[Pirates VS Santiago] « Somewhere in Africa »

Quelque part en Afrique, dans un pays déchiré par la guerre, un insaisissable seigneur de guerre balafré nargue la panocéanie depuis longtemps. Considéré comme le principal responsable des troubles qui agitent la région, sa capture est devenue une priorité sur le plan médiatique pour les panocéaniens, incapables de résoudre le conflit.
Mais le balafré se déplace.
Toujours en mouvement, entouré de nombreux miliciens, le simple fait de le localiser semble impossible. Or les Pan-océaniens croient aux miracles! Un indicateur providentiel, une zone d’insertion proche et accessible. L’opération se monte. Une équipe de l’ordre de Santiago est retenue pour la mission.

L’équipe est composée:
– de Saint Tiago (Saint Sépucre)
– Santeuto (teutonique)
– un chevalier médic (hospitalier)
– un chevalier standard (santiago)

Leur objectif secondaire
Le Balafré a coutume de prendre des otages. Un homme capital, pour les intérêts panoceaniens, se trouve prisonnier quelque part dans le camp. Qui il est importe peu. Les chevaliers doivent se débrouiller pour le ramener.

Ils devront donc pénétrer dans le camp, trouver le seigneur de guerre, le capturer, faire de même avec l’otage capital. Porté par leur foi et leur expérience, les Santiago ne tremblent pas alors que leur transport VTOL les rapprochent à grande vitesse de l’objectif et des miliciens qui le défendent.


Des miliciens lourdement armés, fusils, Panzerfaust…


La moindre erreur sera fatale.


… Car même s’il ne s’attendent pas à être attaqué, les miliciens sont solidement retranchés.

Les Chevaliers se déploient discrètement mais ne se font pas d’illusion, il faudra frapper vite et fort. D’autant qu’ils ne savent pas quelle maison abrite le seigneur de guerre.

Mais soudain, le lieutenant panocéanien reçoit un message du QG: L’Arcandis à été repéré dans le secteur! Il semble que les flibustiers soient intéressés eux aussi par le balafré. Est ce pour mettre un terme à ses déprédations que les pirates sont là? Ou bien parce qu’il finance sa guérilla grâce à de fabuleux diamants exploités dans un endroit connu de lui seul?
Les premiers écho radars de pirates apparaissent. Ils ne semble guère nombreux, mais ont amené un TAG avec eux!

Les pirates aussi ont un objectif secondaire. Outre l’homme mystère, le balafré a capturé une jeune femme que l’ont dit fort belle. Les flibustiers cherchent-ils à s’en emparer pour satisfaire d’inavouables appétits, ou bien sont-ils seulement à la rescousse d’une damoiselle en détresse? Toujours est-il qu’ils ont la ferme intention de la trouver et de la ramener à bord.

Mais les Chevaliers de Santiago, malgré les réserves du QG, décident de maintenir la mission. Il fallait frapper vite et fort, ils frapperont plus vite et plus fort. Les pirates n’étaient qu’un paramètre de plus.


Et c’est face à des miliciens solidement retranché que Santeuto s’élance pour ouvrir le bal.

Le Chevalier charge donc à travers les balles des miliciens, continuant malgré ses blessures alors que ses propres tirs ne rencontrent que les pierres du mur, s’arrêtant à quelques centimètre de la chair du milicien caché à la fenêtre.

Sorti de la ligne de vue de ce dernier, il se concentre sur l’autre milicien, celui derrière le muret, faisant pleuvoir une pluie de balles qui force le combattant à se jeter au sol, derrière le muret protecteur.

Franchement, quand on voit les jets de blindage des miliciens, on se demande qui porte les armures lourdes!

Profitant désormais de l’absence d’ORA, le chevalier en profite pour foncer jusqu’au muret!

Pendant ce temps, l’aile droite des chevaliers ne reste pas inactive et fonce elle aussi sur l’une des maisons susceptible d’abriter ses objectifs. Saint Tiago n’hésite pas à rentrer de front dans la mire des miliciens, comptant sur son holo-projecteur pour perturber l’homme au fusil et celui au panzerfaust qui lui font face.
Mais les miliciens ne se laissent pas abuser et tirent tout deux sur le véritable chevalier. On l’a leur fait pas.
Frôlé par une roquette et quelques balles, le chevalier s’en sort tout de même avec brio.

Pendant ce temps là chez les pirates, une première tentative d’avancée échoue lamentablement.

Les Santiago ne font pas preuve d’une telle timidité et le chevalier de Santeuto escalade le muret d’un bon!

Le Milicien se relève pour faire face à la menace! Derrière la fenêtre, un second épaule son fusil, prêt à faucher le chevalier lorsqu’il passera devant…

Mais!

Suite à un saut magnifique, le Santeuto passe au dessus de la fenêtre tout en rafallant le milicien qu’il survole!

(Et le premier qui me dit que les règles en version anglaise, espagnole ou moldavo-basque ne le permettent pas, il sort.)

Quand au flanc droit, un réactivage d’holo-projecteur prudent conclura son action.

Parce que coté Pirate… Ces derniers ne bougent pas, préparant probablement un mauvais coup. Le TAG reste lui même; bien sage derrière son couvert. Ho, il pourrait attraper une ligne de vue sur le milicien panzerfaust au loin, mais ce dernier menace aussi l’avancé des Santiago. Il serait dommage de risquer de prendre une roquette pour ça.

Le Chevalier Santeuto n’as pas ce genre d’hésitation. Sa cible est peut être toute proche. Et ce n’est pas cet autre porteur de panzerfaust planqué derrière une voiture qu’il l’empêchera de fouiller la première maison.

Mourir d’une bête roquette? Non. Il est l’invincible Santeuto et ce n’est pas cet insecte qui refuse de mourir qui l’empêchera d’enfoncer la porte.


D’ailleurs, inutile de se soucier de lui plus avant, il viens de tirer sa dernière munition, la porte est enfoncée et le misérable ORA venu de l’intérieur n’as rien pu faire contre Santeuto l’invulnérable.


Le marqueur indique la position de l’une des cibles? Est-ce la jeune fille? Le balafré? L’homme mystère? Les miliciens retranchés derrière des lits renversés sont prêts à recevoir le chevalier comme il se doit.

Et c’est bien le balafré qui est dans la pièce!

Abandonnant le manuel pour puiser l’essence de son action dans les films de John Woo, l’invincible Santeuto se jette dans la pièce en mitraillant de tout coté alors que la voix rauque des Kalashnikov s’élève elle aussi…

Et le terrible chevalier s’écroule raide, criblé de balle. Faut pas déconner non plus. On remarquera que si ça n’avait pas suffit, le porteur de panzerfaust à cours de munition s’était rapproché pour lui péter la gueule à coup de poing si nécessaire.

En attendant, le quart de l’effectif en armure violette étant par terre, le chevalier de Santiago commence à chercher des lignes de vue scabreuses.

Et réussi à abattre l’homme de la fenêtre!

Mais quand on abat un milicien, un autre prend sa place. L’homme du muret est déjà remplacé.

Bon ok, remplacé par un type à cours de munitions, mais remplacé quand même. Sont complètement schtarbés ces miliciens!

Mais le flanc gauche n’est pas le seul à subir la pression des Santiago. Sur le flanc droit, l’un d’eux progresse promptement, couvert par ses holo-projecteurs. Mais les miliciens sont partout et chaque mètre est un combat.

Malheureusement pour les miliciens, à contrario de la broderie, le combat est un domaine dans lequel les ordres de chevalerie panocéanien se débrouillent plutôt pas mal.


Somewhere in Africa, un nouvel épisode!

Précédement, dans « Somewehre in Africa » les chevaliers de Santiago progressaient sous les tirs des miliciens. L’un d’eux était même tombé, criblé de balles par les guerrilleros qu’il avait cru surprendre.
Il était temps pour les pirates de montrer aux panocéaniens comment on sécurisait une zone.

Phase Un, L’atterrissage, qui se doit d’être fait dans un endroit dégagé de toute menace (par exemple parce que le type avec le panzerfaust qui surveillait s’est barré à la poursuite des chevaliers).

Ensuite, repérer et neutraliser les types qui contestent.

Coucou, tu veux voir mon fusil combi eu avec butin?

Suivant!

Monsieur ne veux pas mourir à coups de combi?


Et bien on charge, pirate jusqu’au bout! Et là, c’est le drame.

Qu’est ce qu’il avait besoins de sortir un critique son tir d’ORA ce con?

Attila est pulvérisé par une roquette tiré à bout portant. Ventilé au quatre coin du champs de bataille sur un tir réflexe du milicien dont la dernière munition emporte le pirate.

Mais B.Doll’s crie vengeance. Elle engage à son tour le milicien, désormais désarmé.

Elle se débarrasse de son adversaire puis noie la zone sous un écran de fumigène, histoire de ne pas prendre un tir vicieux de la part d’un chevalier de passage.

Mais les Santiago n’en ont pas après elle. Pendant qu’elle répand ses fumigènes, le porteur de spitfire franchit la distance qui le sépare du muret et se débarrasse rapidement de l’homme qui le défendait.


Plutôt que de foncer directement dans la bâtisse comme feu Santeuto, le Chevalier, prudent, préfère d’abord s’arrêter à la fenêtre pour un début de ménage.

Le milicien fériador massacré d’une rafale de spitfire à bout portant, on y voit déjà plus clair. Ne reste pour protéger le balafré que deux de ses hommes et sa fidèle kalashnikov.

Sur le flanc droit, on ne reste pas non plus inactif. Saint Tiago entreprend de s’occuper du dernier bâtiment dont on ne sait s’il renferme la prisonnière ou le prisonnier.


Mais une fois la porte défoncé, c’est bel est bien la prisonnière qui apparait, gardé par de féroces miliciens.

L’objectif secondaire des chevaliers est donc dans la troisième maison! L’assaut du flanc droit se révèle être une perte de temps!

Apprenant la nouvelle, B.Doll’s qui avait pris son élan pour fumigener la porte avant de l’enfoncer, de massacrer le milicien de garde à l’épée et de récupérer l’otage enfermé dans la pièce s’interrompt dans son élan. C’est l’objectif des chevaliers qui se trouve la dedans. Pas le sien.

La Donzelle localisée, le TAG pirate sort de sa réserve et fait parler sa mitrailleuse!

Pris sous le feu, le chevalier médic échappe à la mort alors que les balles lourdes ravagent le pick up.

Mais le Tag en remet une couche.


Vous souvenez vous du Santiago qui marchait (prudemment) sur les traces de Santeuto?

Le voilà qui s’apprête à rentrer à son tour dans l’antre du balafré, mais contrairement à son prédécesseur, il décide de ne pas griller les étapes.

L’homme de l’entrée dégagé à grand coups de spitfire, il s’avance vers le seigneur de guerre, engageant le combat avec son dernier garde debout, retranché derrière un lit renversé et déjà passablement criblé de balles.

Les gardes étant méthodiquement éliminés, il peut désormais s’occuper de sa cible sans arrière pensée: Mains en l’air! 
J’te dis de te rendre connard!

Mais le seigneur de guerre est tout sauf coopératif. Vl’a t’y pas qu’au lieu de se rendre, il colle une blessure au chevalier qui tente de le maitriser?

Mais heureusement, les chevaliers ont l’occasion de se défouler de l’autre coté de la table.

Bien sur, la prisonnière n’avait rien avoir avec sa mission. Mais des siècles d’Atavismes chevaleresques ne permettaient pas à Saint Tiago d’ignorer une (jolie) damoiselle en détresse. Il chargea donc, éparpillant les malandrins aux quatre coins de la pièce, hormis l’homme à la mitrailleuse, dissimulé derrière le lit et qui ne put que se tourner et prier pour que le chevalier ne vienne pas le chercher.

Vous venez souvent ici?

Les pirates, continuaient leur progression, bien que certaines choses eurent été remisent en question lors des derniers mouvements de Santiago, comme l’intérêt pour B.Doll’s d’aller dans la dernière maison, sachant qu’elle n’y trouverait nulle damoiselle en détresse, mais un abruti d’otage.
Pourtant elle avait bien pris son élan…

En deux/deux j’vous dis! : mouvement impétueux vers la porte, largage de fumi, ordre irrégulier, on enfonce la porte et on entre, sans craindre d’ORA, un ordre de plus et on contacte le milicien avant de le couper en morceau. Mieux que le SWAT. Sauf que la cible dedans n’as aucun intérêt… Dommage, ça valait le coups de passer le tour précédent à se préparer…

Heureusement, pendant que certains tergiversent, les pirates profitent des angles morts pour déployer de nouveaux renfort en la personne des trois mousquetaires.

Pas question de laisser ce salopard de Chevalier se barrer avec le balafré! C’est la cible prioritaire!
Les pirates progressent sur tous les fronts! Ils sont désormais redevenus la menace principale pour les chevaliers de Santiago.


Et les chevaliers de Santiago me direz vous?

Ils se démerdent comme ils peuvent. Le Balafré est enfin sous contrôle.

Reste à l’évacuer. Même s’il suit docilement le chevalier qui l’a capturé au milieu de la baraque ravagée, dehors, les pirates sont tout proches.

Craignant d’être bloqué au niveau du muret, le chevalier choisit un itinéraire de fuite différent. Ou alors c’est juste qu’il aime enfoncer des portes.

Et le chevalier file de couvert en couvert avec son prisonnier.

Son collègue fait de même avec la prisonnière.

C’est fini. Impossible de rattraper les chevaliers qui s’envolent vers la victoire avec leur prisonnier… Que peut une poignée de pirates contre un chevalier, une infanterie lourde retranchée à couvert qui s’enfuit avec un otage?

 

 

 

Que ce qui y ont cru soient pendus par les pieds à la grande vergue!

Bien sur que les pirates y peuvent quelque chose! Ce Marin d’eau douce de chevalier se barre avec le prisonnier? Il est à couvert et menace d’abattre le premier pirate en vue?



Parfait! A B.Doll’s de jouer! Le chevalier ne peut tirer sur ce qu’il ne voit pas!

La voie est libre pour le mousquetaire. Il ne risque plus d’être fauché en approchant et peut donc courir droit sur les tentes!

Il plonge dans la fumé, prêt à empêcher le chevalier de s’en sortir par tous les moyens!

Bien sur la question que tout le monde se pose: Que fabrique il sous la fumée? Heureusement, notre caméra est équipé d’un Filtre VMS3, activons le incontinent.


L’opération terminée, il s’écarte. Désormais au moindre mouvement du Santiago, les E-Mauler se chargeront de son cas.

Switchons encore une fois de l’autre coté de la table, ou Saint Tiago décide de réactiver ses Holo-Echo, ça commence à sentir le sapin…


Le Chevalier médic profite d’une ouverture pour avancer. Il veut bien entendu se porter au secours du chevalier ayant capturé le balafré qui se trouve dans une situation vaguement critique…

Mais le TAG pirate (Une Hola pour le TAG!) veille!

Il ouvre le feu sur le malheureux chevalier qui est bien en peine de résister, investir dans un TAG forcément, en frontal, ça paye.

Mais…

Il reste des miliciens! Pour un peu on les aurait oublié!

Décidé à rester des nuisances jusqu’au bout, l’importun réussi à blesser le TAG (tu confirmes Gryff? C’est bien ce va nu pied qui m’a collé une blessure à mon magnifique blindé high tech?)

Volte face du TAG, on va pas se laisser emmerder par un clampin qui tire avec une arme pré-Aleph.

You Talking to me?

Ou pas…

Hum, bref, je sais plus ce qui s’est passé, j’veux pas savoir.
Passons directement au parachutage de renfort (ce n’est que le troisième de la partie après tout.)

Faut dire, va bien falloir aller attraper Saint Tiago s’il reste caché dans la bâtisse.


Le Mexican Standing parfait, Si Santiago bouge, il déclenche les E-Mauler qui grillerons son armure et les tirs du mousquetaire et de B.Doll’s. Mais si ce sont les pirates qui bougent, il pourra les tirer sans risques d’être E-maulé. Bref, si quelqu’un éternue, se sera le massacre.

Etttttttttt

C’est le massacre. On décortique: Le chevalier à tenté une sortie, son armure a résisté aux deux E-Mauler, lui permettant d’étaler les deux pirates. Mais le chain rifle de B.Doll’s a tout de même eu raison de lui et de sa tentative désespérée. Reste le grand gagnant: le Balafré qui ramasse sa kalashnikov, libre comme l’air!

(Franchement, quand je vous disais qu’on pouvait parier sur les Miliciens, ils en sont déjà à un chevalier mis au sol, un pirate pulvérisé, un TAG et un autre chevalier blessé… Et rien qu’avec des ORA!)

Sur le flanc droit, le TAG pirate décide de s’en prendre au chevalier de Saint Tiago, dernier chevalier en état de combattre de la team, pour récupérer la fille.


Ce dernier résiste, et le Tag doit éviter l’engagement!
La fusillade dure, dure… dur dur…
Le chevalier, pire que la chienlit refuse de lâcher le morceaux et profite du fait que le TAG évite de l’achever au lance-flamme pour ne pas rôtir la donzelle.

Mais les pirates finissent par maitriser le forcené et Lily la tigresse récupère la prisonnière.

Les Santiago ont été anéantis. La victoire est totale. Il ne reste plus que les formalités à accomplir. A grand coups de TAG.

Mais les formalités se défendent!


Vl’à t’y pas que le Balafré colle une nouvelle blessure à L’Atlante qui vient l’appréhender?

Heureusement, tout rendre vite dans l’ordre et le Seigneur de guerre est capturé malgré son coup d’éclat.

Pour parfaire l’humiliation des chevaliers, il est décidé de s’emparer aussi de leur objectif.L’opération est rondement menée, on fait sauter la porte à la mitrailleuse multi…

.. Lily neutralise l’opposition et trouve l’Otage. Qui ressemble à s’y méprendre à un dictateur de Moyen-Orient… Une recréation clandestine? Que lui voulaient donc les Panocéaniens?

Victoire Éclatante des Pirates! Santiago 2 Pirates 1 Nul 1


Les pirates rescapés, avec leurs blessés derrières et leurs prises devants.

Mais ils ne sont pas les seuls a s’en être tiré: des miliciens sont toujours debout à la fin de la partie! (J’vous jure, un jour on sera trop gourmand et on se fera battre par les PNJs)


Et voici donc ce compte rendu Marathon terminé.

Avant de vous quitter, je voudrais vous demander d’applaudir bien fort les Figurants sans qui rien n’aurait était possible! Les Otages Ainsi que les Forces de L’APP (Armée Patriotique Populaire)

Pirates: Pitaine
Ordre Panocéanien de Santiago: Gryff

(Visited 23 times, 23 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *