les murailles…


« Chef, on est encore en bas des remparts! »
« Ouais, mais du bon coté. »

 

A l’est du fort, l’armé naine était massée. On apercevait haches et les échelles dépasser d’une forêt de crêtes oranges et les clameurs de guerre…

 

Les Gobelins n’étaient pas rassuré. La réparation de la porte Sud, enfoncé lors de l’assaut préliminaire des nains avait bien été ordonné et effectué. Mais les gobelins préposé à l’ouvrage avait trouvé judicieux de dégonder la porte Est pour remplacer celle du sud, ce qui laissait désormais un trou béant à l’entrée Est… Et les nains avait forcément choisit d’attaquer par là selon l’adage « suicidaire, mais pas con »

 

Nombre des des envahisseurs étaient maintenant bien connu… Long Drong Silver et ses pirates. Long Drong Qui pris part à la bataille navale en coulant un navire Gobelin par éperonnage avant de S’illustrer avec ses gars lors de la grande bataille d’arrêt en encaissant la charge des chars ennemis et massacrant une grande partie des Gobelins de la nuit au coté du tueur de Démon Dagni, qui avait fini écrasé par un troll lors de la bataille des messagers.

Les Précédent de peu, Snorri le Dingue un tueur de dragon récemment arrivé, qui s’illustrait déjà par sa hâte d’arriver au contact…

Bien plus infâme aux gobelins, Kazgrim Peau de Pierre, qui avait survécu à la destruction de son navire bataille Navale pour devenir le général en chef des envahisseur à la bataille d’Arrêt, ou il échappa échappa miraculeusement à la mort des mains du Seigneur Gobelin Crisbik le magnifique et occis ce dernier était à la tête de la confrérie de Grimnir. C’est qui avait accepté la proposition d’aide du mystérieux humain au pouvoir magique. « Si ça l’chante, roux et torse poil, au moins y déparera pas et y’as des Grobis pour tout le monde » avait il dit.


« Cette fois, c’est la bonne! »

 

Magni Bardinson, qui avait commandé les nains à la bataille navale et reconnu comme Tueur de démon depuis, s’était tressé la barbe et dirigeait maintenant un partit de tueur sur le flanc gauche de leur armée, pointant l’une de ses haches vers l’ennemi. Jusque là il n’avait pas eu l’occasion de combattre à nouveau, se réservant pour l’Hallali.

A sa gauche Gotrek, le tueur Légendaire qui avait déjà massacré un seigneur Gobelin lors de la bataille rangée et culbuté avec son humain pas moins d’un régiment entier de gobelin de la nuit.


*Bruit de haches qu’on aiguise*

 

Le Leader nain qui avait contré la tentative de ravitaillement de fort Scorpion était là aussi. Il s’appelait Gandrak le violant et brandissait désormais la grande bannière runique de l’armée.


« Tueurs, quel est votre Métier? »

 

Mais aussi Malakaï, l’ingénieur et sa faucheuse de Gobelin qui firent tant de mal lors de la bataille d’Arrêt, ainsi que nombre des redoutables tueurs enragés…..

Et des pléthores de nains fous…


« AHOU! AHOU »


« Oh punaise… »

Extérieurs

Mais les Gobelins dans l’enceinte n’était pas seuls! Le Grand Chef du Pic de Fer, Sarcopte , l’apprenti de Yogob toujours en quête de gloire, et l’ex chef des lanciers du scorpion, maintenant Grand chef du Scorpion par intérim qui était partit chercher les dits renforts, comptent bien enrayer l’assaut par une violente attaque de flanc.

 

Surgissant du Nord, leur armée des secours est mené par le Grand Chef Pic de Fer juché sur son char et entouré de ses fidèles.

Le chamane Sarcopte  avait décidé de se battre en solitaire afin de mieux briller et surtout, de pouvoir filer à l’abri si ça tournait mal…

 

Privé de Knonik, les maraudeurs du même nom ont réussi à maintenir globalement leur effectif grâce à des recrues informé de leurs exploit, mais pas de la mort de leur chef. Il sont rapidement pris en main par le Grand chef du scorpion qui reconnais là la trempe d’une unité d’élite.

 

Les poids chiches de l’armée de secours ayant été dispersé lors de la tentative de ravitaillement malheureuse, l’armée de secours doit faire sans eux. Heureusement, le Grand Chef Pic de Fer à su rallier de nouveaux mercenaire, en l’espèce un partis entier d’archer du clan des McGobbo.

 

Enfin, le Géant qui avait fait bien du mal aux Tueurs lors de la tentative de percée était la lui aussi, prêt à aplatir de nouveau du Nabot.

 

Une fois n’est pas coutume, l’armée Naine se lance en avant à toute berzingue au cris de « Hé! Snorri! Des remparts! »


« Laissez les moi! »

Sans surprise, les gobelins ouvrent le feu sur la horde…


« Tient voir ce qu’ils en disent de celle là… »

 

Le projectile du lance roc éclate devant les lignes rousses, sans les faire ralentir d’un poil…


« Yeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeh! »

 

Mais l’artillerie Gobeline n’en as pas fini. Les servants tentent la catapulte à plongeur au maximum et…

 

Le Gobelin par bien droit dans les frères de Grimnir en gueulant « Banzaï! » Quoi que ça puisse vouloir dire…

 

Repliant ses ailes, il as choisit sa cible. Son nain.

 

Les balistes ouvrent le feu à leur tour, mais sans succès…

 

 

Alors, le Grand Yogob fait craquer ses doigts, et décide de montrer aux jeunots et à tout ces nabots roux ce que c’est que la magie peaux verte!


« Plein la gueule leur en mettre je vais… »

 

Il invoque alors la terrible danse de la Guerre de Mork! Un pied gigantesque semble s’abatre sur la confrérie de Griminir!

 

C’est un carnage!

 

Le mortel piétinement semble vouloir se poursuivre sur les pirates de Long Drong…


« Baissez la tête! »

 

…mais par miracle aucun n’est blessé.


« Pas passé loin… »

 

Yogob quémande alors le secours de Mork, mais rien ne semble se passer. La présence de l’armée naine semble interférer avec la magie gobeline… Et elle continue de se rapprocher!

 

L’Oracle d’Albion tente à son tour d’user de sa magie. Son objectif: Invoquer une nuée de corbeaux vindicatif sur les défenseurs afin de couvrir l’avancé de ses alliés… Mais les vents de magie sont capricieux…

 

Sa tentative d’attirer la faveur des cieux n’as pas plus de succès. L’armée Khazalide en revient à des moyens plus prosaïques bien qu’exotique: La faucheuse de Gobelin de Malakaï.

 

Les haches se plantent en nombre sur le parapet protégeant la catapulte à plongeur de la mort. L’une d’elle emporte un servant…

 

Les autres décident de ne pas rester là!

 

Les voici cavalent à l’intérieur de la tour, tractant leur projectile vivant qui voulait y aller lui!

 

Les voyant passer devant lui et l’armée ennemi qui ne ralentit pas, Yogob est pris d’un léger doute et dévale lui aussi les escaliers quatre à quatre…

 

Pourtant, l’espoir existe pour les Gobelins! Les premiers renforts sont arrivé! C’est justement Sarcopte, l’apprenti de Yogob qui déboule à fond de train, de peur de manquer la bataille!

 

Presque aussi enthousiaste, mais servit surtout par ses grandes enjambée, le géant arrive également. Deux combattants seulement mais quels combattants!

 

Apercevant enfin les nains, Sarcopte se met à gigoter, décidant de renverser la bataille à lui tout seul d’un simple sortilège.

 

Et comme d’habitude, il ne se passe rien…

 

Mais l’artillerie Gobeline, du moins, celle rester en poste, n’attend pas après la magie et continue de bombarder sans relâche.

 

Cette fois, pour le lance roc, c’est trop long.

 

La première baliste lâche un nouveau carreau…

 

Dans le décors…

 

Les snots de la baliste des feignants, eux, ajustent, tirent…

 

Et collent un carreau en plein Magni Bardinson! Le nain avait écarté d’un revers le tueur qui s’était jeté entre lui le carreaux en criant « attention messire », Mal lui en avait pris, Seule sa robustesse monstrueuse lui permettait de tenir debout, empalé qu’il était par le trait.


« Juste une égratignure »

 

Depuis les murs, les archers du scorpions sont enfin à portée d’arc! Il tirent une première volée accompagnée d’injure à destination des nains.

 

Ce n’est pas très efficace…

 

Pendant ce temps, Felix et Gotrek ont repéré une proie digne d’eux!

 

C’est à ce moment là que l’Oracle Albionnais entonne une litanie étrange…

 

Les nains se sentirent ravigorés. L’un des frère de Grimnir, qu’on avait cru mort, se relève même!


« Hein? Pas Tagozok? Et merde… »

 

Quand à Bardinson, qui arrache le carreau de son corps, il se sent mieux. Ses plaies semblent même se refermer en partie…


« Efficace! Faudra lui demander à l’humain, si ça marche sur la gueule de bois! »

 

Mais les actions des envahisseurs ne sont pas que défensive. Snorri jette sa hache vers les rempart. De dépit sur des gobelins hors d’atteinte?

 

Il faut croire que non! La hache, soutenue par une rune de vol, file tout droit sur les remparts et décapite net un gobelin avant de revenir à son propriétaire…

 

Malakaï lui aussi se prépare à envoyer des haches. De manière moins artisanale…

 

Les haches volent bas, mais trop ou pas assez pour faucher les servants de la baliste gobeline.


« Essaye encore, Nabot! »

 

Yogob, Continue de se replier, doucement, calmement, sans en avoir l’air…

 

Les servants du plongeur de la mort eux, au contraire, voyant les rassurantes hordes de gobelins qui attendent l’arme au pied, se rallient.

 

Hordes très vaguement diminuée par le siège. C’est ce moment que le gobelin préposé aux recensements se rappelle de transmettre le compte des gobelins victime de la pénurie de nourriture. Rien de dramatique, numériquement parlant.

 

D’autant moins dramatique que les régiments de l’armée de renfort, qui eux on pris un petit frichti avant de venir, viennent d’arriver sur le champs de bataille, sur le flanc gauche des nains.

 

Le géant, voyant les petits bonhommes lui foncer dessus, se jette à leur rencontre. Côté gobelin on est confiant. Les héros légendaires allait finir en crêpes légendaire, et ce serai bien fait!

 

Mais avant la fureur des corps à corps, Sarcopte se remit à danser et proférer des incantations.

 

On raconte que le tueur enragé pris pour cible eu une vague envie de se gratter la fesse droite…

 

L’artillerie traditionnelle et les archers déchaînent une nouvelle salve sur les tueurs avec des résultats… Résultant…


« Tir parfait! »


« La prochaine fois, la même, mais on vise! »

 


« Prenez ça! »

 


« Tient, l’échelle à un nouveau barreau »

 


« Sboiiing! »

 

« T’as été touché? »
« Ouais »
« Ca vas? »
« Non, c’est la chope qu’as pris. »

 


« Archer! Lâcheeeeeeeez! »

 


« Aaaaarg! »

Le Chef Pic de Fer et son équipage ont aussi des arcs et ne se privent pas de s’en servir.

 

Mais ils mettent toute leurs flèches dans le décors, faut pas déconner.

 

Le premier engagement au corps à corps est dynamique. Le géant se jette à pied joint sur Gotrek et Felix.

 

Les héros s’en sortent bien. Seul Félix est blessé: étranglé par sa cape que le géant à piétiné.

 

La riposte est sans pitié! Le géant est sérieusement lardé de coups de hache et d’épée.

 

Encouragé par ses sujets précédent, l’Oracle tente un nouveau sortilège… Mais c’est un catastrophique Fiasco! La résistance naturelle à la magie des nains et leur désir de mort ne semble pas faire bon ménage avec sa magie…

 

Les tueurs pirates, arrivé non loin des murs, font parler la poudre!

 

Les Snotlings de la baliste des feignants se planque derrière les parapets. Mais leur engin est endommagé!

 

Et Snorri s’y met aussi avec sa hache volante qui vas elle aussi arracher un morceau de bois à la pauvre baliste…

 

 

La faucheuse de Gobelins à repéré une cible intéressante: Les régiments gobelins de renfort!

 

Les maraudeurs de Knonik subissent de plein fouets.

 

Mais si la perte de quelques gobelins n’est pas de grande conséquence pour les confédérés, Gotrek saute directement sur la poitrine du géant pour lui fracasser le visage à la hache, provocant la chute du monstre…

 

A cette vue, les gars de Knonik, qui comptent leurs morts se posent quelques questions sur la capacité du Grand chef scorpion à les mener à l’assaut… Ce dernier est obligé de distribuer quelques bourrades.

 

Heureusement, les McGobbo se montre plus discipliné et se replacent pour faire face aux deux vainqueurs du géant.

 

Yogob, voyant que même les artilleurs retourne à leurs poste et entendant les rumeurs de l’arrivée des renforts se dit que sa tâche n’est pas finie… Il fait donc volte face.

 

Les servants de la catapulte à plongeur de la mort regagnent leur poste. Maintenant c’est le plongeur qui veut plus, mais c’est pas grave.

 

Comme Yogob n’est pas encore revenu sur les remparts, toute la puissance magique gobeline repose encore sur Sarcopte.

 

Du coup ben… Comme d’hab. Rien. C’est d’autant plus fâcheux que le régiment de Magni Bardinson a pivoté pour intercepter les renforts…

 

Du coté du lance roc ont tente encore un tir, dès fois que…


« Et ben pisqu’ça vous plait pas mes estimations j’fais au pif! Hop! »

 


« J’y crois pas, chef, ça as marché! »


« Ils ont dégusté les nabots! Haha! Lance rock for ever! »

 

La baliste décide de faire un coup Glorieux. Déglinguer Magni Bardinson une bonne fois pour toute.

 

Mais le carreau change de trajectoire brutalement à un mètre du nain!

 

La faute à la bannière runique Naine non loin…

 

Les Snots de l’autre baliste ressortent de couvert pour tirer à nouveau!

Et le tir ricoche encore sur un nain…


« Ils sont fait en quoi au juste? »

 

Sans tenir compte du manque d’impact de la baliste, les archers gobelins lâchent une nouvelle volée de flèches…

 

… Sous une telle grêle sans protection, nain ou pas, ça craint!

 

Les quelques flèches du pic de fer ne font pas grand chose par contre…

 

Les McGobbo en lâchent aussi quelques unes sur les vainqueurs du géant.

 

Mais aucune ne blesse les deux terreurs…

 

Mais si Gotrek et Félix sont loin des murailles, le premier tueur enragé vient de les atteindre et de lancer son grappin. Il est chaudement accueillis à coup d’eau bouillante!

 

Le maniaque, désormais rouge comme un homard, n’as pas l’air plus empêché que ça et entame l’ascension.

 

En haut, les poids chiches se rue sur les pierres et se mettent à caillasser ardemment l’alpiniste.

 

Mais là encore, ça ne lui fait pas grand chose…


« Mais il est chiant ce nain! »

 

Et malheureusement pour les confédérés, il n’est pas seul à se lancer dans l’escalade…

 

Mais au moins, la magie de l’Oracle, elle, ne se déploient pas. Les chamanes confédérés, à défaut d’autre chose, y veillent.

 

Les archers du scorpions réussissent à tenir Long Drong à Distance…

 

Mais un premier tueur enragé réussi à prendre pied sur les remparts!

 

Bientôt suivit de Snorri!


« Ou ki sont les trolls? »

 

Curieusement, Kazgrim Peau de Pierre, lui, n’arrivent pas à passer. Il faut dire que son lourd armement conjugué à la défense farouche des gobelins n’aide pas à grimper à la corde…

 

Mais le champion de la confrérie de Griminir lui, profitant d’une échelle, réussi à trouver un maillon faible dans la défense. Le pauvre gobelin qui se met sur son chemin est éjecté du mur d’enceinte d’un revers de marteau.

 

Maigre consolation pour les confédérés, le dernier tueurs enragé assaillant les archers ne parvient pas non plus à grimper pour le moment et reste suspendu à sa corde.

 

Mais il ne s’agit que de celui menaçant les archers. Car celui qui, ébouillanté et caillassé, grimpait en direction des poids chiches est arrivé en haut. De manière fracassante…


« Suivants! »

 

Les archers, débordés, tentent de fuir, mais son massacré par les nains qui taillent de droite et de gauche, s’emparant même de la bannière… C’en est fini des archers du Scorpions, qui avaient jusque là réussi à sauver l’honneur gobelin si souvent.

 

Les tueurs investissent le mur. Désormais, les confédérés ne peuvent plus compter sur quelques fortifications que ce soit entre eux et le flanc droit des nains.


« Chais pas vous, j’me f’rais bien une tite bière… »

 

Voyant cela, Les gobelins des bois chargé de tenir la porte exécutent en un parfait ensemble un demi tour prudent…

 

Yogob essaye bien de tenir les troupes, mais avec peu de succès…


« Ne pas vous carapater vous devez! »

Peine perdu pour l’artillerie et les poids chiches décampent à leur tour!

 

Mais entendant Yogob leur crier qu’ils ne goutterons peut être jamais au nain à la Myrtille, voilà l’intégralité des Gobelins des bois qui fait de nouveau Volte Face, d’un bloc!


« Nain-Myrtille? »

Devant les arguments massue de Yogob, le puissant chamane, les poix chiches se rassennent eux aussi.


« Tout seul il est! Cons de tas! »

 

Même les artilleurs se disent qu’ils ont peu être détalé un peu vite…


« Un seul nain? En un roc, c’est réglé! »
« Ouais, enfin, on arrive déjà pas à toucher un bloc de dix une fois sur vingt alors… »

 

Quand aux lanciers, ils ne fuient pas. Il n’ont cure des nains qui se pavane sur le rempart. Littéralement. Ils sont entrain de se coller des bourres pif au sujet de d’un gob de la nuit qui aurais piqué la chaussure d’un scorpion…


« Arrêtez bordel! Nous devons nous unir contre l’ennemi commun! »
« Les Gobelins des bois? »
« Non, les nains! »
« Les nains? »

 

La bataille s’annonce mal au sud, très mal. Au nord, la force de secours y croint encore. Quand au centre. C’est le bordel.

 

Yogob et Saroptes se redéploient. Cherchant lignes de vues et lignes de fuites…

 

Au même moment, le Chef du Pick de fer et Le héros Lancier lancent une charge tout azimut sur le pavé de tueur qui leur font face. Les nains veulent la bagarre, ils vont l’avoir!

 

Plutôt que de foncer sur les deux tornades héroïques qui viennent d’occire le géant, les McGobbo étendent le front, afin de les cribler de flèches. Attitudes prudente de mercenaire désireux d’être encore en état de dépenser leur solde à la fin de la journée…

 

Tout à coup, Sarcopte se déchaine! Voilà que cessant brutalement de danser, des lumières verts se mettent à jaillir de ses yeux et à brûler les nains!

 

Mais ce n’est pas tout! Une légère brume verdâtre se met également à flotter autour des maraudeurs de Knonik qui, subitement, se sentent gonflé à bloc et tue plusieurs nains!

« Merde! les gobs se battent maintenant? »

 

Alors que son disciple déchaîne les pouvoirs le Waaag au plus prêt des nains, Galvanisé par les corps à corps se déroulant prêt de lui, Yogob marmonne ses propres incantations, un sourire vicieux sur ses lèvres ridées…

 

…Et le gigantesque pied de Mork traverse à nouveau les cieux pour s’écraser sur les Tueurs!


« Sprotch »

 

Ses premières victimes sont deux pirates tueurs retardataires en bas des murailles…

 

Le pied du dieu Valseur s’abat ensuite sur le régiment qui s’approche des portes du fort… ou plutôt de l’absence de portes du fort…


« Re-srpotch »

 

Et c’est un quatuor de tueurs qui en font les frais!

 

Mork, enthousiaste, dérive ensuite directement sur la faucheuse de gobelin…

« Re-re-Sprotch »

 

Les deux servants finissent en bouillie verte, mais la robuste machine de conception nain et son créateur en réchappent. Une des haches dont la lame pointait vers le haut manque néanmoins à l’appel et la Danse de la Guerre de Mork s’arrête là. D’aucun aurait juré avoir entendu « ouille ».

 

Quand on est ni un dieu, ni un chamane qui leur parle, il y as des alternative. Pour les snotlings, elle prend la forme d’une baliste pointé à bout portant sur les pirates alignés sur le rempart, prête pour le kebab du siècle.

Le projectile touche, mais le premier nain de la ligne, ivre, le dévie en ne récoltant qu’une estafilade et le carreaux fini planté dans le tambour.


« C’qu’on appelle eul’talent. »

 

A défaut du Kébab du siècle, l’autre balliste à pour simple ambition d’épingler le tueur enragé qui as pris possession du rempart.

 

Mais le tir vas se ficher sur les mur de la tour, sans occire le moins du monde le nain solitaire…

 

En bas, L’impact du char se montre redoutable pour deux nains. Ce genre de machine de guerre bénéficie d’un avantage certain pour toucher…

 

Aussitôt, un défit est lancé. Le tueur de Géant Godrik décide d’affronter en combat singulier le Grand Chef Scorpion. Voilà le peau verte en demeure de vaincre mano à mano un Tueur de Géant, sous les encouragement des gobelins de Knonik


« Allez y chef, on vous regarde! »

Mais le Gobelin, alors simple champion, n’as pas survécu à l’abordage de la Chignole et massacre de la bataille d’Arretage, pour se faire fumer maintenant. Une référence aux lacets de son adversaire et un coup en traitre plus tard, le voilà victorieux!


« J’suis pas Grand Chef pour rien! »

 

De l’autre côté de la mêlée, alors que le chef du pic de fer échoue à tuer qui que ce soit, Bardinson entreprend de démonter le char à grand coup de hache, faisant voler des copeaux partout…


« Merde, on est tombé sur un bûcheron! »

 

Les guerriers de ligne des deux camps n’arrivant pas à occasioner de pertes, le corps à corps se poursuis…


« Azy! Mort z’y l’oeil! »

 

Pendant ce temps, vu qu’il y as pas de porte les nains en profitent pour rentrer. Et ceux qui ne passent pas par porte, passent par les échelles…


« Taïaut! »

 

A l’intérieur, une partie des confédéré est déjà aux prise avec la confrérie de Grimnir et un tueur enragé…


« Beuuuuuuargh! »

 

… Et surtout Kazgrim Peau de pierre qui dévale l’escalier sur le cul dans sa hâte d’arriver au contact!


« Heu, les gars? On devrais p’têt laisser l’histoire de la chaussure en suspend… »

 

Plus haut, les nains de Long Drong finissent d’investir les remparts et engagent les Balistaires snots.

 

Le gros de l’armée de secours voit un tueur enragé se joindre à la mêlée…

 

Le moins gros, les McGobbo, prennent eux Felix et Gotrek sur le râble. C’était attendu, mais le tir de contre-charge n’y fait rien.

 

Histoire de faire semblant d’être utile, l’Oracle roux prononce quelque mot de pouvoir.

 

Aussitôt, Snag, un des pirates laissé pour mort après avoir chut d’une échelle se relève. Finalement, il se sentait mieux…

 

Dans la mêlée extérieure, c’est Kirn qui se redresse sur ses pieds après une vision fugace du paradis des nains.


« Mais? Maiiiiiiiiiiis! »

 

Félix se sent subitement mieux. Les blessures infligé par le géant ne sont plus qu’un souvenir…

 

Jusqu’à Willy, l’un des servants de Malakaï qui se redresse en se massant la tête. Le trou sous lui faisait pourtant une dizaine de centimètres…

 

Et aux portes, c’est Bardin,encore couvert de sang, qui rattrape le groupe après avoir ramassé sa hache.


« Laissez en moi! »

 

Ayant récupéré un servant, Malakaï en profite pour le remettre au boulot. Il arme la faucheuse de Gobelin et pointe la Baliste intacte…

 

Heureusement pour les gobelins, les haches volent haut. Trop haut.

 

Au corps à corps c’est loin d’être la même histoire, taillant de gauche et de droite, Félix et Gotrek ouvre de larges brèches dans les rangs des McGobbo. Mais ces derniers se serrent un peut plus et tiennent le choc. Après tout, ils sont à dix contre un!

 

Pour le chef du pic de Fer, ce n’est pas un problème de bravoure. Sans avoir le temps de se poser la question « fuir ou rester » Magni Bardinson à démantibulé ses loups, son char, son équipage et sa personne.


« C’est ce que j’appelle un échauffement. »

 

Les mercenaires gobelins aimerai bien pousser, mais tout ce qui passe à porté de hache des nains est proprement rectifié, principalement à cause de la maitrise du tueur enragé…

 

Un gobelin fait alors un pas en arrière, puis deux, vite imité par son voisin et d’un coup, c’est tout le régiment qui tente de se carapater mais les gobelins se bousculent les uns les autres et se font massacrer dans leur débandade par le tueur enragé.


« Moi d’abord, les squigs et les Snotlings ensuite! »

 

Le régiment de tueur lui, ne se presse pas spécialement, avançant tranquillement dans le sillage sanglant de l’enragé et ramassant la bannière ennemie comme trophée.

 

 

Dans le fort, l’autre tueur enragé déglingue des poids chiches. Mais ces derniers, grâce à la confiance du nombre, hésitent encore à fuir…

 

Mené par le Grand chef du croissant Orangeâtre, les Lanciers d’élites parviennet à abbatre le champion et dernier membre debout de la confrérie de Grimnir…


« J’ai eu l’oeil! »

 

… Mais l’exploit leur coûte huit des leurs alors que Peau de Pierre et le Tueur enragé les massacrent par rang entier.


« C’est pire que de danser dans un enclos à squigs enroulé dans du jambon! »

 

Les peaux vertes débandent à leur tour, mais la encore, la poursuite est dangereusement efficace.  Kazgrim ramasse la bannière tombé au sol alors que l’enragé décapite les derniers retardataires…

 

Résistance improbable, insignifiante, mais résistance quand même, les snotlings balistaires, malgré des pertes, réussissent à tenir contre long drong et ses pirates. Il y as encore un bout de mur gobelin.

 

Dernier régiment de la confédération intact, les gobelins des bois sonnent la charge pour repousser les tueurs sous la porte! Et quel régiment! Une quarantaine de peaux vertes tout frais, armés de lances, de bouclier et de filets et désireux plus que tout de manger du nain sauce Myrtilles…


« Waaaaaagh les gobs! »

 

Profitant de la diversion, les servants rescapés du plongeur de la mort tentent de rejoindre leur machine…

 

Ceux du lance roc viennent de parvenir à la leur. Il y as encore du courage et le sens du devoir chez les gobelins. Ou une sacrée dose de désespoir…


« Les nains, c’est comme les orques non? Si on colle un rocher sur le chef, ils vont se casser? »

 

Yogob lui aussi profite du mouvement général pour foncer vers l’escalier. Pour revenir en première ligne? Ou pour aller dans un endroit ou il y as moins de nains?

 

Mais malgré l’appui de Sarcopte, a cet instant, la magie gobeline ne vaut pas grand chose…

 

Les maudits tueurs ne sont pas plus perturbé que ça par les tentatives arcaniques.

 

Les peaux vertes désespéré, en reviennent à des moyens plus prosaïques. Un carreau de balliste part en direction de l’un des Seigneurs nains!

 

Mais l’un des fils de Grugni plonge et intercepte le trait, pourtant bien centré pour une fois,  avec sa tête!

« Ca compte ça pour le serment? »
« J’imagine, mais il fait chier quand même. »

 

Gotrek et Félix, loin des tirs de ballistes, règlent leurs comptent avec les Mcgobbo. La hache du nain et l’épée de l’humain rencontrent la chair verte à chaque coup et les malheureux gobelins sont décimés.

 

Ils piquent des deux pour tenter d’échaper aux deux furieux qui les talonnent sous le regard goguenard du régiment de tueurs encore dehors.


« Prochain mercenaria, faudra qu’on lise le contrat les mecs! « 

Petit miracle au milieu de cette débacle, les poids chiches réussissent à tenir leur tueur enragé. En perdant deux des leurs et sans infliger de dégâts, mais ils tiennent!


« On est dac’, y’as des renforts qui vont venir, hein? »

A contrario, les gobelins des bois, trop pressé, pensent qu’ils peuvent se passer de leurs filets pour le moment et se jetant sur les nains, ils se poussent mutuellement sous les haches! Le premier rang et presqu’intégralement fauché!

 

Alors que les rangs arrières, pris dans leur élans, continuent à pousser, les rangs avant essayent désespérément de fuir. Dans la confusion qui en résulte, les tueurs font un grand massacre et disperse le régiment dont les rescapés ne doivent leur survie qu’au nombre des plus lents qu’eux qui se font hacher.

 

La percé des nains les emmènes loin à l’interieur du fort, provoquant une nouvelle panique chez les gobelins. En l’espèce, Yogob et les servants du plongeur qui représentent tout ce qu’il reste à proximité…

 

Et c’est à l’image de ce qui se passe pour les tueurs pirates, qui terminent les snots de la baliste et progressent aussi vers l’intérieur du fort et le pillage annoncé!

 

 

 

Avec deux régiments entier de tueurs qui pénètre dans les quartiers d’habitation, la survie du fort et compromise…


« Vous croyez qu’ils ont de la bière? »

 

Seul reste en arrière le porteur de la grande bannière.

 

Talonné par la légende et son biographe, les McGobbo quittent à leur tour la scène…

 

L’autre humain de l’armée Naine prend possession du point culminant du champs de bataille.

 

Sa tentative de sort échoue néanmoins à terminer les artilleurs du lance roc qui veulent encore y croire.

 

Les poids chiches, eux n’y croient plus. Quatre guerriers découpés plus tard et c’est la débandade face à l’enragé. Personne n’en réchappe et le nabot perce.

 

Yogob, sérieusement cerné, commence à se sentir. Décarrer il décide de.


« Mmmmm, Je fuis ou ne fuis pas. Il n’y as pas d’essais… »

 

Son apprenti qui pense visiblement toujours pouvoir devenir le grand sauveur de la confédération, se lance dans un courageux « backstab au rayon vert ». On est gobelin ou on ne l’est pas.

 

A L’échelle du conflit, ce n’est rien. Pour le nain grillé vif par les énergies magiques reçu en plein dos, ça fait mal…

 

Mais il n’est pas le seul afficher encore un semblant de résistance! L’équipage du Lance roc, toujours à son poste, décide de charger un rocher!

 

Craaaak! Le rocher propulsé par le lance roc chute non loin de Snorri le Dingue et du tueur enragé prêt de la porte, projetant une nuée d’éclat de caillasses!

 

Mais si les nains ne sont pas le peuple de la pierre, ils ont probablement un deal avec. Seul le tueur enragé est blessé, d’un éclat de solex dans le bras. Blessé mais pas tué!

 

La seule baliste gobeline encore active ne désespère pas de faire mieux. Il faut faire payer à ces satanés Nabots tueurs intuables! Le peau verte préposé abaisse le levier et le trait part!

 

Et cette fois, point d’interception héroïque! Le carreaux percute de plein fouet Magni Bardinson! Enfin, ce maudit nain responsable de temps de malheur était terassé!

 

Mais la baliste préoccupait peu ses compagnons, qui se tournèrent plutôt vers un cible à leur niveau. Sarkopte le Chaman. L’apprentit Mystique commençait à les chatouiller et ils n’avaient justemement plus grand chose à se mettre sous la hache…

 

C’était aussi le cas des héros dans le forts. Ceci se rabatirent sur ce qu’ils purent trouver, en l’occurence les pauvres servants de plongeur de la mort.

 

Que l’espèce de vas nu pied allié aux nains lance des sorts et qu’ils soit contré ou qu’ils se contente de scrupter la scène triomphant n’as plus vraiment d’importance à ce stade…


« Je suis le roi du moooooode! »

 

Ce qui en as plus, c’est Malakaï, qui compte bien se faire lui aussi Sarkopte. La faucheuse à gobelin se met à propulser des haches à toute vitesse!

Et le pauvre chamane en reçois une dans le dos. Heureusement sa pelisse à pris le gros des dégats, mais il saigne tout de même abondamment…

 

Le dernier des tueurs enragés joue du grapin pendant ce temps. Les ballistaires gobelins tentent bien de le repousser mais c’est lui qui les éjectes du rempart…

 

Le forcené à crête prend même pied sur le chemin de ronde!

 

Quand aux Héros nain, leur performance attendu est atteinte…

 

Il ne reste plus vraiment grand monde pour contester aux nains le champs de bataille. Sans compter que deux de leurs régiments sont dors et déjà entrain de mettre le fort à sac.
Seul Sarkopte, les servants du lance roc et un Balistaire peuvent témoigner de la débâcle, seuls gobelins encore debout qui ne vont pas demander leur reste et filer à leur tour. Résister jusqu’au bout, c’est bien beau, mais après faut pas non plus déconner.

 

Les positions défensives de la Tribu du Scorpion Noir ont été submergées, comme l’atteste les reliquats des moyens de sièges nains.

 

L’armée Naine, fière de son (hum) exploit, pourra, à défaut d’accomplir son serment de mort, écrire une page glorieuse dans les sagas, comme en témoigne les nombreuses bannières capturées. La Prise de fort Scorpion.

 

Et si les gobelins ont fait tout leur possible pour en occire un maximum, force et de constater que les laissés pour morts, assommés et autre coriace ayant survécu à leurs blessures sont nombreux! Magni Bardinson, que les gobelins avaient cru tuer d’un coup de baliste à survécu à ses blessures! Tout comme, le spectateur attentif l’aura remarqué, le tueur qui l’avais sauvé une première fois en rattrapant un trait de la baliste avec la tête. Y’as pas d’justice…

 

Mais ce n’est pas tout. Les Khazalides ont aussi ramassé les pauvres gobelins laissé pour mort ou trop terrorisé pour fuir. Massacrerons ils leurs prisonniers dans une nouvelles démonstration de barbarie? Ou les ramènerons ils en trophées à Karak Kadrin?

 

Chez les gobelins « l’armée » défaite se résume à un chamane blessé, et quatre pauvres artilleurs.

 

Mais, aussi loin qu’ils ai fuit, il faut pour être juste, compter les gobelins qui ont réussi à quitter le champs de bataille et dont le manque de bravoure à sans doute sauvé la vie, au premier rang des quels, le Fameux Yogob.
On trouve avec lui les Gobelins des bois les plus forts à la course, qui vont rentrer piteux et le ventre vide dans leur forêt, ainsi qu’une poigner d’Archer McGobbo qui rapporterons à leurs confrères d’Albion que le sud, ça craint…

 

Mais que les peaux vertes se consolent: quand on s’intéresse au laissé pour morts, fuyards discrets et autres survivant ayant réussi à ramper hors du champs de bataille on s’apperçoit que les nains ont manqué de conscience.
Le Grand Chef du pic de fer à réussi à s’en sortir, planqué sous son char, avec son équipage et ses loups, pendant que les nains s’acharnaient sur le petit bois!
Le Grand Chef du Croissant Orangeâtre s’en est lui aussi tiré, ayant poussé un autre gobelin sous les coups avant de jeter sa robe pour se fondre dans le gazon.
Et une fois n’est pas coutume, le Grand Chef du Scorpion par Intérim (bien que plus chef de grand chose) à encore une fois réussi à échapper à un destin fatal inextremis, laissant le martyr à d’autres plus qualifiés.
Et preuve que les nains ont vraiment manqué de soin, le Géant lui même se réveille quelque jours plus tard, avec une méchante bosse. Avec eux, un certain de gobelins divers ont aussi survécu à la tempête, qui grâce à un casque solide, qui encore planqué dans un terrier de renard, qui encore, tellement couvert du sang de ses camarades que les nains l’ont cru mort.

 

Quelques survivants supplémentaires s’extirperont dans un second temps des ruines en flammes… (fausse alerte, c’est une photo des prisonniers)

 

86 gobs morts 16 prisonniers

 

Nains départs:

Long jhon 12 (dont long)

(Visited 7 times, 7 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *