[Azerkelar VS Esialdes] La Frontière de L’Embrouille


Archasis était stationné dans un petit village frontalier de l’Empire d’Azerkelar. Quelques escarmouches éclataient tantôt avec les Orques. Ces derniers s’aventuraient parfois dans les étendues comprises entre leur empire et les premiers villages humains, forçant le capitaine humain à multiplier les patrouilles.

Bien sûr les orques prétendaient que leurs terres allaient jusqu’aux villages, mais qui étaient-ils pour contester les dires de Pharaon?

Il posa la missive qu’il venait de recevoir. Ainsi, d’étranges machines s’étaient activées dans le No-Mans-Land (bien un nom d’orque ça), prés d’un village abandonné et Pharaon lui-même ordonna d’aller y recueillir la bénédiction Divine qui allait s’y manifester. Car cela ne manquait pas d’arriver en pareilles circonstances, ainsi allait le monde.

Archasis rassembla rapidement une patrouille. Pharaon avait envoyé un guerrier soleil pour l’assister dans sa mission mais il ne restait que deux soldats immédiatement disponibles. Il réquisitionna donc deux esclaves bien bâtis, qui faisaient du BTP dans le secteur, pour compléter son effectif. Ces derniers seraient libérés si la mission se passait bien. Si elle se passait mal, ce serait toujours deux hommes de plus pour essuyer les plâtres.

Le lieu dit « Bab’ El Mémek », quelque part au milieu de nulle part. À défaut d’habitants, on y trouve une statue étrange et deux portails inquiétants frappés de deux boutons : « On » et « Off »

L’Escouade de Pharaon arrive séparée, Archasis et le gros de sa troupe entrent par le Sud-Est, près d’un de ces portails. Il a détaché un esclave sous la surveillance d’un soldat pour reconnaître le Nord-Ouest.

Guerrier Soleil (voix qui mue): «Taaaaaaper? »
Esclave blond : « On était obligé de se traîner l’ado maniaque? »
Archasis : « Tu sais quoi ? Tu donneras ton avis quand tu seras libre »

Soldat:« Putain, j’espère que le chef sait ce qu’il fait… »

Manque de bol pour la patrouille Esialdiote, les orcs ont eu l’info d’une part et la même idée de l’autre. Une patrouille, commandée par le Virulent Hagrad vient elle-même d’arriver. Elle est composée d’un couple de robustes soldats orques et d’une paire de conscrits qu’Hagrad a embarqué pour « leur faire voir un peu ».

Hagrad : « Bon, visiblement on est pas les premiers. Esialdes nous fait une visite de courtoisie.»
Soldat Impérial : « On fait quoi boss ? »
Hagrad «On leur pète la gueule. Courtoisement. »

Les premiers à bouger, ce sont les soldats d’Esialdes…



Soldat : Cheeeef? Y’a du monde!

Coté orque, on envoie d’abord les conscrits. L’un d’eux, Bruno, appuie sur l’espèce de poussoir verdâtre du premier portail qui se met à luire d’une couleur étrange. Alors que l’action lui provoque une vive douleur, le sol tremble et certains bâtiments commencent à se déplacer…Gryffarius, le conscrit Roux: « Putain t’as touché à quoi ? »
Bruno : « Rien j’te jure ! »

Gryffarius, le conscrit Roux: « Mon cul ! »

A son tour, Archasis s’élance et saute dans un portail qui l’aspire dans un SCHLUIP retentissant!

Archasis : Suivez le plan!

Esclave : Heu…Quel plan?

…Et il rejaillit à l’autre bout du village, sous le nez des deux conscrits orques médusés et va se placer face à Gryffarius, lui interdisant l’accès à la statue qui commence être environnée d’une sorte d’aura…

Archasis : Alors les cocos, on s’promène sur les terres de Pharaon ?

Pendant ce temps là, l’esclave blond se met à tripatouiller à son tour les boutons du portail le plus proche. Il sent son énergie vitale en partie aspirée mais se dit que s’il se plaint, personne n’en aura rien à cirer.

La terre recommence à trembler. Porté par un affleurement, Archasis arrive droit sur Gryffarius, l’air triomphant de celui qui est servi par les éléments eux-mêmes…

Malheureusement, au même moment, un autre affleurement emporte le conscrit orque au loin, devant un Archasis arborant l’air dépité de celui qui est trollé par les éléments eux-mêmes…

D’autant qu’un certain nombre d’orques, Hagrad en tête, rappliquent dans le secteur…

Le Guerrier Soleil se jette à son tour dans le portail et disparaît dans un nouveau SCHLUUUUUIP retentissant.

Pour réapparaître au beau milieu de la patrouille Orque !

Les soldats Orques régissent promptement en chargeant les humains. Cent kilos de muscles verts en armure, ça vous calme un homme!

Rapidement les conscrits suivent l’exemple, Gryffarius va ainsi apporter son soutien face à Archasis et Bruno se dirige vers le soldat Esialdiote du Nord-Ouest. Bruno est un simple conscrit, certes, mais tabasser un humain, ça doit pas être bien compliqué quand on a l’habitude de fendre des bûches de cinquante centimètres de large tous les soirs pour monter le camp.

L’Esialdiote, loin de refuser le combat, charge le kepesh à la main! Un soldat de Pharaon bien entraîné ne se laissera pas intimider par une brute verte qui devait encore planter des navets la semaine dernière !

Mais pour ce qui concerne Archasis, clairement identifié comme le chef, Hagrad ne fait pas dans la demi-mesure. Il applique une vieille tactique des gangs de la capitale Orque : L’abattage ! Tous sur le chef ! Le dernier soldat de Pharaon arrive juste à temps pour voir son commandant enseveli sous les Azerkel .. Azkela .. Az …les orques.!

Vu que tout le monde est occupé à se meuler, les esclaves d’Esialdes en profitent pour se faufiler discretos. Le grand noir est à deux pas de la statue alors que le blond a traversé le portail à son tour pour aller se renseigner sur cette histoire de plan.

Et alors que les esclaves se promènent librement, la classe supérieure prend tous les risques! À en faire pâlir la RSSG!

Un violent coup de glaive dans l’épaule pulvérise le pectoral d’Archasis et mord profondément dans sa chair!

Mais un revers de kepesh en retour va ouvrir une large plaie sur le bras de Griffarius, qui fait la gueule. Faut dire, il avait accepté d’échanger la patrouille avec Borus contre une corvée de patates.

Du coup, il cogne à son tour, arrachant un grognement de douleur à l’humain forcené.

Pendant que son collègue se bastonne avec les état-majors, Bruno lui s’apprête à gérer l’humain qui lui fonce dessus en agitant une épée bizarre. Bon, comme à l’entraînement, solide sur les appuis, légèrement fléchis…

Un premier coup en travers du visage interrompt les pensées de Bruno, qui s’appelle Lucius…. mais que ses potes appellent Bruno.

C’est que l’Esialdiote est super Véner! Bruno n’aura même pas l’occasion d’armer son coup! Déséquilibré par la première attaque, il tombe au sol où le soldat de Pharaon l’embroche sans pitié.Bruno : « J’ai bien fléchi les appuis pourtant… ARGH »

Mais le soldat de Pharaon n’est pas le seul bourrin énervé qui charge! Un cri furieux retentit! C’est le soldat orque qui se jette sur le guerrier soleil!Orque : « J’vais t’donner une leçon l’humain ! »

Il est accueilli ou plutôt cueilli par un revers de hache solaire qui envoie son corps rouler au pied du portail et sa tête plus loin encore!Guerrier Soleil : « T’es pas ma mèèèèère! » (voix d’ado qui mue)

L’adolescent énervé enchaîne sur le soldat orque suivant, ivre de combat !

Il est rejoint dans la mêlée par l’Esclave blond. Non pas que ce dernier ait un trop plein d’hormones à évacuer, mais il aimerait sincèrement rejoindre Archasis car une question lui brûle les lèvres. Esclave : « Sérieux patron, c’est quoi le plan ? »

L’autre esclave, lui, s’est rapproché de la grande statue qui trône au milieu de la place et dont l’Aura est désormais à son apogée. Il tend la main et sent un force mystique le pénétrer…

Pendant qu’un obscur manutentionnaire s’imprègne des énergies divines qui font tourner le monde, les soldats de Pharaon tentent de rejoindre la mêlée centrale car ils savent qu’ils y feront peut-être la gloire d’Esialdes, mais qu’il est certain qu’ils se feront engueuler s’ils rentrent de patrouille avec le chef en deux morceaux!

Et le choc est rude, le Guerrier soleil, l’écume aux lèvres, redouble de coups sur Octavius, le soldat orque qui préfère attendre derrière son bouclier que ça passe.

Octavius « Engagez-vous qu’il disait! Il fait mal ce con! »

Juste à coté, Griffarius affronte, maintenant tout seul, un Archasis à deux doigts de s’effondrer. En type consciencieux, il passe sa langue sur ses lèvres et guette le bon moment. Pas question de le louper!

Déviant un coup mal assuré du moribond qui lui inflige guerre plus qu’une estafilade, il riposte! Griffarius : « Et merde, suis bon pour passer chez le doc… »

… Et porte une botte fatale au capitaine ennemi. Ou plutôt, un genou. En plein dans les nougats.

Alors que ses hommes se battent bravement Hagrad, lui, doit faire face à deux hommes qui lui sautent dessus.

Et ils lui en veulent !

Le coup de gourdin de l’Esclave s’abat sur le casque du centurion, faisant bourdonner ses oreilles. Mais ça ne l’empêche pas de bloquer les attaques frénétiques du soldat de Pharaon.

Sa riposte est sanglante. Il abat son glaive droit sur la tête du Soldat de Pharaon, qui lui ne porte pas de casque! Et ça fait « Cruitch ».

Sauf que le sang appelle le sang et qu’Hagrad est lancé !

Hagrad : « Beuuuuuuuuarg! »

Suite à ce déchainement de violence, la configuration de la bataille change.

Hagrad, emporté par l’excitation de la baston, fonce sur le dernier soldat de Pharaon debout, le vainqueur de Bruno, espérant trouver un adversaire à sa taille.

Griffarius, lui, se rappelle que la mission, à la base, avait quelque chose à voir avec la statue et son aura bizarre.

Quand au soldat Orque, il continue de se faire chahuter par l’ado soleil…

Hagrad n’a plus qu’une idée en tête, vaincre un maximum d’adversaires! Le soldat de Pharaon lui se dit que survivre, c’est bien…

Et il survit, malgré un coup violent qui arrache des échardes à son bouclier et engourdit son bras.

Pendant ce temps là, devant la statue…

Griffarius : « Et donc c’est ça que les chefs ils veulent? »
Esclave : « C’est ça. Et quand tu mets ta main comme ça, tu captes le pouvoir, tu vois? »
Griffarius : « Ouais. Mais du coup, faut qu’on se meule la gueule… »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Sans enthousiasme spécial mais avec l’intention d’être froidement efficace, l’orque se met en devoir de taper sur l’humain jusqu’à ce qu’il bouge plus. Ce dernier entreprend de limiter la casse. Plus il tient longtemps, plus le pouvoir afflue en lui !

Et malgré la force de buffle de l’orque, il va s’en sortir!

Non loin, Octavius a senti que tout ce merdier ne dépendait plus vraiment de lui. Il s’applique donc simplement à rester derrière son bouclier et à encaisser les coups de l’humain furieux.

Mais déjà, l’Aura de la Statue se tarie. Le soleil se couche et on n’y verra bientôt goûte. Les combattant se replient donc, la victoire revenant à Esialdes dont l’esclave a sû capter la précieuse Aura…

Du coté de la patrouille orque, Hagrad fulmine! Il a perdu deux orques dans cette histoire. Pour rien. Encore que ce fut un beau combat… Et il aurait sa revanche!

Esialdes: Pitaine
Empire d’Azerkelar: Gryff

(Visited 13 times, 8 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *