Intermède: Tuerie en sous Sol



[Ayant enfin remis la main sur mon appareil photo, une plage horaire et mon adversaire, nous avons pu jouer ce petit intermède qui prend place après la bataille d’Arrêtage.]

Les Gobelins de la Nuit, excepté les quelques survivants du Croissant Orange retranchés à Fort Scorpion, ont fuis sans s’arrêter jusqu’à la sécurité des montagnes. L’armée de tueurs fous furieux ne comptait, lorsqu’elle a pris la mer, qu’en tout et pour tout 105 guerriers. Les pertes lors des combats ont ramené ce nombre à 71 nains. Il suffirait que ce nombre tombe à 0 pour que la menace soit écartée définitivement. De préférence, avant que la confédération ne soit en cendres.

Seulement… seulement les gobelins sont quelque peu échaudés! L’armée naine se dirige vers Fort Scorpion, bien décidée à mettre le village de la tribu du Scorpion Noir en ruines. Mais alors que les gobelins de la Lune Noire, privés de leur chamane, se croient sécurité, un commando de Tueurs pénètre dans leurs cavernes. Leur but: Trouver une mort glorieuse en faisant un maximum de mal aux Grobis!
Sont-ce dix nains morts en vain à décompter ou provoquerons-ils suffisamment de dégâts pour neutraliser définitivement les gobelins de la nuit? Car si la Lune Noire est privée de chamane, ce n’est pas le cas du Croissant Jaune. Ce dernier compte traditionnellement sur l’appui du Scorpion Noir pour éviter l’annexion par la Lune Noire. Les gobelins du Croissant Jaune sont donc obligés de porter secours à ceux de Fort Scorpion. Sauf bien sur si la Lune Noire montrait signes de faiblesses…

Pour l’heure, la Lune Noire est loin de se douter qu’un groupe de nains s’apprête à pénétrer dans ses cavernes….

Les deux chefs rescapés de la bataille d’Arrêtage sont en train de tenter de rassurer la tribu par un vibrant discour, comme quoi les nains ne viendront pas jusqu’ici, que la perte du chaman c’est pas si grave, que la situation est sous contrôle etc…


« Je Vous ai Cômmmmpris! »

Les Gobelins sont plus ou moins attentifs…

Pendant que certains écoutent le discour, d’autres patrouillent, nourrissent les squigs ou… s’entrainent pour la Coupe du Gobb 2016. Arg, vraiment pas moyen d’échapper au foot en ce moment!


Les nains se sont divisés en deux groupes pour pénétrer les tunnels. Le premier est guidé par un Tueur de Géants borgne maniant une énorme hache à deux main. Il est accompagné de deux tueurs équipés d’une paire de hache, d’un des membres de l’équipage de long drong silver lassé de l’air marin et d’un jeunot avec un seule hache mais déterminé à s’en servir.

Le second groupe rassemble deux tueurs de la terrible Confrérie de Grimnir, lourdement armés, et trois tueurs plus conventionnels mais tout aussi avides de meurtres.

Les deux groupes ont progressé au hasard dans les cavernes et débouchent dans les parties où les gobelins ont coutume de se rassembler. Les nains sont fermement décidés à faire le plus de mal possible avant de trépasser. Leurs objectifs sont les suivants: Tuer les deux chefs de la tribu pour désorganiser cette dernière, massacrer un maximum de gobelin, au minimum une trentaine avant de trépasser, et enfin par pure méchanceté détruire leur enclot à squig pour libérer les créatures et ainsi ruiner les ressources des peaux-vertes…


Les squigs qui n’en ont rien à fiche…

Progressant furtivement dans les tunnels, le premier groupe de nains tombe nez-à-nez avec un groupe d’archers grobi qui patrouillait justement dans cette direction. Les gobelins se mettent à crier, des flèches fusent, mais aucun khazalide n’est blessé…

Un autre groupe de gobelins, composé de houscarls, passe tranquillement dans le couloir que compte emprunter le second groupe sans remarquer ces derniers…


Forcément, à par les pauvres archers qui sont tombés nez-à-nez avec les nains quêteurs de mort, aucun gobelin n’est vraiment conscient de la menace. Un groupe d’archers, évoluant en marge du discours, se dirige tout de même vers les couloirs où progressent les nains. Ont-ils entendu quelque chose?

Au fin fond des galeries, une patrouille d’Houscarls semble particulièrement intéressée par un mur.


« Le chef a dit qu’on doit surveiller ce mur? T’es sûr? »

Pendant ce temps-là, les flèches des archers n’aillant pas réussies à blesser un seul nain, un des gobelins tente un timide sourire en direction des cinq formes à crêtes hérissés d’armes: « Copain? »

La suite se passe de tout commentaire…


Yaaaaaaarghh!


Splatch! Tchack! « Pas la tête, pas la tête! »

Bien vite, les trois pauvres gobelins gisent, deux d’entre-eux raides mort et le dernier sonné…

Mais alors que leurs confrères massacrent les peaux-vertes qui leur barraient le passage, les nains du second groupe progressent en silence derrière la patrouille qui les a manqué…

 

Le sous-terrain est encore relativement calme. Quelques échos des cris des gobelins massacrés ont pû être vaguement entendus, mais des gobs qui piaillent dans des couloirs, c’est relativement courant…

Mais par acquis de conscience, la patrouille de Houscarls qui était passée devant les nains revient sur ses pas… Et tombe nez-à-nez avec les tueurs!

N’écoutant que leur… courage?..les gobelins se jettent sur les intrus histoire de leur faire comprendre qu’ici, c’est pas chez eux, à grand coup de haches à deux mains (d’origine naine tient…)!

Mais si cette patrouille de houscarls a découvert l’invasion, ce n’est pas le cas des autres qui continuent à se balader un peu au hasard…


« Non, mais le chef n’a pas pu nous demander de surveiller un mur… Allez, on se casse… »


« Y m’énerve le chef avec ses discours… »
« Laisse tomber Scroggi…

Au niveau des auditeurs du discour, visiblement, ça se délite un peu… Les gobelins ont probablement entendu le bruit et se déploient pour organiser une défense efficace… ou alors y’en a juste que le discours fait chier…


Alors que le chef explique qu’un nain a autant de chances d’arriver ici qu’un squig de se lancer en politique, les houscarls qui ont chargé échangent de vigoureux horions avec les nains qui ne devraient pas être là. Deux guerriers tombent, sonnés sous les coups des haches à deux et une mains. Un tueur de la Confrérie de Grimnir et un gobelin sont cueillis dans la charge…

Sur l’autre front, les tueurs finissent de massacrer le dernier archer sonné…

Les nains font avec les patrouilles exactement ce qu’ils sont venu faire: massacrer du grobbis. Les gobelins ne sont pas tout à fait d’accord, mais face à des nains enragés en supériorité numérique, c’est compliqué… Et vas-y que je te submerge, achèvement à terre…, tête qui vole… Les tueurs debout font un carnage pendant que celui qui avait été mis au sol rampe hors de portée…

Heureusement les patrouilles gobelines alertée… En fait non…

T’es sûr que c’était pas ce mur? Attend, tu me fous un doute…

Une hache s’abat. Dans tous les cas, il est trop tard pour la téméraire patrouille de houscarls.

Une poignée de leurs collègues, ignorant totalement les évènements en cours, passent tranquillement devant l’enclos à squigs…

Bref, ça se promène un peu au petit bonheur…

« Non, mais on ferait mieux de revérifier, il était quand même pas mal ce mur… »

Mais dans toutes ces pérégrinations aléatoires, un second groupe d’archers tombe sur l’escouade du tueur de géant qui leur tourne le dos…

Une volée de flèches réflexe part. Elle ne met aucun nain à terre. Une flèche plantée dans sa crête, le Torri chef des tueurs se retourne, doucement…

Pendant ce temps-la, l’autre troupe de tueurs trace la route, piétinant les cadavres des guerriers gobelins qui avaient tenté de les arrêter…

 

Mal en a pris aux trois archers qui ont repéré les nains. Ces derniers les chargent et les massacrent sans pitié! Un unique peau-verte est encore debout après leur assaut! Les dagues gobelines, elles, n’ont rien pu faire contre les haches des nains. Même le gourdin, pourtant si utile pour assommer les camarades, s’est révélé inutile contre les khazalides…

C’est sûr maintenant, d’autres gobelins ont fatalement entendu de vagues bruits de combat. Mais cela suffira-il à alarmer une race célèbre pour ses bagarres intestines intempestives? Pourtant les patrouilles gobelines vont globalement dans la bonne direction…


Certains auditeurs délaissent même le discours, soit qu’ils ont un peu entendu les nains soit qu’ils ont trop entendu les chefs…

En tout cas, trois d’entre eux (sisi, y’en as un qui se fait piétiner, regardez) repèrent à leur tour les nains en train de massacrer allègrement la précédente patrouille… D’autres arrivent simplement pour voir…


Ça ne sauvera évidemment pas les gobelins engagés que les nains n’hésitent pas à achever au sol ou sur pieds, comme ils se présentent…

Les gobelins comprendrons-ils à temps ce qu’il se passe?

 

Pour l’instant, ça se promène… Mais le remue-ménage amène les gobelins dans la bonne direction. La rumeur se répand! Il y aurait des nains sous la montagne! Mais où?


Certains groupes se pressent vers le lieu du combat, guidés par les cris et les bruits de coups!

N’écoutant que son courage, le chef des Houscarls se jette dans le public pour se fondre dans la foule!

Un peu plus loin, le groupe qui longeait les enclos à squigs presse le pas!

Les gobelins, courageux mais pas téméraires, font bloc, obstruant le passage à distance respectable des nains… Mais ces derniers se jettent en avant!


L’effet de surprise n’est plus de mise! Dragg, le tueur au pistolet, qui s’en était jusque-là tenu au poignard et au coutelas ouvre le feu au cri de « Laissez-les moi! »


L’alerte est donnée: La présence des nains n’est plus une rumeur mais un fait! Ça va chier des bulles!

Le second groupe de Tueurs s’élance vers la patrouille gobeline de fond de tunnel, qui soudainement a d’autre problèmes que la couleur des murs! Mais les peaux-vertes sont prompt à réagir!



Sauve qui peu!

Du coté de l’entrée principale, la défense s’organise! Timides à l’idée de leur foncer directement dessus, les gobelins se préparent à déverser un torrent de flèches sur les assaillants avant de les recevoir à coup de haches à deux mains, piques à squigs, dagues rouillés et autres bignous!

L’alerte a retentit jusqu’aux enclos à squigs où les plus téméraires des peaux-vertes enfourchent les créatures pour rejoindre la mêlée!

Même les gob’s footeux interrompent leur séance de tirs-au-but pour accourir!

Mais les nains obéissent à l’injonction du pirate et le laissent seul face à la horde. Et c’est tout à fait ce qu’il veut!


Ils sont tous à moiiiiiiiiiii!

D’un coup de pistolet, Dragg expédie au sol, sonné, l’un des archers qui lui fait face!

Coté gobelin, la cavalerie se met en place. Le premier chevaucheur de squigs se dirige vers l’endroit où les nains risquent de déboucher. Galopant à travers l’espace libre que les petits peaux-vertes ont eu la prudence de lui faire…

Le second par contre, un peu enthousiaste, percute un gobelin retardataire!

 

Les Squigs passés, les gobelins se reforment, prêts à accueillirs les barbus comme il se doit!

Au fond des tunnels, la patrouille isolée continue sa stratégie bien rodée. « Evitons le contact! »

L’arrivée des footeux dans la salle principale…

Ça canarde sec mais les flèches gobelines ne parviennent pas à atteindre Dragg, planqué derrière la rampe qui mêne au podium! Le peau-verte touché rampe misérablement à l’abri.

Mais l’abri n’est pas si sûr qu’il n’y parait. Laissant deux d’entre eux poursuivrent la patrouille en cavale, les tueurs du second groupe se rabattent sur la zone eux aussi. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les gobelins ne sont pas tout à fait prêts à les recevoir…

Pendant ce temps, comme un gobelin vaut mieux que quinze tu l’auras, les deux autres tueurs courent comme des dératés après la patrouille en fuite.

Les derniers tueurs, après avoir laissé le pistolero pirate à sa (probable) mort glorieuse, profitent de la diversion pour contourner l’obstacle et se diriger vers le podium par la galerie de droite…

Dragg, continuant de tirer à tout-va, se met à couvert derrière la rampe. Il compte bien mourir au combat, certes, mais plus longtemps il tiendra en respect la marée verte, plus ses camarades pourront faire de dégâts à l’ennemi haï!.

Alors que le piqueur gobelin vient d’échapper miraculeusement aux mâchoires de sa monture, le chevaucheur de squigs du flanc Nord parvient à diriger son équipage droit sur l’un des tueurs qui viennent de faire irruption!

L’autre chevaucheur de Squig conduit sa bête à la rencontre des autres nains, les guerriers de la tribu se reforment derrière la créature qui, il l’espère, leur permettra de briser la ligne de nains qui arrive… Le chef des archers lui-même a prit leur tête alors qu’un huscarl préfère escalader l’estrade…


Sur le front nord, deux chasseurs de squigs se jettent sur le tueur de la Confrérie de Grimnir qui leur fait face, accopagnant le chevaucheur de squig dans sa charge, la dague à la main, la haine au coeur et l’écume aux lèvres, car en bon gobelin de la nuit, ils détestent farouchement l’engeance à barbe qui leur fait face! Plus circonspects, les archers se retournent et pointent leurs flèches sur le dernier nain libre d’adversaire, un Tueur de Troll nommé Irri.

Les mouvements gobelins s’arrêtent là, nonobstant la patrouille de houscarls occupée par son galop devant les deux tueurs dans les galeries nord. L’un d’entre eux se sépare de ses camarades, espérant sans doute que les nains lui passent devant en continuant la poursuite…

Pendant ce temps sur le front Ouest, les archers juchés en haut de la rampe continuent de tirer frénétiquement sur Dragg, sans le moindre succès…

Mais leur camarades qui prenaient Irri pour cible en ont bien plus! Bien qu’échouant à percer un organe vital du khazalide à travers sa peau épaisse, l’un des traits gobelins se fiche dans son épaule et envoit le nain rouler dans la poussière, blessé…

Mais la mêlée semble donner raison aux gobelins qui ont préféré tirer que charger. Grugn, le Tueur chargé par le sguig expédie ce dernier et son cavalier à terre alors que le Frère de Grimnir, Skalf, repousse l’assaut des chasseurs de squigs propulsant même le piqueur à terre d’un coup de pommeau de hache!

Dragg, retranché derrière sa rambarde, continue sa fusillade, sonnant un gobelin d’une balle pas trop mal placée…

Skalf étale son second adversaire d’un coup de boule monumental après avoir esquivé un vicieux coup de timbale. Le gobelin voit trente six chandelles. Mais Grugn échoue à achever son squig qui gigotte au sol.

Réussissant à se remettre sur pieds, le squig bondit hors de porté de Grugn, son cavalier s’accrochant à la créature tant bien que mal, sous le regard inquiet du porte-étendard archer, conscient d’être une belle cible…

Alors que son camarade en est au repli honteux, le chevaucheur de squig du Sud-Ouest pique sa monture de coups de talon furieux pour lui faire percuter les nains. Peine perdu, la créature s’arrête à quelque mètres d’eux, ayant sans doute vu un champignon intéressant…

µ

 

Nous retrouvons Torri, le Tueur de Géant, face au chevaucheur de squig un peu trop court. Duel de regard…


Pendant ce temps là, la last patrouille of the end of the tunnels s’est définitivement séparée, le gobelin partit de son coté plaqué contre un mur croise les orteils pour que les nains l’oublient, alors que les deux autres gobelins se séparent aussi, l’un fonçant vers la zone de l’enclos à squigs où le gardien fait mouvement pour le rejoindre…

Du coté de la mêlée Nord, les adversaires de Skalf essayent de se reprendre comme ils le peuvent. Mais les archers qui ont expédié Irri au sol ne comptent pas attendre que ce dernier se relève et sont bien décidés à lui régler son compte! Trois d’entre eux se précipitent sur le nain à terre en brandissant dagues et maillets de gong en ce qui concerne le musicien…

Un poil plus honorable, deux huscarls chargent Dragg, qui, après tout, bien que retranché derrière sa rampe, n’est qu’un nain seul et sans armure…

Mais cette recrudéscence de charges n’empèche pas les vaillants gobelins de faire usage de leur arcs. Grungn est à son tour victime d’une flèche qui se plante en plein dans sa cuisse. Le tueur roule à terre…

Sur le front sud, vu que le squig à l’air de s’en sortir très bien tout seul, les gobelins décident dans une coordination parfaite de ne finalement pas foncer derrière lui mais d’attendre de voir ce qui se passe…

Alors que le timbalier gobelin profite du combat entre le tueur de Grimnir et son camarade chasseur de squigs pour ramper à distance, le nain se débarasse de ce dernier d’un grand coup de botte dans l’entre-jambe. Ces gobelins font toujours la même erreur: ils se concentrent sur l’arme de l’adversaire… A coté, roulant en tous sens, Irri réussit à réchapper aux dagues gobelines tant bien que mal…

La charge sur Dragg ne se passe pas non plus pour le mieux pour les gobelins des cavernes. L’un des deux assaillants roule au sol, touché à la gorge!

Front sud, les nains chargent en vrac le pauvre chevaucheur de Squig sous les sourires gênés des gobelins…

 

A L’Est, rien de nouveau. Les gobelins de patrouilles continuent de courir, poursuivis par les deux tueurs. Tout ce beau monde s’approche de l’enclos des squigs…

Au nord par contre, le combat tourne au désaventage des gobelins. Alors que Skalf achève l’un des pousses-squigs défaits, Irri se relève sous les coups de dagues frénétiques des gobelins qui ne parviennent qu’à égratigner son cuir épais et étale raide d’un coup de hache l’un des archers qui avait cru que le nain au sol serait une cible facile..

Dans le même temps, le pauvre chevaucheur de Squigs et sa monture sont massacré au Sud.

Mais le second chevaucheur de squig, lui, après sa première prestation malheureuse, a tout de même réussi à se cramponner à son squig et le dirige à fond les balons sur une cible juteuse: Un nain à terre! Rapidement, d’autres gobelins encouragés par cette charge se joignent à la mêlée alors que le timbalier en profite pour se relever. Combien de Gobelins faut-il pour massacrer trois pauvres nains sans armures?

A l’est, les fuyards se planquent derrière un pilier. Ils sont sur leur terrain, maintenant…

A la question « Combien de gobelins pour massacrer trois pauvres nains sans armures? », la réponse semble s’orienter vers « pleins! ». Si le squig achève sa cible et entame son repas, permettant à Grugn de remplir son serment et l’estomac de la bête et qu’ Irri est de nouveau expédié au sol par ses agresseurs qui s’y mettent à trois pour le faire basculer, Skalf renvoit pour sa part le timbalier à terre, tout en abrégeant l’intervention du joueur de bignou qui chargeait d’un coup de hache définitif.

De son coté, derrière son retranchement de fortune, Dragg fauche l’un de ses agresseurs d’une balle en pleine tête…

Les tueurs sont définitivement redoutables et les peaux-vertes ont du souci à se faire car au cri de « GRIMNIR » les choses sérieuses ont commencées!


 

Un gobelin avec une lance, garde squig de son état, ça fait pas beaucoup pour stopper deux tueurs furieux…

Mais voilà que Dragg, quittant le couvert de sa rampe après avoir occis son second adversaire, se lance sur cette dernière pour atteindre les gobelins de l’estrade et écope d’un mauvais coup.

Pourtant Irri et Skalf, de leur coté, montrent bien à quel point un tueur peut faire des ravages dans les rangs gobelin. Alors que le second déglingue le chevaucheur de squig et sa monture pour venger Grugn, le premier, à peine redressé, tue et estourbi à tour de bras!

Le nain qui s’est imprudemment approché de l’estrade est jeune et n’a ni réussi à tuer son adversaire, ni vu le piège se refermer sur lui…

Alors que le timballier qui en a encore réchappé se relève, les chefs gobelins suivent la situation du front nord. Ptet bien que ça craint en fait…

Faut dire qu’au sud, pas mal de guerriers sont mobilisés pour tenter de submerger les nains du groupe du tueur de géant…

…Et qu’as l’Est, enfin sur leur terrain, d’autres s’apprêtaient à livrer bataille devant l’enclos à squigs.

Du côté de l’estrade, néanmoins, les barbus ne sont pas à la fête. Plongeants sur leur victime, les guerriers gobelins qui avaient attendu sur l’estrade qu’un nain se rapproche profitent de l’élan et de la supériorité numérique pour occire le jeune Lifi, alors que Dragg, le tueur pirate, est sauvagement achevé au poignard par les archers sur la plateforme même…

Las, Skalf, le tueur de Grimnir et son camarade tueur de troll Irri, eux, sont fermement décidés à valoir leur légende. Le squig et son cavalier sont achevés, les archers à nouveau repoussés…

 

Si les gobelins ont esquivés le combat contre le tueur de géants, celui-ci s’est révélé moins doué pour esquiver la flèche vicieuse tirée par un archer gobelin à bout portant…

Galvanisés par le surnombre, les huscarls et le goalbelin tabassent vigoureusement les deux tueurs qui l’encadrent. L’un d’eux, appelé Nagmar, ne se relèvera pas!

Mais les deux nains qui ont contourné tout le dispositif gobelin, plutôt que de s’en prendre directement aux peaux-vertes, se jettent sur l’enclos à squigs, bien décidés à libérer et disperser le précieux troupeau!

Alors que leurs confrères ramassent des mandales où s’en prennent à des clôtures, les tueurs du nords continuent de mener la vie dure aux gobelins. Skalf, remontant les Huscarls, se rapproche dangereusement du chef de ceux-ci, expédiant un gobelin au sol alors que d’autres tentent de l’arrêter et que le chef gobelin entame une prudente marche à reculons…


Au sud, c’est l’hallali pour achever le nain à terre et occire le tueur de géant.

A l’est, les peaux-vertes ne sont pas en reste et prennent à parti les briseurs de clôture pour les empêcher de commettre leur méfait. Si le troupeau s’échappe, le reconstituer sera très difficile pour la tribu dont les meilleurs squigs sont morts lors de la bataille d’arrêtage.

Mais ces charges tout azimuts ont un résultat mitigé. Les haches d’Irri et Skalf continuent de prélever un lourd tribu chez les résidents des cavernes, le second s’ouvrant la voie vers le chef des houscarls…

… alors que le tueur de géant démontre que s’il porte ce nom, ce n’est pas pour épater la galerie et occit net deux de ses agresseurs pendant qu’à quelques mètres, les gobelins achèvent l’autre nain au sol, le serment du Tueur Ralf est accompli…

… et au niveau de l’enclos, les nains assaillis résistent, repoussent…

 

Momentanément libre d’adversaires, Solfur, le tueur de Grimnir qui avait atteint l’enclos à Squigs, termine de fracasser ce dernier! L’un des trois objectifs nains, nonobstant la mort glorieuse, est accomplis!

Quand au second, qui est de massacrer au moins une trentaine de Gobelin, Irri continue à le poursuivre avec un certain succès et une paire de haches.


« Au suivant! »

Quand à Torri, malgré le surnombre, malgré l’absence d’armure, malgré les flèches et les haches et tout les gobelins désireux de l’aider, il semble que la mort lui échappe encore…

Skalf, au nord, attaque le troisième objectifs et le chef gobelin à la tête des Huscarls. Si les deux chefs gobelins tombent, l’anarchie rendra la tribu incapable de constituer une vrai menace pour un moment, en parallèle avec la perte des squigs et ou le massacre des trentes gob’s. A peine le combat est-il engagé que déjà le peau-verte est en difficulté…

Mais alors que nains et gobelins continuent à jouer de leurs armes, les squigs, eux, redécouvrent brutalement la liberté. Ce ne sont pas vraiment des lumières. Deux d’entre eux foncent droit dans un mur, un autre ayant repéré de l’agitation cavale vers la mêlé opposant Skalf et le chef. On peut en voir un s’éloigne au contraire du bordel… Les deux squigs restants par contre semblent avoir développé un intérêt particulier pour les étendards de la tribu.

Bref, y’a pas à dire, c’est le bordel.

Les Squigs chasse-bannières s’en donnent à coeur joie en gniaquant les enseignes gobelines, bien vites mises en difficulté par les boules rouges pleines de dents!

Et pendant ce temps là, dans un champ de cadavres, Torri et sa hache continuent leur bonhomme de chemin face aux gobelins enragés.


« Gniiiiarg! »

Heureusement pour les résidents, certains prennent des initiatives heureuses, à l’image du musicien des Huscarls qui se jette sur Skalf pour protéger son chef et blesse le nain d’un violant coup de dague, envoyant ce dernier au sol, sonné!

Quand à l’équipe de destruction d’enclos, elle continu la bagarre, sans tuer qui que se soit, mais en dominant clairement ses adversaires…

Progressant vers Skalf, Irri continu à estourbir des gobelins! Qu’importe le front, qu’importe le nombre des nains aux sol, l’important, c’est celui des gobelins pourfendus!



Alors qu’aux quatre coins du repaire de la Lune Noire, le chant des haches naines prélève son tribu, les squigs continuent à courir en tous sens. Celui qui s’était attaqué à la bannière des archers abandonne sa proie, contrairement à Colgate, le Squig au dents blanches qui semble fermement déterminé à bouloter celle des houscarls. Et comme si ça ne suffisait pas, voilà qu’un autre squig prend à partit le chef desdits houscarls!



Lâche la bannière sale bête! Lâche!

Couché Stakanov’! Couchééééééé!

Pendant ce temps, sur le front sud, les peaux-vertes ne sont pas à la fête. Si ses camarades sont morts, Torri commence à être en mal d’adversaires…

Les gobelins troglodytes tentent de se réorganiser. Alors qu’un retranchement se dessine sur le podium, des guerriers se préparent à achever Skalf au sol et à combattre Irri. Deux archers porteurs d’une banderoles sautent quand à eux sur Stakanov, le squig qui s’en prend au chef, pour essayer de l’empêcher de boulotter le leader gobelin! Un houscarl hurlant se jette sur Irri pour l’empêcher d’achever un confrère à terre.



Coucouche panier!

Mais si les archers gobelins arrivent miraculeusement à sauver le chef en tirant sur la queue du squig et que l’achèvement de Skalf ne pose pas de difficulté, le tueur Irri décapite d’un revers le guerrier qui le chargeait, alors que son premier adversaire essaye de s’éloigner en rampant…

De son coté, Torri achève les deux derniers gobelins rampants qui avaient osé s’opposer à lui. Ce menu fretin n’était rien pour le Tueur de Géants!

Mais si Torri trouve les gobelins peu dignes de lui, Colgate le Squig les trouve plutôt appétissants! Le malheureux porte-étendard qu’il a saisi dans sa gueule tente désespérément de l’empêcher de refermer ses puissantes mâchoires!

Sale temps pour les gobelins! Même du coté du parc à Squig effondré, leurs guerriers en sont réduits à subir!

Voici que Torri fait face au Goal Belin. Ce dernier, brandissant sa dague est loin d’être rassuré. Sa spécialité, c’est plutôt d’arrêter les ballons, pas les tueurs de géants déchaînés…

Ca ne semble pas non plus être le fort de ce gobelin houscarl, sonné par Irri, un « simple » tueur de trolls.

Mais chez les Houscarls, l’esprit de corps existe! Pour preuve, les deux guerriers qui chargent le nain en brandissant l’un hache à deux mains, l’autre sa dague et sa trompette de musicien du régiment, permettant à leur camarade de reprendre ses esprits! Les mauvaises langues préfèreront sans doute s’attarder sur le prudent repli de leur chef vers le podium, escorté par les deux archers à banderole qui l’ont sauvé du squig. En même temps, y’a des jours…

C’est que c’est dangereux les squigs! Le pauvre porte-étendard en fait les frais. Non content d’être la cible de l’une des bouches à pattes, voilà qu’une seconde se joint à la curée! Les deux créatures se partagent leur proie tel Salomon, moitié pour chacun!

Heureusement pour les peaux-vertes, le musicien qui avait arrêté Skalf, le compagnon de Grimnir, réitère l’exploit en plantant sa dague droit dans le visage d’ Irri et mettant un point final à la saga du nain.

Après s’être débarrassé de leurs adversaires, les nains destructeurs de l’enclos radinent en direction des gobelins restants et de la bannière des archers. Torri, lui, essuie sa hache, trempée du sang du Goal Belin. Il était temps de se trouver un adversaire plus prestigieux!

Les adversaires potentiels, hormis les Squigs fous, sont tous rassemblés au même endroit. Les Gobelins, encouragés par l’exemple de leurs deux chefs, tentent tous de se réfugier sur le podium, hors de portée des Squigs et avec un peu de chance, en situation de faire face aux nains!

Pendant que les gobelins lancent l’opération « radeau de la méduse », les nains rappliquent à vitesse grand V au milieu des créatures rouges qui courent en tout sens. L’un d’entre eux se télescope avec un squig en liberté. La créature, heurtant le nain de tout son poids, le fait tomber!


Mais ce dernier se relève d’un bon, et d’un grand coup de marteau, il sonne proprement la créature!

Si même les Squigs ne font rien aux nains! Fort Al’gobo est lancé! Les archers flèchent tout ce qu’ils peuvent alors que les retardataires continuent à escalader le podium vers un peu de sécurité, talonnés par les nains!


Trop tard pour certains gobelins, à l’image de ce houscarl, pour escalader à la barbe des nains!

Mais les gobelins de la nuit haïssent suffisament les nains pour retrouver un peu de courage à l’idée d’occire l’un d’eux et en voici pas moins de cinq qui se jettent sur le tueur qui s’est imprudemment approché du podium!

Dans le même temps, le dernier compagon de Grimnir s’écroule, une flèche chanceuse plantée dans l’oeil!

Le tueur submergé ploie sous le poids de la masse de gobelin qui lui tombe littéralement dessus! La dague du redoutable musicien a raison d’un nouveau nain!


Résultat des Courses:

Après la mort sans gloire (et surtout hors champ! Que foutait le photographe?) du Tueur de Géants (si il est mort, on voit son corps sans vie sur la dernière photo, avec deux gobelins à coté qui ricanent), c’en est fini de l’incursion des tueurs dans l’antre de la Lune Noire. Les gobelins rescapés peuvent reprendre leur souffle et se féliciter d’avoir survécu.

Mais si les nains sont tous morts, les peaux-vertes ne sont plus qu’une poignée. Leurs chefs ont survécu, mais leur troupeau de squig est dispersé et la plupart de leurs guerriers morts. Bien qu’il faille encore déterminer exactement le nombre des rescapés, la Lune Noire n’est plus la première puissance des montagnes! La tribu du Croissant Jaunâtre, seule encore détentrice d’un chamane, pourrait même tenter de l’annexer. Les gobelins de la nuit en étant là de leurs affaires, soit trop faibles pour aider, soit préfèrent profiter de la situation pour solder de vieilles dettes, aucun secours venant des montagnes n’est à attendre pour Fort Scorpion…

Au final, 8 des 35 gobelin étalés ont survécu à leurs blessures ou lâchement faits les morts jusqu’à ce que ça se calme. Parmis eux 5 huscarl et 3 archers.

Ce qui porte les pertes de la Lune Noire lors de cet intermède à :

12 huscarl
9 archers
4 chasseur de squigs
2 chevaucheurs de squigs et monture
et 3 squigs. les trois derniers ont pu être rattrapés sans trop de casse.

Soit une perte sèche de 27 gobelins et 5 squigs.

Coté nains:

Le Tueur de Géant Torri simplement assommé est laissé pour mort par les gobelins et balancé dans le tas des cadavres d’où il s’extirpera pour rejoindre l’armée. ( mort héroïque raté!)
Skalf, le tueur de Grimnir est bel et bien mort.
Grugn aussi.
Irri n’as pas non plus survécu (bien fait!) le musicien huscarl est un Pro.
Dragg le tueur pirate respirait encore. Les gobelins s’en sont aperçus et l’on fait prisonnier. Il y’a fort à parier qu’ils lui feront payer cher leur défaite…
Ralf est également décédé tout comme son collègue Nagmar.
Le jeune Lifi n’as pas survécu non plus à la charge plongeante des porteurs de banderole.
Pas plus que le tueur de Grimnir et son accolytes qui avaient fracassé l’enclos des squigs.
8 morts, 1 prisonniers.

Les pertes totales de la Lune Noire sont à l’heure actuelle de:

25 archers (tué)
12 Huscarl (tué)
1 chef(tué)
1 fanatique (tué)
5 chasseur de Squig (tué)
6 squigs (tué)
3 Squigs (enfuis)
3 chevaucheur de sguig et leurs montures (tué)
1 Chamane (tué)
Soit 48 Gobelins et 12 Squigs.

La Lune Noire perd ainsi plus de guerriers lors de ce combat que pour son implication dans la désastreuse bataille d’arrêtage.

Perte gobelines depuis le début des hostilités: 5 Trolls et 167 Gobelins. (dont 3 champion, 3 héros et 2 seigneurs), 5 loups, 3 tas de Snots et 12 squigs.

Pertes naines:
42 nains dont 1 héros.

Gobelins: Pitaine
Tueurs: Gryff

(Visited 9 times, 9 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *