[Griffon VS Sessair] Rien à déclarer

Dans la plaine progressait une petite troupe de Griffons. Les négociations du Légat Varius avec la tribu du Moineau étaient tendues. Si les Keltois avaient d’abord relativement bien accepté la présence Akkylanienne, ils goutaient peu l’arrogance des colons et leur fanatisme. Les dernières exigences du Légat passaient très mal: abandons de terres, fourniture de ressources au nom de la Lumière…

Mais ce dernier n’était pas homme à laisser la sensibilité de quelques païens, se mettre en travers de la cause de la lumière et du Dieu Ignée. Il avait fait demander de la poudre ainsi qu’un Mage Théurgique en renfort. Avec les cornets de ses fusiliers bien remplis et le soutien d’un Arcaniste de son coté, les Keltois n’auraient d’autres choix que de céder.

C’est ainsi qu’après avoir reçu le message, un petit groupe de soldats du Griffon se mit en route pour le rejoindre. Quelques lanciers, chargés de convoyer la caisse de poudre, Cairn L’Apôtre un Mage Théurgiste, le tout escorté par trois templiers et rien de moins qu’un inquisiteur.

Cairn portait le Sceptre de Soumission. Cet objet sacré avait la vertu de troubler l’ennemi au point de lui faire perdre en valeur martiale dans un rayon de quelques mètres. Un atout de choix…

Mais les pressions subies par le Clan du Moineau n’étaient pas au goût d’Hoggart, dit Le colosse. L’aventurier Sessair avait eu vent de l’affaire et, tout suivant de la Lumière qu’il était, n’aimait pas qu’on force la main à son peuple.

Debout au milieu de la Lande, il apostropha le groupe de guerriers Akkylanniens, lui demandant de s’en retourner.

Les Griffons refusèrent et lui ordonnèrent de s’écarter. Tant pis pour eux. Le Colosse n’était pas venu seul…

Comprenant qu’ils étaient tombés dans une embuscade, mais refusant de faire demi-tour, les Griffons étaient résolus à forcer le passage. Ils devaient certes préserver la caisse contenant la poudre ainsi que Cairn, mais il devait aussi faire passer ces deux éléments le plus vite possible, pour répondre à la demande urgente de Varius.
Les Barbares face à eux n’étaient que quatre, mais quels individus!

Voyant que les Griffons ne feraient pas demi-tour, Hoggart banda son arc et lâcha une flèche sur l’Inquisiteur.

La Flèche rebondit sur l’armure du serviteur de Mérin, le sonnant à peine.

Garant de la sécurité du convoi, les Templiers dégainèrent leurs épées bâtardes et foncèrent à la rencontre des Keltois.

Mais alors qu’ils filaient vers le nord, le quatrième compagnon d’Hoggart, un puissant Minotaure Keltois quitta son abri pour se ruer en direction des monothéistes par le sud.
Meuh.

Déjà, Cairn s’avance et se met à incanter…

Mais ces mots de Pouvoir restent sans effets, malgré un bref réchauffement de l’air, le Templier ciblé ne s’aperçoit même pas de la tentative…

Il y’a un second humain dans le groupe d’Hoggart. Un guerrier Keltois. Prudent ce dernier ne se lance pas encore sur les templiers qui lui font face…

Les soldats réguliers du Griffon en profitent. Alors que l’un d’eux se campe fermement pour faire face au minotaure qui approche, les deux autres foncent avec la caisse.

Voyant la caisse s’éloigner le Géant des Barbares se lance sur le Templier qui lui fait face, brandissant sa Hallebarde.

L’inquisiteur se rapproche à son tour des combats. Il n’engage pas, pour lancer un sortilège de soutien et malheureusement, le sortilège n’est plus pertinent…

C’est sans soutien, que le templier chargé doit faire face à la brute non-humaine en pleine furie guerrière!

La première passe d’armes voit le griffon profiter de l’absence de défense de son adversaire mais son coup n’entame même pas le cuir épais du géant alors qu’un colossal coup de ce dernier, lui arrache l’épaulière et lui brise le bras gauche.


« DANU! »

Incapable de blesser plus grièvement son adversaire, le Griffon est balayé par un fauchage dans les jambes au manche de hallebarde. Chutant lourdement sur le dos, ses blessures sont à l’image de sa situation. Critiques.


« Mérin? »

Levant bien haut son arme des deux mains, le Géant l’abattit sur le templier au sol, explosant son casque et sa tête par la même occasion.

Continuant sur sa lancée, il atteint le premier porteur de la précieuse caisse de poudre…

Mais le lancier, en posture défensive parvint à bloquer le premier coup…

Puis le second…

Le troisième donné avec plus de rage que de raison, se perdit dans les airs au dessus du griffon.

Alors que le brave soldat retenait le Géant, le lancier resté en arrière revint à toute vitesse aider son autre camarade à évacuer la caisse… elle devait continuer à avancer quoi qu’il arrive!

Le minotaure se jeta alors sur l’un des Templiers de l’escorte. Le guerrier d’élite de Mérin fut pris d’une peur panique. Mais sa foi était plus forte et malgré la boule au ventre et les sueurs froides, il fit face au Martyre.

Au nord, le dernier templier avait pris l’offensive, chargeant le guerrier keltois.

Hoggart bandait à nouveau son arc. Inutile de courir vers les Griffons, ils viendraient à lui bien assez tôt. La flèche partit…

… pour venir se ficher juste sous l’épaulière de l’Inquisiteur. La blessure était légère, mais ce coup-ci, son armure ne lui avait pas évité la navrure.

L’Inquisiteur ne se laissa pas distraire par cette piqûre de moustique. Il tourna sciemment le dos à son agresseur, comme par provocation, pour aller prendre le géant à revers…

En appelant à la magie du feu par la voie de la Rédemption, il conjura la colère du guerrier sur lui-même.

Animé d’un feu intérieur magique, il pourrait faire appel à celui-ci au cours du combat…

Cairn vint à son tour se positionner pour incanter, juste entre les lanciers, par dessus la caisse de poudre, à la grande frayeur des deux soldats. C’était pas interdit d’incanter des sorts de feu à proximité de poudre?

Mais le mage semblait savoir ce qu’il faisait, même si le halo de flamme du sortilège était dangereusement proche…

Le sortilège appelé était une dévotion guerrière qui prit possession du lancier au contact pour augmenter sa combativité.

Cairn ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin et continua à puiser ses gemmes de feu pour incanter un nouveau sort. L’aura flamboyante s’empara à nouveau de lui alors qu’il psalmodiait et qu’un des lanciers, soufflait sur une flammèche qui venait d’apparaitre sur la caisse.

Le sort visait cette fois l’arme du soldat. La pointe de sa lance se mis à rougeoyer sous l’effet de « la brûlure de l’Acier », garantissant qu’elle pénètrerai n’importe quel ennemi sans peine…

Le combat fut violent. À la première passe d’arme, le sang coulait déjà. L’armure de l’Inquisiteur avait encore une fois épargné son sang alors que le simple soldat avait été touché gravement. Mais le Géant était blessé lui aussi…

Grâce soit rendue à Mérin, le Barbare Géant tomba ensuite sous les efforts conjugués des Griffons.

Les deux guerriers se retournèrent mais il était trop loin pour aider leur camarade au prise avec le minotaure…

Malgré sa terreur, celui-ci se sortit très honorablement du premier assaut, évitant le massif coup d’épée, il réussit à placer un estoc qui fit mouche… mais ripa sur les protections du monstre, ne le troublant que momentanément…

Le Minotaure n’arrêta pas sa course et percuta de plein fouet le Templier qui avait tout donné, l’envoyant au sol à l’agonie, avant de l’achever d’un coup de sabot et avant de finir sa course sur le côté pour mieux faire face aux guerriers restants et préparer sa prochaine charge…

Quant au dernier templier survivant, bien que parfaitement capable de recourir à la furie guerrier lui aussi, il avait préféré une approche plus prudente. Parant et estoquant son adversaire, sa maîtrise martiale lui permettait ainsi, à défaut d’éliminer immédiatement son ennemi, de prendre l’ascendant sans être blessé.

Le Keltois lui, n’avait pas ce genre de scrupule et se laissait aller entièrement à la furie,  alors que le griffon, bien meilleur tacticien, continuait à parer…

Blessé, malgré sa rage qui habituellement permettait de déborder les adversaires, le Keltois s’avéra incapable de ne fusse que de sonner l’Akkylanien.

Cairn cria à l’Inquisiteur de charger le Minotaure!

L’homme d’Église savait que c’était la chose à faire, pour éviter une nouvelle charge dévastatrice. Mais la peur du monstre le clouait sur place…

Et la charge tant redoutée advint sur le lancier, apeuré lui aussi, mais encore une fois, le fanatisme Griffon fit son œuvre et le guerrier tint la position.


« In Nomine Merin et Patria… »

Au même moment ses deux frères d’armes portant la caisse était en train de sprinter avec elle, l’éloignant de la bête…

Cairn invoqua alors une flèche de Mana pour les couvrir et transpercer Hoggart…

Mais se précipitant dans l’urgence, sa langue fourcha et son incantation capota en un vague souffle Arcanique…

Sans même un regard pour le Mage, l’Aventurier Keltois décocha une flèche sur le lancier le plus proche et avant même qu’elle n’ait fini de s’enfoncer dans la poitrine de ce dernier, il avait empoigné son épée et lui sautait dessus.

Hoggard fut pourtant pris de vitesse par l’Akkylanien…

Mais bloqua son attaque avec brio!

Il lui plaçât une contre-attaque appuyée qui fit jaillir le sang du « civilisé ».

Puis d’un grand moulinet de sa gigantesque lame, il acheva son adversaire qui chut dans une gerbe de sang…

D’un bond, le Keltois était déjà sur le second lancier.

Ce dernier réussit là aussi à le prendre de vitesse, mais encore une fois Hoggard para et contre-attaqua avec maestria, déterminé à prouver qu’un Keltois pouvait être un redoutable bretteur.

Mais l’homme en armure para la contre-attaque et tout deux échouèrent à placer d’autres coups…

Au Sud, il fallu le quart de ce temps au Minotaure pour faire voler son adversaire sur plusieurs mètres d’un revers dévastateur. Encore un qui ne reverrait pas son Akkylan natal.

Le massif Keltois, qui ne subissait que le désagrément temporaire de l’impact, se tourna alors vers l’Inquisiteur.

Ce dernier déjà blessé, fit une nouvelle ecchymose au guerrier ruminant qui n’en avait cure.

Mais la créature avait un mal fou à l’atteindre et quand elle crut y parvenir, l’Inquisiteur dévia sa lame pour porter un contre redoutable. La peur l’avait quitté, il n’était plus que l’instrument de la volonté de Mérin.

Mais encore une fois le coup fut incapable d’entamer le cuir du Massif Minotaure qui se vengea immédiatement par un coup de hache qui fit jaillir le sang de l’Inquisiteur à grand flot, ce dernier ne restant en vie que par la grâce de son armure et de son Dieu…

Au Nord, le Templier se devait maintenant d’en finir. A l’image du Keltois blessé, dont la force diminuée ne représentait plus vraiment un danger, il était entré en furie guerrière. Son armure vibra sous l’impact d’une frappe du barbare mais il le blessa lui aussi…

Avant de l’achever, malgré un second coup encaissé par son armure de croisade…

Le griffon avait rempli son objectif: le Nord était sécurisé et il était intact pour venir au secours de ses compagnons…

L’inquisiteur fit une fois de plus appel à la magie…

Invoquant la Colère du guerrier sur lui-même, il comptait faire un véritable Baroud d’Honneur.

Le reste des Griffons avait convergé vers le Colosse pour en finir avec lui. Encerclé par trois griffons dont un combattant d’élite et le porteur du Sceptre de Soumission, le Keltois allait regretter son impudence!

Le combat fut très bref. Hoggart fut mis à bas. Et malgré le surnombre, un seul des adversaires de l’Aventurier en sortit intact. Le Templier saignait abondement alors que Carin avait écopé d’une douloureuse balafre.

Le Théurgiste n’en reprit pas moins la direction des opérations et d’un geste, fit signe au Templier de ralentir le Minotaure alors que lui-même empoignait la caisse en place d’un des porteurs morts. Il fallait filer.

Sans surprise, la tête de l’Inquisiteur agonisante tomba. Ou plutôt vola. Mais il avait quand même réussi, outre de retenir la créature plus de quelques instants, à lui infliger enfin une blessure, même si elle n’était que légère.

Le Templier voulu rassembler son courage pour suivre l’ordre et permettre à la caisse et au Mage de quitter la lande mais à la vue du Minotaure maculé du sang de l’Inquisiteur, il flancha.

Ce n’était pas après lui qu’en avait le Barbare, mais bien après Cairn!
Ce dernier paniqua à son tour, bien que son fanatisme lui ordonne de ne pas fuir…

Le Lancier pris alors la caisse dans ses bras, essayant de s’éloigner pour sauver ce qui pouvait l’être…

Cairn tendit sa hallebarde en fermant les yeux devant la bête mugissante qui le chargeait. Seul un Miracle pouvait maintenant l’empêcher de se faire piétiner avant de massacrer les deux derniers hommes du Griffon et répandre la poudre au sol…

Et le Miracle fut! Le Monstre dérapa au dernier moment et vint s’empaler de tout son poids sur l’arme qu’agitait vaguement le mage!


« MIRACLE! »

Il ne restait plus au groupe qu’a reprendre son chemin. La poudre avait été sauvée ainsi que le Théurgiste, c’était le principal. Mais le retard pris était important, sans compter les compagnons qu’il faudrait revenir enterrer. Les plans de Varius, s’ils n’étaient compromis, en seraient sans doute affectés…

(Visited 30 times, 30 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *