L’Ombre du Serpent II, Le Temple Maudit



L’Ombre du Serpent II Le Temple Maudit

Après avoir capturé le fournisseur de drogue des Purples, l’Hashashin s’est employé à le faire parler. Ses révélations font froid dans le dos. Il appartient à une secte dérangée tout à fait consciente des effets de la drogue sur la santé mentale de ses addicts. Secte qui espère par ce biais prendre le contrôle de Néo-Agrava. La secte dispose d’un temple dans les sous-sols d’un quartier populaire où elle offre des sacrifices humains à « l’Envoyé Divin », une espèce d’énorme serpent auquel elle prête une personnalité et des pouvoirs magiques.

La secte est menée par une sorte de grand prêtre sensé posséder un véritable savoir occulte et être à l’origine de la drogue. Le retrouver et le capturer sont désormais des priorités pour l’Hashashin qui décide donc d’une descente dans le quartier et dans le temple qui s’y trouve. S’il n’y est pas, le commando haqqislamite aura pour mission de capturer un maximum de cultistes pour leur arracher des informations sur leur chef et l’endroit où l’on peut le trouver.

C’est ainsi qu’en début d’après-midi, dans ce paisible quartier de Néo-Agrava, alors que la majorité des gens font la sieste pendant le plus chaud de la journée, un homme en robe se dirige vers les portes de la mosquée locale.

Se doute-t-il qu’un commando vient de se déployer non loin ?

S’il le sait, il n’en laisse rien supposer et pénètre tranquillement dans le lieu de culte après avoir ôté ses chaussures.

Quelques fidèles seulement se trouvent là, plus un homme étrange qui surveille les allers et venues depuis l’étage….

Pendant ce temps, les hashashins continuent de progresser dans les rues, prenant position au niveau du marché. Une fireteam de Muyibs composant la force principale, couverte par un sniper Lasiq évoluant sur le toit de la mosquée.


Les hashashins connaissent leur premiers déboires avec un marchant bloquant le passage qui refuse de bouger quand soudain, des tirs retentissent. Le sniper Lasiq a repéré quelque chose au niveau des fenêtres d’une petite maison et des coups de feu ont été échangé de part et d’autre.

Dans la mosquée, la sentinelle vient de sortir un pistolet après avoir entendu les coups de feu. Mais ce faisant, elle ne prend pas garde au fiday. Let’s Rock and roll!

Ce dernier réduit rapidement le cultiste en pulple à l’aide de son arme EXP.


« Roger, on est d’accord sur le fait qu’on en veut un maximum vivant ? »
« T’inquiètes, ça gère. »

Pendant ce temps, les écrans des Hashashins commencent à s’affoler, des bip hostiles apparaissent et bientôt un premier homme surgit, la grenade fumigène à la main…

…Mais le tir de barrage haqqislamite le fauche en pleine action d’une roquette incendiaire !

Dans la maison toute proche, Lee, l’infirmier pirate, tente désespérément de réanimer Kam, l’invincible, mais les munitions virales ont déjà fait leur oeuvre…

Ramis, qui de tous les pirates est arrivé le premier sur le terrain, tente de contourner le champs de tir pour prendre à parti le lance-roquettes ennemi en duel depuis une arche…


Mais il disparaît à son tour dans une mer de flammes laissant son corps calciné alors que Gérard, son camarde qui surveille les arrières, ne peut que l’entendre hurler dans l’intercom.


Rien de cela n’atteint le Fiday concentré sur sa mission. Sous cette trappe se trouve la cache des cultistes. Le temple maudit. Il est temps d’y descendre…

Musique d’ambiance c’est maintenant ! :

Le fiday descend dans les entrailles du bâtiment le long d’une échelle délabrée jusqu’à une sorte de sas. Derrière la porte, le temple maudit l’attend. Mais avant d’y pénétrer, il lui reste un détail à régler…


Il ne lui reste plus qu’à pousser la porte….


Le Temple Maudit.




!


L’Hashashin repère rapidement une première cible. Un cultiste qui patrouille, un lance-flammes artisanal entre les mains. Le plan est simple, une manchette et casevacer le cultiste pour l’exfiltrer furtivement.

Mais le bougre résiste aux tentative du tueur pour l’assommer, même si sa riposte n’est pas brillante face au Fiday entrainé qu’il avait pris pour un ami…


Pendant ce temps, en surface, surgissent des renforts pirates. Trois silhouettes se découpent au bout d’une rue, à la périphérie du champs de vision du Lasiq…

Une première balle part, traversant une silhouette comme si elle n’existait pas. Leurre Holographique.

Le quel des deux pirates restant est le vrai ? Le sniper ne peut compter que sur son instinct. Il ajuste l’une des silhouettes courant vers la sécurité du couvert, murmure une courte prière et appuis sur la détente. In’ch Allah. Ca cible était la bonne.

Dans le temple, le Fiday change de tactique et sort son épée EXP. Le cultiste lâche son arme et lève les bras. L’intimidation a fonctionné. Heureusement, il était hors de question de tuer ce futur prisonnier.

Le Fiday entraîne son premier prisonnier en direction de l’échelle et l’évacue dans la mosquée puis à travers les rues, couvert par les Muyibs avant de le livrer au Barid de l’arrière.





Du coté des pirates, Kalish, plus prudent que Grand Dadais, prend le même chemin que ce dernier. Mais sous le couvert d’une grenade fumigène.


Utilisant le couvert des maisons, il cherche à se rapprocher de l’action en suivant de mystérieuses indications topographiques renvoyé par sa tablette, ne s’arrêtant que pour délivrer un tir de suppression sur un angle d’attaque ennemi potentiel.


Pendant ce temps, les Muyib abandonnent la couverture globale au sniper lasiq et se préparent à entrer à leur tour dans la mosquée pour accéder au temple et le nettoyer.

Les hashassins, chaussures dans le paquetage pour traverser la mosquée, s’apprêtent à descendre dans le temple qui la souille. Ce qu’ils vont faire avec beaucoup moins de subtilité que le Fiday.

Prenant rapidement position dans le temple après avoir remis leurs chaussures, l’équipière Spitfire est la première à établir un contact visuel avec le serpent géant précédemment détecté.

Mais elle aussi est en vue du serpent qui la fixe de ses yeux malsains. C’est à ce moment précis que la réalité semble s’altérer…




C’en est trop pour la Muyib. Malgré sa foi, malgré son conditionnement, sa santé mentale éclate en mille morceaux et elle se met à tirer rafales sur rafales sur des ennemis imaginaires en hurlant…


Le cultiste qui garde la petite cellule conserve sa maitrise de lui-même alors qu’un autre muyib se plante sur l’escalier pour viser le serpent. A la vue du monstre qui semble incanter, il sent sa santé mentale vaciller alors qu’il s’apprête à tirer sur la créature…


.. mais le mental d’acier du muyib tient bon! Récitant un verset pour ne pas faillir, il ouvre le feu et la tête de la chose éclate dans une gerbe d’humeurs noirâtres avant qu’elle n’ai pu terminer son incantation.

Pendant ce temps, le porteur du lance-roquettes se jette sur la muyib rendue folle par la vision de cauchemar pour tenter de la maîtriser…

Ignorant les déboires des hashashins en sous-sol, Kalish continue à se rapprocher en suivant son relevé topographique. Ce dernier lui indique la cave du bâtiment derrière lequel se trouvait précédemment Ramis. A peine arrivé, le voilà qui pose des charges creuse sur un mur faible…


Les hommes du Vieil Homme de la Montagne ont d’autres problèmes. Sortant son couteau, la muyib folle à lier vient de l’enfoncer dans le ventre de son équipier qui tentait de la maîtriser.

L’heure n’est plus aux demi-mesures. Le dernier Muyib ouvre le feu sur sa collègue pour la neutraliser avant de poursuivre ses tirs en direction du garde de la cellule. Ce dernier, sans arme, est bien en peine de riposter.


Allant récupérer le cultiste pour le casevaquer, le muyib commence par sécuriser la geôle où il découvre une prisonnière portant les couleurs de l’Arcandis.

Le Dernier Muyib décide d’embarquer la pirate, chargeant le cultiste blessé sur son épaule, il la pousse devant lui. Même si ce n’était pas prévu, une membre de l’équipage de l’Arcandis est une capture de choix…

Avec un cultiste prisonnier et peut être un second si le garde survit à ses blessures, plus une pirate capturée, l’opération s’annonce relativement fructueuse compte tenu des « imprévus ».


Mais c’est sans compter sur les pirates ! Pour la peine, nouvelle musique d’ambiance;


Kalish, qui vient de pénétrer dans le temple depuis une cave attenante à coup de charges creuses, n’a aucune intention de laisser ce salaud d’hashashin se tirer avec son équipière. Il grimpe quatre à quatre les marches pour se trouver face au tueur qui utilise la pirate comme bouclier humain. Mais Kalish à vu Forty Guns.

Une balle percute l’hashashin qui lâche la fille, mais encaisse l’impact, contrairement à cette dernière qui s’écroule au sol.

Kalish sent à son tour les balles le frôler lorsque le tueur riposte et se plaque à couvert.

Mais l’haqqislamite pousse son avantage et le suit, le mitraillant depuis l’angle de la porte…


Les adversaires semble faire jeu égal, mais l’un d’eux va fatalement craquer…

Sous les balles, c’est l’irmandihos qui, ne tenant plus, se réfugie dans un angle mort.

Mais l’hashashin le suit, continuant le duel de tir…

Mais les balles sifflent sans trouver leur cible, ricochant sur les parois métalliques et le tueur de la montagne est forcé de se replier à son tour pour réengager un chargeur alors que son adversaire fait de même…


Loin, le lieutenant haqqislamite continue son chemin pour évacuer le premier prisonnier.

Alors que son ennemi réarme, Kalish reprend l’initiative en sortant de sa cachette, à grand renfort de grenades tombées du camion.


Mais si l’explosion ôte tout doute sur le statut de la muyib au spitfire, le dernier debout, lui, réussit à survivre miraculeusement aux shrapnels.

Ayant tout son sang-froid, il abandonne néanmoins sa position, bien trop exposé à un nouveau tir de grenade pour une zone moins chaude… mais sans plus de couvert. Kalish se lance à l’assaut !


Coincé dans une position défavorable, le Muyib réussit tant bien que mal à passer entre les balles et à se jeter en direction de l’ingénieur pour le priver de l’avantage du couvert.

Mais à bout portant, une balle se loge dans son abdomen, traversant les chairs et perforant son estomac.

Kalish est débarrassé de son adversaire mais reste vulnérable à la descente d’un nouvel Hashashin. Il décide donc de sécuriser sa position par des mesures radicales au moyen de sa dernière charge creuse.


Le Lasiq continue à bloquer les pirates au mieux.

C’est donc au Fiday à qui il revient d’accomplir la mission.

Mais avant de descendre dans le temple par la cave effondrée, un petit grimage s’impose.


Kalish s’y laissera-t-il prendre ?

Chez les pirates, les effectifs commencent à manquer.

Bruce, le Zanshi s’expose brièvement pour tenter de déloger l’ennemi de quelques rafales sur sa position.


Mais son action fut veine et revenu derrière la maison, la main sur sa poitrine, le voici qui glisse doucement en laissant une trainée de sang sur le mur. Le tir viral ne lui a laissé aucune chance.

Dans le temple, Kalish a compris que le danger risquait de venir de la cave et ouvre un tir de suppression pour bloquer l’accès le temps que ses camarades réagissent.

Le faux Ramis se retrouve coincé, en uniforme ami ou pas, s’aventurer sous la grêle de balles semble peu judicieux.

Se laissant bêtement entraîner par son désir d’en finir avec les Haqqislamite, Gérard se lance, confiant en son armure lourde pour passer entre les balles.

Le tir de suppression du Lasiq est sans pitié. Bien plus meurtrier que s’était imaginé le pirate, mais aussi le Lasiq lui-même dont les balles ont… débordé.

Ramis l’infirmier pirate s’est approché, maudissant l’imbécilité de l’ILO…

Dans le temple, le Fiday a laissé tombé son déguisement. Quitte à affronter une grêle de balles, autant le faire à visage découvert. Mais Kalish n’est pas arrivé jusque là pour se faire bêtement abattre par le premier fanatique venu.


Kalish ressort du temple. Couvert de poussière, de sang et de suif.

Les pirates en sont à songer sérieusement à se replier. Chen montre l’exemple.

Mais Lee l’infirmier ne l’entent pas de cet oreille. Profitant d’un angle mort, il s’approche du téméraire Gérard, qui a eu le bon goût de s’effondrer hors de vu et d’être sauvé des pires effets des balles virales par l’auto-injecteur de son armure et le remet sur pied.


Plus aucun hashashin n’est désormais en vue. Le voilà donc qui pénètre dans le temple pour récupérer la prisonnière. Mais les secours ont tardé et cette dernière a déjà perdue trop de sang.


Mais les hommes du vieux de la montagne ne sont pas bien loin. Et une fois que les pirates ont quitté le terrain avec leurs morts, les voici qui ressortent de leurs cachettes pour récupérer leurs blessés et le dernier cultiste…



Pour les pirates, l’affaire est assez désastreuse.

Hormis Kalish, (esquivant probablement la compagnie des autres pour éviter un certain sujet de discussion) seuls trois d’entre eux sont encore debout pour la maigre satisfaction que leur camarade enlevée n’aura ni été sacrifiée par une secte bizarre, ni capturée par le vieux de la montagne.

Quand à l’Hashasin, la routine. Mission accomplie avec la perte de la majorité de l’effectif. Les analystes s’accordent sur le fait qu’à ce rythme, l’augmentation de la crainte inspiré par l’Hashashin va aller de pair avec un manque chronique de personnel.

Mais pour l’instant, la société du Vieil Homme de la Montagne disposent de prisonniers aptes à lui indiquer où se cache le chef du culte, ce qui est un bon point. Seulement… les rapports sont confus. Que s’est-il réellement passé dans le temple? Pourquoi la muyib est-elle devenue folle? Quelle était cette créature abattue dans les souterrains? Et pourquoi les anciens de l’hashashin, tueurs chevronnés et croyants confirmés, ressentent autant de malaise devant les simples vidéos prises par les Muyib lors de leur assaut ?

(Visited 17 times, 13 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *